Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4375 MembresCréer un compte

Ramulariose de la betterave

Home_big_betterave

Maladie foliaire de la betterave sucrière, la ramulariose touche sévèrement les récoltes du quart nord de la France et l’ensemble de la Belgique. Mais elle est également présente dans toutes les régions de l’Hexagone qui cultivent la betterave à sucre.

Qu’est-ce que la ramulariose de la betterave ?

Le Ramularia beticola est un champignon de la famille des deutéromycètes qui se propage par l’effet de spores. Ces derniers qui ont généralement hiverné dans les résidus de culture. Et avec le retour des nouvelles cultures et des conditions météos favorables au développement de la maladie, la ramulariose sort de son hibernation pour reprendre son œuvre.

Cette infection peut s’avérer dévastatrice pour la qualité en sucre de tout ou partie d’une parcelle. Une betterave devant recomposer son système foliaire une seconde fois perdra inexorablement en qualité sucrière, pour un rendement qualitatif de moins 10 ou moins 15 %. Elle sera également réduite en taille de racine.

Quels sont les symptômes de la ramulariose de la betterave ?

Les feuilles de la betterave sont envahies par des tâches à la rondeur irrégulière et d’inégales dimensions. Le cœur de ces auréoles est jaune, le cerclage plus foncé.

Lorsque la maladie progresse, ces parties tachées s’assèchent et la feuille se déchire et meurt.

La ramulariose peut être confondue avec la cercosporiose, même si les régions d’infestations ne sont pas tout à fait les mêmes : les tâches de la ramulariose sont plus grandes et plus irrégulières.

Autre différence pouvant aider à discerner l’une et l’autre des maladies : la ramulariose se développe dans des températures relativement basses par rapport à la cercosporiose.

Quels sont les facteurs favorables au développement de la ramulariose de la betterave ?

Premier cas fatal à la betterave : si la parcelle a déjà été infectée et que les rotations sont courtes, le développement d’un nouveau fléau sera quasi systématique.

C’est principalement entre aout et octobre que l’épidémie gagne du terrain, surtout quand les températures se rafraîchissent et que l’humidité devient prononcée. Un cycle de dix huit jours consécutifs à une température comprise entre 16 et 20° et un taux d’humidité constant de plus de 95 % constitue des conditions optimales à la prolifération.

Les spores peuvent être dispersés sur de très longues distances par l’effet du vent, ou de plante à plante par les rebonds et éclaboussures de l’eau de pluie.

Période de présence de la ramulariose de la betterave ?

Présence accrue de fin juillet à octobre. 

Les solutions pour soigner la ramulariose de la betterave ?

D’un point de vue agronomique, le traitement préventif le plus efficace sera d’éliminer au mieux les précédents résidus de cultures, par broyage ou enfouissement, ce qui éliminera un maximum de champignons et empêchera leur hivernage.

Autres points préventifs : des rotations de culture plus longues, la plantation de variétés de betteraves plus résistantes à la maladie.

D’un point de vue phytosanitaire, l’application d’un fongicide peut se faire par seuils de traitement (en juillet 5 % des feuilles avec symptômes, en août 20 % des feuilles avec symptômes) et uniquement par pulvérisation de contact. 

Méthode d’observation de la ramulariose de la betterave

Il est essentiel, comme pour toutes les cultures, d’assurer une surveillance régulière sur la parcelle in situ. Il est important de détailler l’aspect des feuilles.

Les abonnements à des bulletins régionaux d’organismes de surveillance agricole sont également fortement conseillé.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • Home_euphorbe_r_veil_matin

    L'euphorbe réveil matin

    Du grec euphorbia helioscopia (“qui regarde le soleil”), l’euphorbe réveil matin (ou “petit éclair”) doit son nom à son omb...

  • Home_paturin_commun

    Le pâturin commun

    Tirant son nom du latin poa trivialis, le pâturin commun, également connu sous le nom de “gazon d’Angleterre” ou de “pâturin rude&r...

  • Home_v_ronique_de_perse

    La véronique de Perse

    Connue également sous le nom de véronique commune, “boyau-de-chat” ou “plante-à-thé”, cette plante herbacée annuell...

  • Home_chanvre_d_eau

    Le chanvre d'eau

    Du latin lycopus europaeus, cette plante herbacée vivace dicotylédone est une graminée appartenant à la famille des lamiacées, égale...

  • Home_chiendent_rampant

    Le chiendent rampant

    Du latin elytrigia repens ou elymus repens, cette plante herbacée vivace monocotylédone est une graminée appartenant à la famille des poacé...

  • Home_chardon_des_champs

    Le chardon des champs

    Tirant son nom du latin cirsium arvense, cette plante herbacée dicotylédone vivace appartenant à la famille des astéracées est égale...

  • Home_cardamine_hirsute

    La cardamine hirsute

    Connue également sous le nom de cardamine hérissée, la cardamine hirsute tire son nom du latin Cardamine hirsuta et de sa base velue. Cette plante herbac...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit