Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

Rhizoctone brun de la pomme de terre

Home_big_champ_de_pommes_de_terre

Dans la série des maladies de la pomme de terre, les rhizoctones brun et violet sont des acteurs assez redoutables. Le rhizoctone brun, maladie cryptogamique, peut entrainer des pertes de rendement de l’ordre de 25 % d’une récolte.

Qu’est ce que le rhizoctone de la pomme de terre ?

Il s’agit d’un ensemble de champignons, le Rhizoctone Solani, qui sévit dans différentes cultures comme le maïs ou la betterave, mais qui a un effet particulièrement néfaste sur la pomme de terre, notamment au moment de la levée des plants.

Ces champignons sont présents dans les sols ou sur les tubercules de plantation et se développent par le biais des sclérotes noirs accrochées à ces dernières.

Il existe différentes déclinaisons du Rhizoctone Solani qui peuvent entraîner des dommages variés, amis avec un même résultat : le flétrissement du tubercule.

Quels sont les symptômes du rhizoctone de la pomme de terre ?

Le Rhizoctonia Solani va s’attaquer à la fois à végétation de la pomme de terre et sur ses tubercules de plantation ou de récolte.

  • Sur les tubercules : ceux qui sont contaminés portent sur eux des sclérotes, petit amoncellement noirâtre. Les éléments porteurs de champignons. Ils sont identifiables clairement sur des tubercules propres et débarrassés de la terre. Si ce sont des tubercules issus d’une récolte contaminée qui sont destinées à être plantés, ces derniers seront petits et difformes.

Les tubercules de la récolte en cours vont connaître retard de croissance et pour certains un pourrissement. Les pommes de terre n’auront pas le calibrage souhaité.

  • Sur la végétation : En début de culture, lorsque le temps reste frais, le rhizoctone brun va surtout entraîner des retards de pousses et des levées irrégulières dans les rangs. Certains germes enterrés peuvent noircir et périr précocement. Lorsque la cuture devient végétation plus dense, la maladie provoque un jaunissement et un rabougrissement du feuillage.

Quels sont les facteurs favorables au développement du rhizoctone de la pomme de terre ?

Le rhizoctone brun aime les climats frais et humides. Si la température idéale pour sa propagation se situe entre 18 et 25°, il s’actionne dès les 5°.

Les sclérotes chargées de champignons se développent plus aisément dans les conditions de levée longue, c’est-à-dire si les plants ont été semés trop profonds, de manière trop précoce, dans un sol froid ou si le plant n’était pas germé.

Si les rotations de cultures sont trop courtes ou s’il y a un laps de temps bien trop long entre le défanage et la récolte, le développement sera là encore favorisé.

Période de présence du rhizoctone de la pomme de terre

Le rhizoctone peut être un agent pathogène « dormant » puisque les champignons survivent l’hiver jusqu’à 40 centimètres de profondeur, sur n’importe quels résidus de culture. Il peut donc être présent de la plantation à la récolte.

Les solutions pour soigner le rhizoctone de la pomme de terre ?

D’un point de vue agronomique, la meilleure solution est de combattre le mal à la base, en détectant clairement les tubercules sains des tubercules contaminés. 

Autres moyens efficaces : bien préparer le sol et le chauffer. Il est aussi conseillé d’effectuer des rotations longues et de veiller au potentiel infectieux des autres cultures dans la rotation.

Comme souvent, l’élimination des résidus des précédentes cultures est idéale.

D’un point de vue phytosanitaire, il est possible d’utiliser un fongicide directement sur les plants contaminés destinés à la plantation. Débarrassé ainsi des sclérotes, ils redeviennent sains.

Méthode d’observation du rhizoctone de la pomme de terre

L’observation des plants est un moyen pour anticiper la contamination.

La parcelle doit être ensuite scrutée et traitée à la moindre trace de levées inégales ou de jaunissement des feuilles.

Le rhizoctone peut aussi créer des larges zones contaminées arrondies dans vos champs. 


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 3
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_limacapt

    Les nouvelles technologies à la rescousse de la lutte contre les limaces

    De nouveaux outils d'aide à la décision (OAD) vont faciliter le suivi des populations de limaces pour anticiper leurs dégâts et n’envisag...

  • Home_coccinelle_symbole_biocontrole

    Le biocontrôle en plein développement

    Solutions d’origine naturelle pour combattre les bio-agresseurs des cultures, les produits de biocontrôle se multiplient. Après les cultures maraîchères, l’ar...

  • Home__pandeur_anti-limaces

    Traitements anti-limaces : respecter les bonnes pratiques

    Comme toute intervention phytosanitaire, la lutte contre les limaces doit être raisonnée et conduite avec soin pour viser l’efficacité sans dommage ...

  • Home_roulage_d_chaumage_limaces

    Des leviers agronomiques pour baisser le risque limaces

    En faisant les bons choix dans ses pratiques agronomiques et ses couverts, il est possible d’entraver le développement des populations de limaces.   ...

  • Home_limace_noire

    Dans la lutte contre les limaces, le biocontrôle a tout son intérêt

    Pour lutter contre les limaces, une approche se développe, celle du biocontrôle. Par ses pratiques agronomiques et le recours à des molécules d&rsq...

  • Home_limace_orange

    Comment se débarrasser des limaces sans perturber la faune auxiliaire

    Les deux matières actives autorisées dans la lutte contre les limaces l’ont été car elles ne sont pas novices pour la faune bén&...

  • Home_limace_herbe

    Comment protéger ses cultures des assauts des limaces

    Voraces, les limaces attaquent graines et jeunes plantes. En plus de pratiques agronomiques adaptées, le recours à des produits molluscides peut être n&ea...

  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit