colza2

La Commission européenne doit décider de l’avenir du Cruiser sur colza

Au mois de juin 2012, Stéphane Le Foll a annoncé l’interdiction à effet immédiat de l’utilisation du Cruiser® OSR utilisé pour le colza. Depuis, le dossier a tracé son chemin, et arrive désormais sur le bureau de la Commission européenne.

Ces 14 ou 15 mars 2013, la Commission européenne doit examiner le dossier du Cruiser® OSR, ou plus largement des produits utilisant comme molécules des néonicotinoïdes. Le commissaire européen à la santé Tonio Borg possède en mains une demande de la France d’étendre à l’Europe sa décision, mais aussi un rapport de l’EFSA (autorité européenne de sécurité des aliments). C’est dans l’interprétation de ce rapport que se trouve la clef de la décision.

Petit rappel des épisodes précédents. En juin 2012, l’une des premières décisions du ministre de l’Agriculture fraichement nommé, Stéphane Le Foll, consiste à interdire l’utilisation du Cruiser sur Colza, en se fondant sur le fait que ce produit empêcherait les abeilles de retourner à leur ruche, et serait donc à l’origine de leur mortalité excessive. Seulement le « fait » en question est contesté, l’étude l’ayant démontré s’étant fondé sur des doses très largement supérieures à celles utilisées dans la réalité. Qui plus est, un autre argument est avancé contre cette décision : la distorsion de concurrence vis-à-vis des pays voisins, qui eux continuent à considérer le Cruiser sur colza comme utile au développement de la plante.

C’est pour contrecarrer cet argument sur la distorsion de concurrence que la France a demandé à l’Europe d’adopter une décision collégiale sur le Cruiser sur colza. Pour cela, une étude a donc été commanditée à l’EFSA.

Cette étude dissocie les différents néonicotinoïdes utilisés dans l’agriculture, en donnant à chacune des trois molécules une appréciation.

Selon Syngenta (fabricant du Cruiser), contacté par WikiAgri, l’étude de l’EFSA n’a pas été réalisée en tenant des doses réelles d’application du produit par les agriculteurs. Et elle été réalisée rapidement, en trois mois, là « où nous mettons 18 à 24 mois d’exploration avant de mettre en vente une molécule« . Par ailleurs, la marque s’insurge également sur des décisions qui pourraient aller au-delà de la demande initiale (sur le traitement des semences) et concerner également les microgranulés.

Le dossier n’est pas neutre pour ceux qui cultivent le colza. La différence de rendements avec ou sans Cruiser serait de l’ordre de 2,5 quintaux/ha (source Syngenta). Ce n’est d’ailleurs plus seulement le colza qui est concerné, mais toutes les cultures aux floraisons nourrissant les abeilles, et donc aussi principalement le maïs.

Il existe plusieurs possibilités par rapport à la décision de la Commission européenne. Soit les molécules, et donc les produits qui en sont issus, sont retirés de l’Europe. Et dans ce cas la distorsion de concurrence est reportée à un autre niveau, entre l’Europe et les autres continents. Soit l’Allemagne et l’Angleterre notamment obtiennent gain de cause et les molécules sont maintenues. Soit enfin, aucune décision n’est prise, en reportant le problème à plus tard pour des compléments d’informations divers, de telle façon à ce que la saison qui débute autorise l’utilisation des molécules pour cette année encore… Partout en Europe, sauf en France.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

En savoir plus : https://wikiagri.fr/tags/cruiser_sur_colza (les épisodes précédents relatés sur wikiagri.fr) ; http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/130116.htm (le rapport de l’EFSA sur lequel la Commission européenne doit fonder sa décision) ; http://www3.syngenta.com/country/fr/SiteCollectionDocuments/Communiques-de-presse/2013-02-15-communique-presse-neonicotinoides-rapport-efsa-abeilles-incorrect.pdf (la réaction de Syngenta au rapport de l’EFSA) ; www.engagement-abeille.com (site créé par Syngenta pour communiquer sur ses propres recherches vis-à-vis de la disparition des abeilles et des solutions à apporter).

Article Précédent
Article Suivant