Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5388 MembresCréer un compte

Comment assurer l’installation photovoltaïque d’une toiture ?

Home_big_10-11-2021_couverture

Tout agriculteur qui réfléchit à un projet d’installation de panneaux photovoltaïques doit solliciter son assureur avant de se lancer.

Le risque majeur d’un parc de panneaux photovoltaïque est l’incendie. Chaque contrat s’appuie sur le dossier de prévention remis par un préventeur chargé d’analyser le bien à assurer.

Assurer des panneaux photovoltaïques est une démarche qui s’anticipe entre le porteur de projet et son assureur pour en prévenir les risques et éviter les défaillances pouvant pénaliser la production d’énergie. Aucun d’eux n’a intérêt à mettre en service une installation défectueuse.

« Aussi, tout agriculteur qui réfléchit à son projet doit solliciter son assureur avant de se lancer. C’est la meilleure recommandation que je puisse faire. En faisant appel à un préventeur, expert en ingénierie des risques, il bénéficiera des conseils appropriés pour conduire à bien son projet avant de signer tout engagement » explique Olivier Pardessus, Responsable Offres et Services Agricoles chez Groupama.

Il est plus facile de donner des conseils et d’apporter des solutions en amont d’un projet (localisation du bâtiment et du local technique à construire, protec- tion à prendre par rapport aux autres bâtiments…) que de gérer à postériori des situations à risques.

Les études préliminaires permettent, non seulement de vérifier l’assurabilité du projet et sa couverture assu- rancielle (prime d’assurance, franchise retenue, capital assuré…) mais aussi de sécuriser l’ensemble de l’instal- lation, son fonctionnement et son financement.

Par ailleurs, négocier un prêt pour financer un projet photovoltaïque en remettant à son banquier le rapport d’un préventeur est un atout. Ce dernier a ainsi tous les éléments pour apprécier la viabilité technique du projet soumis et les risques encourus. Si besoin, il s’appuiera sur le rapport complémentaire d’un bureau de contrôle indépendant pour la vérification des ins- tallations électriques notamment.

Les points de contrôle

L’incendie est le principal risque dont tout porteur de projet d’installation de panneaux photovoltaïques doit se prémunir puisque de l’énergie électrique sera produite : 1 incendie sur 3 est d’origine électrique. Aussi, avant de proposer un contrat d’assurance adapté pour couvrir une installation photovoltaïque, trois points seront passés en revue.

En premier lieu, il est nécessaire de préciser l’activité qui sera conduite dans le bâtiment.

Si des matières ou matériaux combustibles sont présents (ex. fourrages) ou s’il s’agit d’activités sensibles (ex. élevages hors-sol, chambres à atmos- phères contrôlées), il faudra prendre des précautions spécifiques pour minimiser tout risque d’incendie.

Le bâtiment aménagé ou nouvellement édifié doit par ailleurs répondre aux normes de construction.

La qualité de l’installation électrique sera le deuxième poste étudié.

L’installation électrique du bâtiment supportant les panneaux photovoltaïques doit être conforme aux normes applicables.

Il faut privilégier l’implantation des panneaux photo- voltaïques en surimposition de :

  • 5 cm en présence de matériaux combustibles dans l’épaisseur de la charpente (laine de bois...) ;
  • ou avec une lame d’air de 5 à 7 cm sur un support incombustible de type bac acier simple peau.

« Outre la nécessité de respecter les normes de construction et d’installation, il s’agit de vérif ier si l ’entrepreneur dispose de toutes les assurances requises pour couvrir les défauts d’installation » défend Olivier Pardessus.

Le troisième point est l’usage de l’électricité produite. Si celle-ci est en partie ou en totalité autoconsommée, il faudra s’assurer que les batteries soient bien isolées.

On ne peut pas déplacer le bâtiment déjà en place, sur la toiture duquel l’agriculteur souhaite installer des panneaux, pour qu’il ne constitue pas un danger pour les constructions situées à proximité. C’est une opération impossible !

Or en cas incendie, les pompiers doivent pouvoir accéder au bâtiment en feu et avoir les moyens de la circonscrire. « Il est conseillé de laisser 20 mètres entre deux bâtiments afin de limiter le risque de propagation d’un éventuel incendie », précise Olivier Pardessus.

Si un des bâtiments de l’exploitation est envahi par les flammes, et en l’occurrence celui équipé de panneaux solaires, les pompiers devront être en mesure d’inter- venir sans s’électrocuter. Et si seul le local technique (voire tout le bâtiment) est pris sous le feu, il sera plus facile de circonscrire l’incendie afin qu’il ne se répande aux bâtiments voisins !

Par ailleurs, Olivier Pardessus recommande de souscrire un contrat de maintenance avec un professionnel.

Les pertes d’exploitation


Outre la souscription d’un contrat d’assurance multirisque, l’agriculteur peut vouloir assurer son installation contre toute perte d’exploitation liée à un dommage. Si un orage ou un incendie altère les panneaux, et si, par conséquent, la production d’électricité cesse, l’exploitant sera alors indemnisé pour le préjudice subi. Il aura ainsi les moyens de régler ses échéances de prêt.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_5

    Assolement 2023, des engrais trois fois plus chers qu’en 2021

    Moissonneuse dans les champs de blé en France - Thierry Ryo   Comment prévoir son assolement à un an en période d’inflation des...

  • Home_capture_1

    PAC 2023-2027 et transition écologique

    Recycler les déchets agricoles donnerait accès aux aides éco-régimes   La société A.D.I.VALOR fédère un ...

  • Home_eta_29_semaine_19_couverture

    Optimiser ses chantiers sans se tromper

    Quelle largeur de faucheuse dois-je investir ? Quel tonnage doit faire mon prochain épandeur de fumier ? Une moissonneuse-batteuse plus puissante et donc plus ch&egrav...

  • Home_wiki_49_semaine_14_bis_couverture

    Renouvellement ou acquisition de matériels agricoles : du financement sur mesure

    Jean Louis Lebeau, Responsable animation commerciale agriculture au Crédit Mutuel   Le mode de financement d’un matériel agricole se cale sur...

  • Home_mars_2022_-_620_x_260

    Les Cuma indétrônables, solidaires et performantes

    Stéphane Chapuis et Ines Tayeb Les Coopératives d’utilisation de matériels agricoles sont toujours en vogue. Les Cuma savent répond...

  • Home_wiki_49_semaine_13_couverture

    Accès à la terre : prêt participatif, plateforme, régulation et digitalisation : l...

    Emmanuel Hyest, président de la FNsafer lors d'un congrès   L’agriculture attire les investisseurs. Les Safer, remplissent une mission d&...

  • Home_wiki_49_semaine_12_couverture

    FEVE booste l’installation et la transmission

    Vincent Kraus et ses deux collègues, Astrid et Simon   La start-up Fermes En ViE (Feve), créée en 2020, étend l’épargne ...

  • Home_economie_courtier_immobilier_achat

    Offrir aux porteurs de projets un cadre rassurant

    Accorder des prêts avantageux pour inciter des agriculteurs à s’installer ne suffit plus. Les banques doivent offrir une palette de services contribuant &a...

  • Home_wiki_49_semaine_11_bis_couverture2

    Financement de l’agriculture : innover pour installer et investir

    Francky Duchateau, Responsable Entreprises durables et Territoires pour le think tank Agr'Idées   En 2020, le ministère de l’Agriculture ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit