Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3513 MembresCréer un compte
Découvrez agri-meteo

Le lait "C'est qui le patron !" payé 390 euros les 1 000 litres par LSDH

Thumb_lait_r_mun_rateur
27Mar2017

La Laiterie Saint Denis l’Hôtel (LSDH) favorise des initiatives visant à rééquilibrer les relations avec les producteurs pour que le lait livré soit mieux payé.

La devise de la Laiterie Saint Denis l’Hôtel (LSDH) est « passion ambition humanité ». Elle a assis une partie de sa réputation en reprenant sous contrat des producteurs laitiers, et même parfois, leur société collectrice dans des zones où les groupes présents se désengageaient.

LSDH a ainsi tenté de maintenir, dans la région Centre, une production de lait dynamique afin de maintenir des éleveurs en activité. Et aussi pour assurer son propre développement industriel et économique.

« Les dirigeants de la laiterie se sont par ailleurs inscrits dans une volonté de favoriser toutes les initiatives visant à rééquilibrer les relations entre producteurs, transformateurs et distributeurs afin de voir les éleveurs gagner dignement leur vie », explique Philippe Leseure, directeur de LSDH.

Dans quelques mois, la laiterie conditionnera sous la marque « C’est qui le patron ! » le lait des ex-producteurs de Lactalis en rupture avec la politique du groupe. Leur contrat a été rompu unilatéralement. Mais qu’à cela ne tienne, leur lait sera dorénavant collecté et payé 390 € les 1 000 litres contre 320 € actuellement (moyenne janvier 2017 en France) et 280 € en septembre 2016.

Créée fin 2016, la marque « C’est qui le patron ! » connaît un succès grandissant auprès des consommateurs. Christophe Chabanne, entrepreneur, l'a conçue en pariant qu'ils ne s’intéressaient pas qu’au prix. Il a voulu les placer face à leurs responsabilités. Et le bilan est plutôt positif.

Le prix de 390 € les 1 000 litres a été fixé par un panel de consommateurs prêts à payer plus cher leur lait et le cahier des charges, pour le produire, a été défini suite à un travail d’enquêtes mené auprès d’un échantillon représentatif de citoyens et d'éleveurs engagés et intéressés par l’initiative. Résultat, ce document porte aussi bien sur l’alimentation des vaches que sur le bien-être animal.

Un marché qui reste de niche

Mais le marché du lait « C’est qui le patron ! » reste de niche. Il doit trouver en permanence son point d'équilibre sinon, tout le système s'effondre. A la fin de l’année dernière, seuls 3 millions de litres ont été commercialisés et payés par la LSDH.

La nouvelle marque doit en fait sa rentabilité à la mise à disposition d’un outil industriel performant réservé au conditionnement des produits de marques de distributeur. Le lait « C’est qui le patron ! » bénéficie ainsi des gains de productivité qui en découlent.

La construction d’une ligne de conditionnement spécifique pour cette marque décuplerait les frais de transformation, renchérirait le prix de vente et détournerait au final le consommateur.

La LSDH n’en est pas à sa première contribution industrielle, solidaire et équitable. La crise et la fin des quotas donnent libre cours à de nouvelles initiatives. Elles se sont toutes traduites par une nouvelle hiérarchisation des rapports entre les acteurs de la filière avec, à la clé, un prix du lait rémunérateur pour les producteurs.

En 2014, les centrales d’achat des grands groupes de distribution ont accepté, sous l’impulsion de Faire France (marque visant une rémunération décente pour les producteurs), de vendre à 0,99 € la brique d’un litre de lait demi écrémé pour que le lait soit acheté 10 centimes au-dessus du prix du marché. Et c’est LSDH qui conditionne en briques le lait ainsi vendu.

La plus-value revient alors intégralement aux éleveurs. Mais la collecte reste encore modeste.

En 2009 déjà, face à des producteurs locaux en difficultés et à des consommateurs soucieux de privilégier l’achat local, LSDH avait lancé le lait Centre Val de Loire. Quelques mois plus tard, Système U rejoignait la laiterie dans sa démarche en référençant le lait Centre Val de Loire dans ses hypermarchés et supermarchés de la région.

La laiterie était à l'époque la première entreprise à avoir passé et imaginé des accords tripartites producteurs-transformateurs-distributeurs (avec Super U, Auchan, ou Lidl, entre autres), selon Philippe Leseure.
 

En savoir plus : http://www.lsdh.fr (site internet de la laiterie Saint Denis de L'Hôtel) ; http://www.wikiagri.fr/articles/le-lait-equitable-de-la-marque-du-consommateur/10390 (précédent article de WikiAgri, signé Eddy Fougier, annonçant l'arrivée de "C'est qui le patron ! " sur le marché).

Notre illustration ci-dessous est issue du site Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/132681771.

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Avatar_blank

Hénin Frédéric

Journaliste

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x