Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Une pédagogie des carabes à l'échelle locale

Home_big_pi_ge_barber

Au lycée de Chambray dans l'Eure, trois années de mesures de populations de carabes au sein de parcelles agricoles ont donné des indications sur l'impact des conduites culturales et du paysage sur leur diversité. Ces résultats sont valorisés sur le plan pédagogique auprès des élèves du lycée, et ont été diffusés aux agriculteurs du secteur, friands de connaître la biodiversité qui évolue au cœur de leurs parcelles.

Des bosquets, quelques bois, un patchwork de zones de vallées, de hauts de coteaux boisés, et de zones d’openfield, les paysages de l’Eure présentent une certaine diversité. Côté pratiques agricoles on trouve de l’agriculture conventionnelle, intégrée, et l’agriculture biologique se développe. Pourtant, Jean-Robert Moronval, enseignant en agronomie au lycée agricole de Chambray en est persuadé : la biodiversité diminue. Pour comprendre ce phénomène, il a mis en place, avec l’aide des financements et formations proposés par Biodivea (un programme qui a engagé 18 lycées agricoles dans des projets visant à mieux concilier agriculture et biodiversité, sur la base de problématiques locales) une expérimentation reposant sur un réseau de parcelles agricoles en y mesurant la biodiversité avec une analyse croisant  les facteurs "paysage" et "pratiques agricoles".

Huit parcelles constituent ce réseau : deux menées en bio (une appartenant au lycée, l’autre chez un agriculteur), quatre en conduite intégrée (une au lycée, les trois autres chez des agriculteurs), et enfin deux en conventionnel (une au lycée, l’autre chez un agriculteur).

« Nous avons mesuré les populations de lombrics, l’indice d’activité biologique et les populations de carabes. Les résultats les plus frappants sont ceux obtenus sur les carabes », précise Jean-Robert Moronval. Les protocoles de recherche sur trois ans, menés par des enseignants, sont assez rares. L’intérêt des conclusions est d’autant plus grand que les personnes à sensibiliser sont à portée de main : élèves et agriculteurs.

32 000 carabidés à trier

Les mesures reposent sur la mise en place de pièges Barber (contenant enfoncé dans le sol dans lequel les insectes tombent), disposés au milieu de la parcelle. Les pièges sont relevés chaque semaine pendant 6 semaines. A raison de 3 pièges par parcelle, cela fait en tout 144 pièges relevés par année sur la durée du piégeage … Et beaucoup de carabes. « C’est très parlant, car on cherche à comprendre tout ce que l’on observe. Au bout des trois années, on aura piégé environ 32 000 carabes ! » explique l’enseignant. Mais la quantité n’est pas le paramètre le plus intéressant : aujourd’hui, on sait parfaitement relier une espèce à un environnement, le carabe est donc une espèce bio-indicatrice.

Sur les 8 parcelles, 37 espèces de carabes ont pu être recensées, dont trois espèces rares et indicatrices de biodiversité : Carabus monilis, Carabus auronitens et Brachinus crepitans. Les deux premières espèces font partie de la catégorie des gros carabes, mesurant environ trois centimètres. « On trouve ces grosses espèces forestières là où elles peuvent se déplacer et se reproduire, c'est-à-dire dans les bandes enherbées ou proches des haies, commente Jean-Robert Moronval. Les carabidés sont plus ou moins sensibles aux produits phytosanitaires et au labour ; on peut trouver C.monilis et C.auronitens dans des parcelles en conventionnel à condition qu’il y ait des infrastructures agroécologiques autour et que la pression phytosanitaire ne soit pas trop forte. »

Le fameux Brachinus crepitans, lui, est plus exigeant : il n’a été trouvé que dans une des 8 parcelles, mais durant les trois années de l’expérimentation. Apparemment, il disparaît à partir du moment où il y a application de pesticides. « Comme nous relevons la conduite culturale de la parcelle, nous savons que l’agriculteur en "conventionnel" chez qui on a trouvé Brachinus n’utilise plus de produits phytosanitaires dans cette parcelle parce qu’elle est proche d’une zone pavillonnaire, résume Jean-Robert Moronval. Les parcelles alentours sont peu traitées, et en plus, il ne la laboure plus depuis longtemps et a choisi cette parcelle pour tester l’agroforesterie. » Un ensemble de facteurs qui ont permis à une espèce rare de cohabiter avec l’agriculture.

Brachinus crepitans n’est pas retrouvé dans les parcelles menées en agriculture biologique. Pour l’agronome, « ce résultat s’explique probablement par la présence de parcelles traitées autour de cette parcelle en bio.  On peut aussi penser au type de sol, qui est différent ». Quoiqu’il en soit, le non usage de produits phytosanitaires n’est pas l’unique facteur expliquant la diversité observée.

L’importance relative des infrastructures dites "agroécologiques"

Au-delà de la présence de ces trois espèces rares, la population de carabes est, sur l’ensemble des parcelles, représentée à 90 % par quatre espèces : Anchomenus dorsalis, Poecilus cupreus, Pseudomonus rufipes et Pterostichus melanarius. Elles supportent les conditions de culture intensive, et sont encore plus représentées dans les parcelles en agriculture conventionnelle. Selon Jean-Robert Moronval, il est important de distinguer plusieurs degrés : « On a eu le cas d’une parcelle située proche d’un bois, d’une haie et d’une prairie, où le labour a été arrêté lors des deux dernières années d’expérimentation et où les doses de traitements ont été diminuées. C. monilis et C. auronitens sont apparus dans cette parcelle. »

En revanche, ce sont les parcelles en agriculture intégrée entourées par quelques chemins enherbés qui présentent une population équilibrée, avec quelques espèces rares. Enfin, les parcelles conduites en bio conservent, tout au long de la rotation (ici, luzerne - blé - lin oléagineux) une ou plusieurs espèces rares et une population équilibrée, ce sont donc les plus résilientes. Pour résumer, les pratiques culturales ont une influence aussi importante que les indicateurs agroécologiques sur les populations de carabes. L’agriculture intégrée montre une population diversifiée de carabes malgré l’absence de ces indicateurs. Toutefois, ces derniers permettent de gagner en diversité dans les parcelles en conventionnel, sans atteindre les niveaux du bio ou de l’intégré.

Une démarche pédagogique

Les élèves de première S et de BTS ACSE (analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole) ont été impliqués dans la mise en place, les relevés de pièges, et partiellement lors du tri de carabes en salle au cours des trois années d’essais. Une fois les résultats obtenus, ils sont analysés en classe, avec ces mêmes groupes d'élèves. « Par classe, nous avons fait 8 groupes, pour représenter les 8 parcelles. Je mets à disposition de chaque groupe un lot de carabes conservés dans l’alcool, correspondant à une parcelle. Les élèves peuvent ainsi s’échanger les informations entre parcelles, se poser des questions, chercher à croiser leurs observations avec la conduite culturale, résume l’enseignant. Et les élèves sont d’autant plus intéressés que les résultats sont locaux, ils viennent en partie de leur lycée ! »

Valorisés auprès des formations existantes, ces résultats serviront également de support  à l'analyse des mécanismes de régulation au sein des agrosystèmes pour la formation de BTS APV (agronomie et productions végétales) que l’établissement proposera prochainement.

Un essai révélateur

Les cinq agriculteurs volontaires pour les essais ont reçu chaque année un compte-rendu des populations de carabes observées. Deux journées de communication ont été organisées pour que les enseignants puissent échanger avec les agriculteurs sur les résultats, tant attendus par ces derniers. Pierre Gégu, propriétaire de la parcelle où Brachinus crepitans a été trouvé, n’en revenait pas. Il ignorait que ses choix avaient préservé une espèce rare, qui témoigne d’une biodiversité globale dans sa parcelle.

 

Photo ci-dessous, mise en place d'un piège Barber par un élève de terminale S.

Photo ci-dessous, piège barber.

Photo ci-dessous, échantillons de carabidés.

Photo ci-dessous, élèves triant les prélèvements de carabes.

Photo ci-dessous, carabus auronitens, un carabidé rare dans les agrosystèmes.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Lysiak Opaline
Thumb_1094946_10200820934064611_1413490193_n

Ingénieur agronome, enseignante en agronomie

  • Vous aimerez également
  • Home_colza_-_620_x_260

    Face à un colza clairsemé ou rachitique, comment et quand prendre la décision de l...

    Les conditions d’implantations difficiles ont, une nouvelle fois, pénalisé pas mal de colza. Surtout dans l’Est et le Centre, des parcelles pr&e...

  • Home_c_r_ales_-_620_x_260

    C’est tout au long du cycle qu’il faut donner à ses cultures le potentiel de faire...

    Si la verse pathologique est due à une maladie, comme le piétin verse ; la verse physiologique est multifactorielle. Elle dépend de la sensibilité...

  • Home_img24

    Quelle stratégie face au risque représenté par les limaces ?

    Installation d’un piège à limaces dans un champ agricole. © D.R. Agronomie - Quelle stratégie face au risque représent&ea...

  • Home_couverture

    Optimiser sa fertilisation P et K

    Avec l’azote, le phosphore et le potassium sont les piliers de la fertilisation des cultures. Pour optimiser leurs apports et aller jusqu’à une modulation ...

  • Home_couverture_v2

    Ne pas baisser la garde sur la protection fongicide de son colza

    Si la campagne 2019/2020 a été assez saine sur le plan des maladies fongiques, il faut rester attentif au printemps prochain pour établir un programme co...

  • Home_colza__vari_t_s_2020_

    Variétés de colza, les nouveautés 2020

    Pour bien préparer son futur semis, c'est important de connaitre les propriétés de chaque variété. Tour d'horizon, par marques, des...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Faut-il encore semer du blé dur en Occitanie ?

    Suite aux conditions de l’année 2018, avec une qualité dégradée, des rendements faibles et des prix mauvais, des questions se posent quant &...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Interculture, les cultures intermédiaires peuvent avoir un effet désherbant

    Contrairement aux idées reçues, les cultures intermédiaires ne sont pas des refuges de mauvaises herbes. Au contraire, si elles sont semées sur un...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Maïs fourrage, les récoltes débuteront avant fin août

    Les récoltes de maïs fourrage pourraient débuter avant fin août, sauf si la météo des semaines à venir s’y oppose. Il est ...

  • 3Commentaire
  • #1

    Tous ces pauvres carabes "mort pour la sciences".... Tous cela est très bien, mais il est quand même dommages de réinventer toujours les mêmes choses sans jamais regarder se qui c'est déjà fait ailleurs et avant

  • #2

    Bonjour gytdm, En effet, les observations de carabes et la comparaison entre leur diversité et les pratiques sont plutôt répandues. L'intérêt de cet article est l'aspect pédagogique: des résultats intéressants sont obtenus sur les parcelles du lycée et dans des exploitations alentours, ce qui rend le protocole vraiment attrayant pour les élèves.

  • #3

    Super article et super expérience !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit