Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4990 MembresCréer un compte

Qu'est-ce qu'un intrant ?

Home_big_intrant

On appelle intrants les produits appliqués aux terres et aux cultures pour améliorer leur rendement. Ces produits ne sont donc pas naturellement présents dans le sol.

Dans un sens élargi, les intrants peuvent désigner les semences et les plants ; dans une acception encore plus large, à la fois technique et économique, les intrants correspondent aux ressources utilisées par l’agriculteur pour faire fonctionner son exploitation. 

Produits phytosanitaires et fertilisants se sont développés au milieu du XXe siècle, en réponse aux besoins agricoles et aux progrès de la chimie. Après une très forte croissance à la fin du XXe siècle, lors de la « révolution verte », nous sommes depuis une quinzaine d’années dans une phase de prise de conscience écologique autour des intrants. 

De concert avec l’Union européenne, et notamment depuis le Grenelle de l’environnement (2007) et le plan Ecophyto, le cap suivi est celui d’une réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, afin d’augmenter les seuils de préservation de l’environnement et de l’homme, et de mieux faire face aux phénomènes de résistance aux pesticides.  

Quels sont les différents types d’intrants ?

Les intrants sont nombreux et variés. Ils se distinguent par leur type, leur objectif, leur mode opératoire, leur degré de toxicité. On peut les classer dans trois grandes catégories :

Les produits phytosanitaires

Les pesticides, ou produits phytosanitaires, sont utilisés pour lutter contre les maladies des cultures et contre les parasites (comme le pietin échaudage par exemple). Ils peuvent avoir un rôle préventif ou curatif.

Ils sont composés d’une substance active, d’un diluant et d’adjuvants. Leur origine peut être minérale, organique, naturelle ou issue de la chimie. On distingue, dans cette catégorie, les herbicides, contre les mauvaises herbes, les insecticides, contre les insectes nuisibles, les fongicides contre les champignons. On peut également citer les bactéricides, les acaricides et les molliscicides.

Les désherbants peuvent agir sur la partie aérienne de la plante (herbicides de contact) ou sur l’ensemble de la plante (herbicides systémiques). Ils sont appliqués avant ou après la levée des aventices. Les insecticides agissent en traitement préventif, en enrobant les semences par exemple, ou en traitement curatif (les insectes sont éliminés par inhalation, ingestion ou contact).

Les fongicides agissent par le même mode opératoire. Ils sont généralement à base de soufre et de cuivre.

Les fertilisants

La catégorie des fertilisants regroupe les engrais et les amendements.

Utilisés pour améliorer la qualité des sols, les engrais sont des substances organiques ou minérales, majoritairement composés d’azote.

On peut citer les engrais azotés organiques (fumier, lisier, guano, etc.), ils peuvent également être composés d’urée, de phosphore, de potasse.

Les amendements basiques sont le plus souvent à la chaux, acidifiants pour les sols alcalins.

Ces fertilisants sont généralement incorporés au sol, ils peuvent être également apportés par l’eau d’irrigation, plus rarement pulvérisés.

Les biostimulants 

Les biostimulants sont des produits dont le rôle est de renforcer les défenses de la plante, à travers un mode d’action enzymatique. On peut également utiliser des activateurs et retardateurs de croissance, à base d’hormones. 

Comment y accéder et les utiliser

La provenance et la qualité des intrants sont contrôlés par la règlementation européenne. 

Tout produit phytosanitaire, produit biocide et matière fertilisante, doit posséder une autorisation européenne et une AMM (autorisation de mise sur le marché). Pour l’agriculture biologique, les produits phytosanitaires et les fertilisants utilisables sont soumis à la règlementation. 

Chaque produit possède plusieurs informations obligatoires. Une étiquette renseigne sur le type d’intrant, sa composition, son mode d’utilisation et son classement toxicologique, à travers des pictogrammes. 

La réflexion autour de l’agriculture raisonnée et durable nous conduit à remettre en cause certaines pratiques suceptibles de causer des dommages environnementaux et sanitaires. La législation a évolué pour favoriser l’utilisation d’intrants d’origine naturelle.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 12
  • 8
  • 4
  • 2
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_colza

    Le colza sous pression

    Le froid de la semaine dernière a engendré de gros dégâts sur les vergers et les vignobles français, mais également sur les cultures....

  • Home_capture_d_e_cran_2021-04-07_a__12.42.28

    Premier achat de blé de l'Egypte pour la nouvelle récolte

    Mercredi 7 avril, le GASC qui effectue les achats de céréales pour le compte de l'état égyptien a rendu public le résultat de son appel...

  • Home_capture_d_e_cran_2021-03-04_a__12.00.04

    Un banc de pulvérisation pour mesurer l’impact

    Un matériel pédagogique unique, de pulvérisation mobile a été mis au point afin de reproduire les différentes étapes de l&rsq...

  • Home_capture_d_e_cran_2021-03-04_a__11.53.53

    Fongicides T1& T2 : comment sécuriser l’efficacité et réduire les doses

    Les traitements fongicides sur céréales à paille, T1 et T2 méritent souvent d’être adjuvantés. Les adjuvants de nouvelle g&eacu...

  • Home_img66

    Cultivez la diversité

    Comme dit le dicton, ne mettons pas tous nos œufs dans le même panier. C’est aussi vrai pour les prairies où les implantations multi-espèces f...

  • Home_img139

    Du foin à haute valeur par le séchage en grange

      Crédit photo illustration de l'article : Segrafo. Le séchage en grange permet de produire du foin de valeur alimentaire proche d’...

  • Home_img133

    Décomposer les coûts de la récolte de l’herbe

    Les fourrages représentent environ 20 % du coût total de l’élevage des herbivores. La maîtrise de ces coûts au moment critique de la r&e...

  • Home_img127

    Organisation du chantier de récolte : chaîne de matériel

    Le moment de la fauche (voir article récolte) met à terre un potentiel de rendement et de qualité. Mais c’est ensuite, tout le long de la chaî...

  • Home_img119

    Déterminer sa date de récolte optimale

    La période de récolte de l’herbe est un compromis à trouver entre qualité du fourrage, quantité, conditions météorologi...

  • 1Commentaire
  • #1

    De l'usage des intrants sur la nature.

    DISPARITION DES OISEAUX : LE PRINTEMPS SILENCIEUX ?

    Cet été les médias se sont fait écho d’études (Bilan de la biodiversité en France, 2018) montrant un phénomène de disparition massive des oiseaux. En moyenne les populations d’oiseaux se sont réduites d’un tiers en 15 ans (communiqué du Muséum d’histoire naturelle du 20.03.2018). Une des principales causes est l’impact de l’agriculture avec d’une part, l’emploi des pesticides qui détruisent les insectes (donc la nourriture des oiseaux insectivores) et d’autre part la modification massive des milieux avec une grande réduction de toutes les structures paysagères complexes du type haies, arbres d’alignement, vergers, etc. sans compter la destruction à grande échelle des zones humides (mares, tourbières, etc.) C e sont surtout les insectivores qui paient un très lourd tribut à l’agriculture moderne. Le gouvernement nous propose régulièrement un plan de réduction des pesticides q ui malheureusement si l’on en croit les chiffres et la démission récente de Nicolas Hulot a quasiment l’effet inverse. Il s’ajoute aux traitements insecticides dans les cultures, une intensification des traitements des animaux d’élevage contre les diverses maladies, leurs porteurs et les parasites tels que les vers. Citons par exemple l’emploi de capsules vermifuges permanentes dans la panse des bovins qui relarguent leur poison dans les bouses, empoisonnant les insectes des bouses. Il y a plus de 50 ans en 1960, Rachel Carson, journaliste américaine, écrivit le premier best-seller écologique « Le printemps silencieux » qui lança le mouvement pour la protection de l’environnement. Il est intéressant de savoir que c’est son amie Marjorie Spoeck, une jardinière biodynamiste de la région de New York qui étant révoltée par les pulvérisations systématiques de pesticides par avion avait demandé à son amie Rachel Carson d’écrire l’ouvrage précité. Malheureusement le titre de cet ouvrage correspond plus que jamais à la réalité.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit