Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5419 MembresCréer un compte

Quelle stratégie face au risque représenté par les limaces ?

Home_big_img24
Installation d’un piège à limaces dans un champ agricole. © D.R.

Agronomie - Quelle stratégie face au risque représenté par les limaces ?

La lutte contre les limaces reste une préoccupation majeure lors de l'implantation des cultures. Quelques rappels pour savoir quand traiter et quel retour sur investissement espérer.

« Les relations entre les pertes de rendement et le nombre de limaces observées sont très difficiles à estimer », constate André Chabert, animateur du réseau mixte technologique (RMT) « diagnostic santé du végétal » de l’Acta. Non seulement, les connaissances sur la biologie de la limace manquent, et en plus l’évaluation de leur nuisibilité reste difficile. « Pour un même nombre de limaces dans une même culture, les pourcentages de pertes sont très variables, poursuit le spécialiste. Il n’y a pas de relation mathématique entre le nombre de limaces piégées et les pertes en plantes. Ainsi dans un colza, avec de 1 à 2 limaces par m², les pertes vont de 0 à 100 % de plantules, avec une perte médiane à 12 %. Quand on dépasse les 2 limaces, la médiane est supérieure à 30 %. En blé, culture moins sensible, des dégâts importants sont observés en général quand on dépasse les 20 limaces au mètre carré. »

En effet, toutes les cultures n’ont pas la même capacité de compensation. Le colza, le tournesol et le maïs compensent très mal une attaque précoce, alors que les céréales repartiront plus facilement. « En tournesol comme en colza, on peut arriver à un tel niveau de pertes qu’un resemis est nécessaire. Même si on a été assez tranquille pendant deux campagnes, il faut rester vigilant », prévient Guillaume Barbe, chef de marché chez Adama. Face à des attaques si hétérogènes, « il est difficile de modéliser le risque limaces. En plus il est multifactoriel, c’est beaucoup plus complexe par exemple que pour les maladies », estime Jérôme Rouveure, chef produits et digitalisation chez Phyteurop.

Protéger les plantules  

Ce sont sur les semences et les jeunes plantules que les attaques de limaces sont les plus dommageables. Leur vulnérabilité dure jusqu’à ce que les plantes aient atteint le stade 3 à 4 feuilles. « Chaque année, sèche comme humide, 8 % des parcelles de colza sont à resemer à cause des dégâts des limaces », partage Pierre Olçomendy, chef marché anti-limaces chez De Sangosse. Un resemis revient à 250 à 300 € par hectare, à mettre en face de la quinzaine d’euros que coûte la protection molluscicide. Le choix économique est vite fait !

Pour décider d’une stratégie pertinente et protéger ses cultures pendant leur stade sensible, il faut évaluer le risque dans chaque parcelle, en fonction du type de sol, du précédent… Ce risque est à compléter par une estimation de la population de limaces, deux à trois semaines avant le semis, grâce à des pièges.

Différents outils peuvent y aider, comme l’Observatoire De Sangosse, accessible sur le site www. ciblage-anti-limaces.fr ou sur l’application Ciblage. « 800 agriculteurs nous transmettent les résultats de leurs piégeages, explique Pierre Olçomendy. C’est une alerte pour penser à aller poser des pièges dans ses parcelles. » Le comptage par les pièges ne reflète que l’activité des limaces en surface.

On estime que pour une limace en surface, donc comptabilisée, il y en a 7 fois plus dans le sol. « Les pièges servent de refuge et donc ne traduisent pas forcément la population active », prévient François Brunisholz, d’Arvalis. « Leur alerte est à compléter par une observation directe, des populations et des dégâts dans la parcelle à risque. » C’est bien l’activité, donc les déplacements pour se nourrir, qui fait le risque. C’est ce que suit l’application Lim-Alert, que propose Adama. « En fonction du risque de la parcelle et de critères climatiques, l’application détermine l’activité des limaces, ce qui aide l’agriculteur à déclencher le traitement en fonction d’un risque avéré », explique Guillaume Barbe. De même, avec l’application Prévilimaces, de Phyteurop, qui propose une approche à la parcelle intégrant les paramètres de lutte agronomique pour estimer le risque limaces et met à disposition un tableau dynamique avec les seuils, les stades de protection, les capacités de compensation par culture.

Les instituts techniques estiment qu’il y a un risque en colza et tournesol dès qu’on observe 1 à 2 limaces/m² en conditions humides. En maïs, le seuil de risque est fixé entre 3 à 5 limaces. En blé et orge, il faut intervenir avec le semis si on détecte plus de 20 limaces au m². S’il n’y en a moins, on peut attendre le semis.

Si, au regard du piégeage, de la sensibilité de la culture, des conditions météo, le risque est fort, il faudra apporter de l’anti-limaces, au semis, en localisé ou mélangé avec la semence. Une deuxième intervention, entre le semis et stade 3 à 4 feuilles, pourra être nécessaires si plus d’un tiers des plantes attaquées. En cas de risque moins fort, il faut rester vigilant et suivre le piégeage et l’évolution météo pour intervenir si besoin.

Deux matières actives sont disponibles, métaldéhyde et phosphate ferrique. « Nous travaillons pour les années à venir sur de nouvelles solutions », complète Guillaume Barbe.  

Phyteurop lance Techn’O Intens
Phyteurop lance Techn’O Intens, un granulé à 2,5 % de métaldéhyde, utilisable en plein et en localisé. « Grâce à l’efficience de la formulation, l’efficacité est équivalente à celles de produits plus concentrés tout en permettant une réduction des quantités de matière active utilisées », souligne Jérôme Rouveure.
Techn’O Intens bénéficie de la qualité des granulés Techn’O. En plein, il sera utilisable de 3 à 5 kg/ha. Epandable en grande largeur, jusqu’à 24 mètres, Techn’O Intens assure une excellente répartition au sol et une bonne couverture avec ses 70 granulés par gramme.
Ce produit répond à l’évolution réglementaire au niveau européen pour les molluscides, applicable en octobre 2021 pour les produits contenant 3 % de métaldéhyde et plus, qui changeront de classement et devront être séparés dans le local phyto.  
 
Des mesures agronomiques pour contenir les populations
Certaines pratiques agronomiques aident à réduire le nombre de limaces : le déchaumage et le travail du sol réduisent les populations par la dessiccation des œufs, les rotations avec une alternance de cultures de printemps et d’automne, un semis précoce de colza pour avoir une levée avec la génération d’automne des limaces grises, des couverts peu appétents (moutarde, avoine, phacélie), le roulage des semis pour éviter les sols motteux.
A l’inverse, les semis directs auront tendance à favoriser les limaces. « Dans un semis de colza sous couvert, on peut observer plus de 30 limaces au m², prévient Pierre Olçomendy. Le couvert leur a fourni un refuge avec humidité et nourriture. »
 
Cinq nouveaux produits disponibles depuis 2019
L’an dernier, la gamme des molluscides s’est enrichi de 5 nouveaux produits :
  • Ferrex à base de phosphate ferrique (2,5 %), de la société Frunol Delicia, produit autorisé en agriculture biologique.
  • Seedmixx à base de phosphate ferrique (3 %), de chez Certis, à appliquer à la semence à raison de 4 à 7 kg/ha.
  • Ironmax MG à base de phosphate ferrique (3 %) de la société De Sangosse. A utiliser en mélange à la semence ou en localisé, utilisable en agriculture biologique.
  • Gusto 3 à base de métaldéhyde (3 %) de la société Adama. Son application en plein est de 32 à 90 granulés par m², soit 4 à 11,5 kg/ha.
  • Metarex Duo, qui associe du métaldéhyde (1 %) et du phosphate ferrique (1,62 %), de la société De Sangosse. Sa présentation en billes permet un épandage sur 28 mètres.  

Cécile Julien

 

 

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : redaction wikiagri
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_1

    Affiner sa stratégie anti-limaces

    Petit mollusque au grand appétit, la limace est la bête noire des semis, surtout de colza. Différents OAD compléteront vos observations pour prot&e...

  • Home_capture_2

    Stations météo connectées, un pas de plus vers l’agriculture de précision

    En donnant accès à des données climatiques fiables et ultra-localisées, les stations météo connectées sont devenues un outil ...

  • Home_wikiagri_49_semaine_14_couverture

    Désherbage, mixez les stratégies

    Pour endiguer les adventices, élargissez vos possibilités de choix en intégrant le désherbage mécanique dans le panel des solutions. C&...

  • Home_wiki_49_semaine_11_couverture

    Biostimulants, aider les plantes à faire face aux stress abiotiques

    Le changement climatique augmente les risques de stress abiotiques auxquels les cultures doivent faire face : manque d’eau, températures très chaudes ou, ...

  • Home_wiki_49_semaien_8_couverture

    Le maïs, champion du pouvoir méthanogène

    La méthanisation permet de produire du biogaz à partir de matières organiques, plantes ou effluents d’élevage. En culture principale comme C...

  • Home_wiki_49_semaine_7__bis_couverture

    Le maïs, une culture d’avenir

    Avec une moyenne nationale de 110 q/ha - 123 en irrigué, 101 en sec - le maïs a pulvérisé son record de productivité en 2021. « Le ma&i...

  • Home_semis_direct

    Le semis direct : quels bénéfices ?

      Les intérêts agronomiques, environnementaux et socio-économiques du semis-direct sous-couvert Les intérêts agronomiques du Sem...

  • Home_wiki_48_semaine_48_bis_couverture

    Les adjuvants aident à baisser l’IFT

    En grandes cultures, accéder à  la  certification  Haute  Valeur Environnementale (HVE) passe par une réduction de ses Indices de Fr&...

  • Home_wiki_48_semaine_48_couverture

    Céréales à paille : maximiser leur protection fongicide

    Pour alléger le poste fongicide sur ses céréales, il faut actionner tous les leviers, depuis le choix de variétés peu sensibles jusqu'&...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit