Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5096 MembresCréer un compte

PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

Home_big_activite__ce_re_alie_re

Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’architecture verte du Plan stratégique national, pour percevoir les aides relevant des éco-régimes. Elles remplaceront les paiements verts, mais les conditions pour en bénéficier seront bien plus sélectives.

Dans le secteur des grandes cultures, la réforme de la PAC imposera de nouvelles pratiques. En jeu, les aides éco-régimes du Plan stratégique national (PSN) qui se substitueront aux paiements verts. Les éco-régimes seront globalement financés par le budget alloué jusqu’à présent aux paiements verts (2,04 milliards d’euros en 2019 à l’échelle de la Ferme France – source ministère de l’Agriculture) alors que les paiements de base portent eux sur 2,9 Mds d’€ (Ferme France –toujours en 2019). Pour 2023 et les années suivantes, l’enveloppe serait de 2,2 milliards d’euros à répartir entre les agriculteurs qui y adhèrent.

Pour rappel, à l’hectare, les paiements découplés sont estimés en 2019 à 217 €/ha dans les exploitations céréalières hors cultures industrielles.

Si les paiements verts constituent environ 30 % des paiements découplés, ils représentent donc environ 65 € par hectare. Pour 27 000 € d’aides PAC découplées, la non prise en compte des paiements verts équivaudrait alors à un manque à gagner de 8 100 €.

Or la réforme de la PAC 2015-2022, les conditions de marché et les aléas climatiques qui ont prévalu, ont fragilisé la situation économique des exploitations céréalières alors qu’il y a encore quelques années elles étaient présentées invulnérables.

Selon le service statistique du ministère de l’Agriculture, l’excédent brut moyen d’exploitation (EBE) de l’ensemble des exploitations céréalières était de 55 900 € par unité de travail agricole non salarié (Utans) en moyenne en 2019.

Mais pour 19,2 % des exploitations céréalières et grandes cultures réalisant un chiffre d’affaires de moins de 82 800 €/Utans, l’EBE est de 14 400 € alors que les aides PAC reçues sont à peu près du même montant.

Pour 6 exploitations sur 10 (chiffre d’affaires compris entre 82 800/Utans et 300 000 €/Utans), l’EBE est de 45 000 € constitué aux deux tiers d’aides Pac (30 000 € environ).

Enfin, pour deux exploitations sur dix (chiffre d’affaires supérieur à 300 000 €), l’EBE de 102 500 €/Utans est constitué pour moitié d’aides Pac (environ 55 000 €). L’échantillon de l’étude porte sur 71 671 exploitations.

Pour finir de brosser ce tableau, les exploitations céréalières sont endettées à hauteur de 130 000 € et celles des grandes cultures de plus de 260 000 € (emprunts à court et long terme). Et  parmi l’ensemble de ces exploitations, un quart des exploitations céréalières et 9 % des exploitations grandes cultures (céréales + plantes industrielles) dégagent un EBE négatif hors aides PAC.

Trois voies pour les éco-régimes

Sur le plan démographique, en 2019, 55 % des agriculteurs ont 50 ans ou plus, selon l’INSEE (focus 2012- octobre 2020) et même 13 % des agriculteurs ont 60 ans ou plus. À l'inverse, seul 1 % des agriculteurs a moins de 25 ans, contre 8 % pour l'ensemble des personnes en emploi.

Ainsi, la nouvelle réforme de la PAC entrera en application pour engager l’agriculture dans la transition agro-écologique, faiblement émettrice de gaz à effet de serre avec une grande partie des agriculteurs qui a comme perspective la gestion de la fin de leur carrière professionnelle.

Dans l’état actuel de nos connaissances, trois voies seraient proposées pour « rentrer » dans les éco-régimes :

- La certification. Les exploitations converties à l’agriculture biologique et celles certifiées HVE3 (haute valeur environnementale) se verraient automatiquement allouées le montant de l’aide de l’éco-régime (environ 62 €/ha).

- Les rotations obligatoires. A noter que la culture de protéagineux n’est pas possible partout. Les agriculteurs déplorent de ne plus avoir accès à certains produits pour protéger efficacement les cultures de pois et de féveroles. Aussi ont-ils parfois cessé de cultiver ces plantes malgré les atouts incontestables qu’elles présentent.

- Le retrait de surfaces de la production agricole destinée aux marchés (jachère, SIE étendues, haies…).

Quelle prise en compte des réalités sociologiques et sociales ?

Dans ce contexte, les objectifs du Plan stratégique national et les enjeux écologiques, que porte la réforme de la PAC post 2023, pourraient être challengés par des réalités sociologiques et même sociales :

- Quels céréaliers de plus de 55 ans, endettés, dégageant un EBE négatif et sans repreneur seraient à prêts revoir leur système de production et leurs pratiques culturales pour percevoir les aides des éco-régimes sans être assurés d’un retour sur investissement ?

- Plutôt qu’engager des frais pour percevoir une partie ou la totalité des aides des éco-régimes, ces derniers pourraient opter pour des solutions structurelles qui leurs permettraient d’atténuer le manque à gagner. Par exemple, confier les mises en cultures à des entreprises de travaux agricoles. Est-ce l’avenir des entreprises agricoles ?

- D’autres se lanceraient avec opportunité dans la conversion en bio ou la HV3. Or « faire le choix de ces agricultures certifiées nécessite une vision à long terme sur l’équilibre des marchés, et le niveau des prix » selon Yves Le Morvan, responsable "filières et marchés" pour le think-tank Agridées.

Attention au « danger de standardiser ce qui aujourd’hui est créateur de valeur » résume Yves Le Morvan.

« Tel qu’il a été présenté par les services du ministère de l’agriculture, le Plan stratégique national s’inscrit dans une logique de décroissance de l’économie nationale. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour rendre l’agriculture plus écologique, l’idée défendue par le ministère de l’agriculture est de produire moins », déplore Eric Thirouin, président de l’AGPB, association spécialisée des producteurs de blé de la FNSEA. Sans se soucier que la France ne serait plus alors en mesure d’exporter plus de 30 millions de tonnes de céréales (chiffres 2019) vers ses voisins européens et hors de l’Union européenne.

« Le PSN exclurait des milliers de céréaliers qui ne pourraient pas remplir les conditions pour percevoir les aides éco-régimes qui remplaceraient les paiements verts, ajoute encore le Président de l’AGPB. Et pour ceux qui poursuivraient néanmoins leur activité, la course à l’agrandissement des exploitations serait relancée ».

Pour qu’une large majorité de céréaliers puisse toucher les aides éco-régime, l’AGPB prône la certification environnementale de niveau 2 éligible au PSN. Les céréaliers qui s’inscriraient alors dans cette voie percevraient des aides éco-régime en paiement des efforts réalisés pour adopter des pratiques agricoles plus écologiques.

Pour bien réformer, il faut savoir emmener toute la population concernée.

Par taille d’exploitation, le plan stratégique national remettrait en jeu

- environ 5 000 € par unité de travail agricole non salarié (Utans) pour les     exploitations dégageant un chiffre d’affaires inférieur à 82 800 € (seuil fiscal du micro BA);

- environ 13 500 €/Utans  pour les exploitations dégageant un chiffre d’affaires compris entre 82 800 € et 300 000 € ;

- environ 16 500 €/Utans parmi les exploitations les plus importantes (+ 300 000 € de chiffre d’affaires).


Notre illustration ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 3
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_port_ce_re_alier

    "Les marchés agricoles ne sont pas rentrés dans un cycle long de prix élevés"

    Lors des sixièmes entretiens de l’Observatoire de la formation des prix et des marges, Philippe Chalmin, le président, a présenté comment le...

  • Home_soja_graines_et_champ

    La Chine importera 60 pour 100 du soja exporté dans le monde en 2021-2022

    Chaque année, la production de soja bat des records et pourtant les marchés parviennent à peine à l’équilibre. L’an prochain, l...

  • Home_eta_22_semaine_26_couverture

    SUR QUELS CRITÈRES CHOISIR SA CHARRUE ?

    Comme le veut l’adage, choisir c’est renoncer. Il est malheureusement difficile de trouver un outil idéal qui correspond en tous points aux critères...

  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • 1Commentaire
  • #1

    Depuis quelques années tous les médias nous inondent d'articles sur l'effondrement de la biodiversité, tout est parti d'UN SEUL rapport du CNRS de Chizé (79) relayé massivement par tous les élus EELV : 30% des espèces d'oiseaux et 80% des insectes auraient disparu à cause des pesticides et des engrais de synthèse, dans cette étude vaseuse et fortement orientée le paramètre sécheresse n'est pas pris en compte ... pourtant pas d'eau pas de vie, sur tous les continents c'est le manque d'eau qui affecte le vivant ! Et on vient d'apprendre que le directeur du CNRS de Chizé se présente aux élections régionales sur la liste EELV ... L'effondrement de la biodiversité n'a JAMAIS existé, AUCUNE espèce n'est en voie de disparition en France ! 80% des espèces ont effectivement disparues mais c'est ce qu'on appelle l'évolution : des espèces disparaissent quand d'autres apparaissent ... si on écoute les "écologistes" c'est l'agriculture qui a fait disparaitre les dinosaures et les mammouths ! Pas de biodiversité sans eau et sans végétation, toutes les réserves ornithologiques sont des réserves d'eau ... les seuls à se battre contre les réserves d'eau et qui vont même jusqu'à en faire détruire (barrages retenues étangs ... ) sont les "écologistes" eux-mêmes ... cherchez l'erreur !

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit