ci8iov5mnp4v0744pp2beh5fzi1x

Moisson : une approche service en zone d’élevage

Durant les moissons, ce ne sont pas moins de 19 moissonneuses-batteuses que l’ETA Provost Lairie met en œuvre pour réaliser la récolte des céréales. Elle s’assure ainsi de pouvoir satisfaire les demandes de l’ensemble de ses clients.

Située sur deux sites à Marsac sur Don et Fay de Bretagne dans le quart nord-ouest de la Loire-Atlantique, la zone d’intervention de l’entreprise se révèle très similaire aux caractéristiques de la Bretagne voisine. Entre une clientèle d’éleveurs laitiers exigeante et des fenêtres de battage parfois courtes et hasardeuses l’été, les dirigeants de l’entreprise n’ont eu d’autres choix que de multiplier les machines. « Les éleveurs attendent la même réactivité sur la moisson que sur les prestations d’élevage que nous réalisons le reste de l’année » relève Yoann Dutemple, l’un des dirigeants. En charge de la partie « gestion » de l’entreprise, il précise qu’il n’y a pas de rationalité économique sur l’activité moisson. « C’est un service que nous rendons pour fidéliser les agriculteurs sur les prestations que nous réalisons le reste de l’année, que ce soit le semis, l’épandage, la pulvérisation ou la récolte du fourrage » décrit-il. Preuve de ce raisonnement tourné vers les besoins de la clientèle, le parc ne contient qu’une machine à rotor. « Nous privilégions les secoueurs, car nos clients ont besoin de paille. Pourtant, les modèles à rotors seraient plus avantageux économiquement parlant pour nous  ».

Deux personnes à la planification

Si cela peut sembler normal pour les clients d’accéder très rapidement à une machine lorsqu’ils en ont besoin, pour l’ETA cela signifie une coordination parfaite entre les 19 moissonneuses-batteuses. Pendant les moissons, deux personnes à temps plein sont dédiées à la gestion des plannings. « Comment faisons-nous ? Je ne sais pas, avant le début des récoltes ça semble toujours irréalisable. Mais à la fin, nous y arrivons toujours et les clients sont satisfaits » sourit Yoann Dutemple. Pour augmenter le débit de chantier, qui s’élève en moyenne à 2,2 ha/h, l’entreprise s’est équipée de 9 coupes repliables. Elles sont privilégiées dans les petits parcellaires afin de réduire le temps de manutention avant et après le chantier. « Les surfaces de céréales de notre clientèle s’étendent de 120 ha pour les plus importants à 10 à 15 ha, avec des parcelles moyennes de 4,5 ha. Nous avons toute une catégorie d’éleveurs qui cultivent quelques hectares de céréales pour la paille. Dans les secteurs concernés, nous devons faire des sauts de ferme en ferme » témoigne Yoann Dutemple. Les barres de coupes sont également équipées pour s’adapter à la récolte du colza avec des rallonges télescopiques.

Yoann Dutemple dirige l'entreprise avec son frère Clément et Didier Lairie. © TL
Yoann Dutemple dirige l’entreprise avec son frère Clément et Didier Lairie. © TL

L’entreprise 

Installé sur deux sites à Marsac sur Don et Fay de Bretagne, l’ETA Provost Lairie propose des prestations du semis à la récolte. L’entreprise est dirigée par Yoann et Clément Dutemple, ainsi que par Didier Lairie. Elle compte un effectif de 30 salariés.

Des services complémentaires 

Si l’entreprise propose un service complet rendu silo pour les clients qui le souhaitent, cela ne représente pas la majorité des prestations. « Nous sommes dans une zone encore assez dense en terme agricole. Il y a toujours un ancien ou un voisin pour rouler une benne » assure Yoann Dutemple. 

D’autres prestations autour de la moisson représentent des activités plus importantes. C’est le cas du pressage de la paille, réalisé à l’aide de 4 presses cubiques New Holland, dont deux avec broyeurs sous-bec. L’ETA Provost Lairie propose également de broyer et de mettre en boudin les céréales aux éleveurs qui le souhaitent. « En termes de logistique, c’est un vrai challenge. Il faut intervenir rapidement après la moisson, car souvent les clients ont des bennes en Cuma qu’ils doivent libérer » décrit l’entrepreneur ligérien.

L'ETA n'utilise que des modèles à secoueurs pour préserver la qualité de la paille pour les clients © TL
L’ETA n’utilise que des modèles à secoueurs pour préserver la qualité de la paille pour les clients © TL

Optimiser le parc machine

Concernant la couleur du parc matériel, Yoann Dutemple assure ne pas être dogmatique. Et pour cause, l’entreprise possède trois marques différentes de machines pour la récolte. Pour autant, l’objectif est de standardiser le parc avec des moissonneuses-batteuses au fonctionnement similaire pour faciliter les plannings et surtout l’entretien réalisé à 90 % en interne. 

19 machines sur le terrain pendant les moissons

L’ETA Provost-Lairie possède 13 moissonneuses-batteuses en propre pour la récolte des céréales. Au cœur de la moisson du blé, elle reçoit 6 autres machines en provenance d’entreprises en décalage de récolte. Selon les années, les 19 automoteurs réalisent entre 250 et 500 ha de céréales.

Le parc de l’ETA :

  • 5 T660 John Deere
  • 9 CX New Holland
  • 1 CR 8,90 New Holland
  • 2 Lexion 650 Claas
  • 1 Lexion 750 Claas
  • 1 Lexion 6500 Claas
90 % de l'entretien des machines est réalisé par les salariés de l'ETA. © TL
90 % de l’entretien des machines est réalisé par les salariés de l’ETA. © TL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article Précédent
Article Suivant