Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4529 MembresCréer un compte

Marchés céréaliers 2019-2020, l'export monopolisé par une dizaine de pays

Home_big_export_c_r_ales__moisson_france_

L’approvisionnement céréalier de nombreux pays repose sur un nombre restreint de pays exportateurs de grains. Durant la campagne céréalière 2019-2020, pour un marché de 370 millions de tonnes, les ventes européennes se maintiendront. Les Etats-Unis restent le premier pays exportateur mondial de grains de la planète mais ils perdent des parts de marché. L’Argentine devient le deuxième pays.

370 millions de tonnes (Mt) de grains seront disponibles à l’exportation dans le monde durant la campagne 2019-2020, selon le Conseil international des céréales (CIC).

Autrement dit, 17,7 % de la production mondiale seront exportés sur les douze prochains mois.

Plus de 80 % des transactions commerciales sont effectuées par sept pays et par l’Union européenne (320 Mt sur 370 Mt), parfois très éloignés des pays importateurs. Les vingt-huit pays membres de l’Union européenne ont le privilège d’être aux portes du bassin méditerranéen, premier importateur de blé de la planète, mais ils ne profitent que partiellement de cette opportunité.

Le commerce mondial s’est stabilisé depuis trois ans. Les quantités de grains produites en plus (18 Mt) approvisionnent essentiellement les marchés intérieurs des pays importateurs.

Mais l’augmentation de la quantité de céréales disponible n’est pas suffisante pour couvrir la hausse de la demande mondiale lorsque la production stagne ou progresse insuffisamment. Aussi, les pays exportateurs puisent dans leurs stocks pour approvisionner le marché.   

La demande mondiale de céréales croît mécaniquement, tirée par la croissance démographique et par les changements des habitudes alimentaires des populations. Rigide, la demande mondiale de céréales ne se calle pas sur l’offre mondiale.

Toutefois, le commerce mondial des céréales contribue à la sécurité alimentaire des pays déficitaires mais pas à combattre la malnutrition. Celle-ci affecte en majorité les régions en guerre ou les populations isolées, retirées des circuits commerciaux.

L’Inde et la Chine, les deux principaux producteurs mondiaux de céréales, sont « des nains commerciaux » à l’échelle de la planète, aussi bien à l’export qu’à l’import. Leurs achats de blé, d’orge et de maïs, voire de sorgho, ne représentent que 4 % des transactions commerciales.

En excluant la Chine, le premier pays producteur de céréales, le commerce mondial porte sur 21 % de la production mondiale et non pas sur 17 %, comme nous l’avons mentionné précédemment.

Les deux pays les plus peuplés de la planète récolteront 458 Mt de grains (hors riz) mais ils exporteront à peine 2 Mt durant la campagne 2019-2020. L’Inde et la Chine produisent avant tout des céréales pour nourrir leur population. Les importations (15,6 Mt attendues pour la Chine en 2019-2020, soit 3,5 % de la consommation totale) sont marginales comparées à leur production de grains même si, en millions de tonnes, elles portent sur des volumes significatifs.

Parmi les pays exportateurs majeurs, les Etats-Unis restent le premier pays exportateur mondial de céréales (81 Mt, soit 22 % des ventes mondiales). Mais ils disposaient de 92 Mt trois ans auparavant.

La nouvelle campagne 2019-2020 confirme l’ascension commerciale de l’Argentine. Elle est devenue le deuxième pays exportateur mondial de grains (50 Mt seront vendues pour la seconde campagne consécutive). L’Argentine a détrôné la Russie et l’Ukraine (troisième et quatrième exportateurs mondiaux) sans avoir, pour autant, à affronter leur concurrence. Le pays écoule essentiellement ses grains durant la seconde partie de la campagne céréalière, après les mois de novembre et de décembre de chaque année.

Les deux pays du bassin de la Mer Noire font quasiment jeu égal (46Mt) mais ils n’exportent pas leurs céréales dans les même proportions. La Russie vend essentiellement du blé et de l’orge tandis que l’Ukraine expédie du maïs.  

Les autres pays exportateurs majeurs et l’Union européenne écouleront quasiment les mêmes volumes de grains que la campagne passée. L’Union européenne, cinquième puissance exportatrice, vendra 36 Mt de grains.

Cette dernière est suivie par le Canada (31 Mt) et par l’Australie (20 Mt) qui se remet difficilement d’un des plus terribles épisodes de sécheresse de son histoire. Enfin, les marchés mondiaux peuvent compter tous les ans sur les  9 à 10 Mt de grains (essentiellement du blé) récoltées au Kazakhstan. Le pays profite commercialement de sa situation géopolitique. Le Kazakhstan est à la fois aux portes du bassin de la Mer Noire, du Moyen Orient (via la mer Caspienne) et de la Chine avec laquelle il partage une partie de leur frontière commune.

Les huit puissances exportatrices n’occupent pas toutes un rôle majeur sur chacun des marchés des céréales qu’elles approvisionnent. Ce sont d’abord des pays exportateurs de blé. Concernant le maïs par exemple, la Russie et l’Australie ne font pas partie du cercle restreint des 6 pays à la tête du marché mondial auquel fait en revanche partie le Brésil, le deuxième pays exportateur mondial de grains (33 Mt) de la planète. Or ce dernier ne fait pas partie des 8 pays exportateurs majeurs des céréales de la planète mentionnés par la CIC, dominés par les pays exportateurs de blé.

Quant à l’orge, le marché mondial est dominé par six pays producteurs.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 2
  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_assurance_climat_agriculture

    Faut-il créer un pool d'assureurs pour indemniser des milliards d'euros de pertes de récoltes ?

    Compte tenu de la fréquence des épisodes climatiques extrêmes, il devient urgent de repenser la couverture des risques agricoles en créant un pool ...

  • Home_agriculture_russe_drapeau

    Pourquoi le blé russe est moins compétitif depuis l'été dernier

    L'été dernier, la priorité des opérateurs et du gouvernement russes était l'approvisionnement du marché intérieur en ...

  • Home_port_c_r_alier

    Transports maritimes, la route de l'Arctique ne sera pas une voie commerciale pour les céréales

    Les politiques de réduction des gaz à effet de serre auront probablement plus d’impacts sur le transport maritime que le réchauffement climatique. ...

  • Home_march_s_c_r_aliers

    Agriculture et réchauffement climatique, les perdants et les gagnants à l'horizon 2050

    Le bassin de la Mer Noire deviendra le grand gagnant du réchauffement climatique. Le nord des Etats-Unis, le sud du Canada, les pays du nord de l’Europe centrale...

  • Home_mais_rouleau_irrigation

    Le marché mondial du maïs artificiellement serein

    Cette année, l'Argentine, l'Ukraine et le Brésil suportent seuls l'augmentation mondiale des exportations de maïs. La céréale am&...

  • Home_production_pommes_de_terre

    Pommes de terre, comment gérer la fin du CIPC ?

    Le chlorprophame (CIPC), l’inhibiteur de germination de pommes de terre, ne pourra plus être employé l’hiver prochain. François-Xavier Broutin...

  • Home_betterave

    La filière bioéthanol en phase de croissance

    La filière bioéthanol s’est engagée dans un cycle de développement vertueux. Le E85 représente 3 % du marché de l’essenc...

  • Home_foncier_agricole

    La Safer de Bretagne se met au portage de terres

    Pour fluidifier la transmission des exploitations agricoles et sécuriser les premières années d’exploitation du repreneur, la Safer de Bretagne vie...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit