Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

Le mildiou de la pomme de terre, comment le repérer et le combattre ?

Home_big_champ_de_pommes_de_terre

Le mildiou de la pomme de terre est une maladie cryptogamique provoquée par un champignon, le phytophtora infestans

C’est une maladie redoutable pour les cultures. Elle a marqué l’histoire, elle est ainsi à l’origine d’une grave famine en Irlande au milieu du XIXe siècle. À partir de foyers d’infection, le mildiou peut se propager en quelques jours. Il entraîne des pertes de rendement considérables, jusqu’à 80 %. Quelquefois, l’intégralité de la parcelle est perdue.

Quels sont les symptômes du mildiou de la pomme de terre ?

Les symptômes du mildiou sont assez faciles à reconnaître. Des taches brunes apparaissent sur les parties aériennes de la plante (il ne faut pas les confondre avec la moisissure grise, qui s’attaque aux parties fragilisées). L’observation pourra commencer dès le mois de mai, après des périodes de pluie et si la température est douce.

Les feuilles sont atteintes sur les faces supérieures et inférieures. Elles présentent de taches brunes d’aspect huileux, auréolées par une marge pâle. Sur le dessous des feuilles, un feutrage blanc est souvent visible, correspondant aux fructifications du champignon. Lorsque les atteintes se multiplient, elles peuvent occasionner destruction du feuillage. On peut souvent observer des taches brunes sur les tiges et les bouquets. Les tubercules présentent des taches brunes de pourriture sèche sur le pourtour. À la coupe, des zones brunes marbrées se dessinent sur la surface.

Quels sont les facteurs favorables au développement du mildiou de la pomme de terre ?

Pour se développer, le mildiou a besoin d’un milieu humide. En effet, la présence d’eau sur les feuillages est nécessaire au phytophtora infestans pour attaquer la plante, réunissant un taux élevé d’hygrométrie (supérieur à 90 %) et des températures clémentes (10 à 25° C). Les épisodes de brouillards et les pluies orageuses, présentant un risque élevé, sont à surveiller. De même, il faudra raisonner l’arrosage, autre facteur favorable au développement du mildiou sur la parcelle. 

Le mildiou est une maladie « à foyer ». Une fois les premières plantes sont atteintes, si les conditions climatiques sont favorables et que la maladie n’est pas traitée à temps, le mildiou se propagera, comme une traînée de poudre.

Quelles solutions pour soigner le mildiou de la pomme de terre ?

Plusieurs solutions s’offrent à l’agriculteur, pour protéger ses cultures du mildiou. Dans tous les cas, il devra faire preuve de réactivité pour procéder au traitement.

En prévention, l’agriculteur pourra choisir des variétés peu sensibles au mildiou. Il veillera à maintenir un niveau d’hygrométrie moyen sur la parcelle de pommes de terre. Les plants seront semés de façon espacée, en sarclant régulièrement pour contrer la prolifération des adventices. L’arrosage sera effectué de préférence le matin. De façon générale, la rotation de culture sera à privilégier ainsi que la destruction des déchets. 

Si un foyer de mildiou a été signalé dans un rayon de 50 kilomètres, le traitement de la parcelle est nécessaire. Aussi, les champs doivent être contrôlés, et les agriculteurs communiquer avec régularité. Des logiciels informatiques peuvent être utilisés pour surveiller le cycle du mildiou en fonction des conditions météorologiques.

Pour la lutte phytosanitaire, plusieurs fongicides peuvent être appliqués aux cultures, à titre préventif et curatif. On distingue les fongicides de contact, comme les dithiocarbamathes, les fongicides diffusants, pénétrants et systémiques. Dans la lutte contre le Phytophtora infestans, comme dans la lutte contre autres champignons, il est recommandé alterner les familles de produits chimiques, afin de ne pas encourager le développement de souches résistantes de mildiou. 

En agriculture biologique, si un foyer a été signalé alentours, un traitement au cuivre peut être appliqué de façon préventive. Si le foyer se rapproche, il faut augmenter le dosage de cuivre (la quantité maximale autorisée par année et par hectare est de 4 kilogrammes).
 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_limacapt

    Les nouvelles technologies à la rescousse de la lutte contre les limaces

    De nouveaux outils d'aide à la décision (OAD) vont faciliter le suivi des populations de limaces pour anticiper leurs dégâts et n’envisag...

  • Home_coccinelle_symbole_biocontrole

    Le biocontrôle en plein développement

    Solutions d’origine naturelle pour combattre les bio-agresseurs des cultures, les produits de biocontrôle se multiplient. Après les cultures maraîchères, l’ar...

  • Home__pandeur_anti-limaces

    Traitements anti-limaces : respecter les bonnes pratiques

    Comme toute intervention phytosanitaire, la lutte contre les limaces doit être raisonnée et conduite avec soin pour viser l’efficacité sans dommage ...

  • Home_roulage_d_chaumage_limaces

    Des leviers agronomiques pour baisser le risque limaces

    En faisant les bons choix dans ses pratiques agronomiques et ses couverts, il est possible d’entraver le développement des populations de limaces.   ...

  • Home_limace_noire

    Dans la lutte contre les limaces, le biocontrôle a tout son intérêt

    Pour lutter contre les limaces, une approche se développe, celle du biocontrôle. Par ses pratiques agronomiques et le recours à des molécules d&rsq...

  • Home_limace_orange

    Comment se débarrasser des limaces sans perturber la faune auxiliaire

    Les deux matières actives autorisées dans la lutte contre les limaces l’ont été car elles ne sont pas novices pour la faune bén&...

  • Home_limace_herbe

    Comment protéger ses cultures des assauts des limaces

    Voraces, les limaces attaquent graines et jeunes plantes. En plus de pratiques agronomiques adaptées, le recours à des produits molluscides peut être n&ea...

  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit