Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4433 MembresCréer un compte

Le lait de montagne doit affirmer son authenticité et sa naturalité

Home_big_vaches_lait_montagne

La production française de lait de montagne résiste. Elle est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, bien moins sous l’emprise de l’agrandissement qu’en zone de plaine. De nouvelles mesures et des aides spécifiques lèveraient les nombreux handicaps qui rendent ces exploitations laitières vulnérables alors qu’elles produisent du lait très apprécié par des consommateurs à la recherche de naturalité.

Il est temps de « rassembler l’ensemble de la filière autour d’un projet de segmentation et de recherche de valorisation pour différencier le lait de montagne au travers d’un « socle standard », défend l’institut de l’élevage. Il organisait le 2 avril dernier une conférence intitulée « Grand Angle lait ».

La fin des quotas laitiers a généré, en France, une concentration de la production de lait dans les régions de plaine aux dépens des massifs montagneux malgré les handicaps structurels pour élever des troupeaux de vaches laitières. Mais la filière laitière se porte mieux dans les petites régions de montagne sous indications géographiques protégées que dans celles où le lait peine à être mieux valorisé que le lait collecté dans les zones de plaine.

Entre 2008 et 2017, la production de lait a augmenté de 17,9 % dans le Jura (où est produit le comté), de 14,1% dans les Vosges et de 8,6 % dans les Alpes. Cependant, elle s’est tassée dans le Massif Central et elle a fortement décliné dans les Pyrénées. Dans ces deux derniers massifs montagneux, la production de lait est concurrencée par celle de bovins viande.

Or la filière laitière est la seule filière agricole en mesure de créer de l’emploi dans les zones de montagnes. On y dénombre en moyenne 5,2 emplois (agricoles et indirects) par tranche de 100 hectares de Sau contre seulement 2,5 emplois en production bovine. Le camion citerne collecte deux à trois fois par semaine le lait dans les fermes alors que le marchand de bestiaux ne vient qu’une à deux fois par an acheter des animaux et les mener à l’abattoir !

Les exemples italiens et allemands

La vigueur économique des filières laitières dans les différents massifs résulte des politiques d’aménagement du territoire initiées par les régions et les gouvernements en complément de la Pac. Elles portent des résultats intéressants là où elles sont menées avec rigueur.

Ces politiques reposent sur la valorisation des territoires et des spécialités fromagères alors que les consommateurs sont justement avides de naturalité et d’authenticité. Le lait de montagne a quasiment la même renommée que le lait bio.

Les régions montagneuses et le gouvernement français pourraient s’inspirer des politiques d’aménagement du territoire ambitieuses menées dans le sud Tyrol en Italie, ou encore en Bavière, en Allemagne.

Ces deux régions très riches, prises en exemple, ont accompagné les éleveurs pour maintenir des modèles de production de petite dimension et pour valoriser leurs productions en s’appuyant sur leur tradition fromagère très réputée.

L’origine des produits laitiers est bien identifiée par une population urbaine affamée de produits naturels et locaux. Dotée d’un important pouvoir d’achat, elle a les moyens de les payer plus chers.

Pour relancer la production laitière dans le Massif central et dans les Pyrénées et pour la renforcer dans les massifs de l’est de la France, l’Institut de l’élevage émet quelques propositions. Elles reposent sur un travail d’expertise mené à la fois à l’échelle des bassins de production et des systèmes de production.

Pourquoi pas une aide pour compenser le coût de la collecte en montagne ?

L’institut propose ainsi la création d’une aide directe spécifique pour compenser coût de collecte du lait dans les fermes de montagne. Il est de 20 à 25 € par tonne  contre 10-15 € en zone de plaine. Une aide spécifique à l’acquisition d’équipements serait aussi nécessaire (citernes compartimentées doubles pompages etc.).

Toujours selon l’Idele, il serait judicieux de pérenniser les ICHN (indemnités compensatrices au handicap naturel)  en les indexant au coût de production du lait et non pas à son prix de vente. Et pour limiter l’abandon de la production, il serait judicieux de créer au niveau national un soutien spécifique pour les systèmes laitiers dans les zones de montagne où l’évolution du cheptel est négative.

Enfin, les plans pour la compétitivité et l'adaptation des exploitations agricoles et les plans de modernisation des bâtiments d’élevage devraient être pérennisés.

Le secteur de l’aval n’est pas oublié. L’institut de l’élevage propose de conforter les filières labélisées (AOP, IGP, Bio) et de développer les transformations fromagères en bio.

Enfin comme dans l’ensemble des régions de France, l’avenir de l’élevage laitier en zone de montagne repose sur une politique volontaire de transmission et de cession d’exploitations mais aussi d’acquisition foncière qui favorise l’installation.

261 000 litres de lait produits par exploitation

La production de lait de montagne est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, moins sous l’emprise de l’agrandissement des exploitations en zone de plaine. La production moyenne est de 261 000 litres par exploitation contre 470 000 en zone de plaine en 2017 (contre 300 000 litres en 2008-2009).

En conséquence, le nombre d’exploitations diminue plus lentement (4,1 % par an depuis 2015) qu’en zone de plaine (4,9 % par an). La fin des quotas n’a pas généré une délocalisation de la production laitière en zone de plaine. Au contraire.  

Le coût de production des 1 000 litres est de 610 € dans le Massif central et de 775 € dans les massifs de l’est, selon l’Idele.


Ci-dessous, photo Adobe.
 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_revenu_des__leveurs

    Revenu des éleveurs, on est loin des deux Smics par unité de main-d'oeuvre

    L’institut de l’élevage publie les coûts de production et de revient des principales filières d’élevage de ruminants (bovins, ovi...

  • Home_viande_bio

    Les consommateurs de viande bio pensent avant tout à leur confort personnel

    Qu’est-ce qui poussent les consommateurs à manger de la viande bio ? Le bien-être apporté à leur santé, et la bonne qualité...

  • Home_nutrition_animale_vaches

    L'anti élevage menace 900 000 emplois en France

    Les entreprises de fabrication d’aliments du bétail du Snia sont les victimes collatérales des campagnes agressives contre l’élevage fran&cce...

  • Home_v_t_rinaire_couiza

    Dans l'Aude, des éleveurs s'alarment du départ de leur vétérinaire rural

    Ils sont 120 éleveurs de vaches, brebis et chevaux de l’Aude qui refusent de voir partir le dernier vétérinaire de leur zone géographique. M...

  • Home_charolaises

    La filière bovine européenne dans le flou

    La production de viande bovine devrait baisser de 140 milliers de tonnes équivalent carcasse dans les huit principaux Etats membres de l’Union européenne....

  • Home__levage_porcs_chine__archives_

    200 millions de porcs abattus en Chine à cause de la peste porcine, la planète incapable de compenser

    L’épidémie de la peste porcine fait des ravages dans l’Empire du milieu. Les pertes portent sur plusieurs dizaines de millions d’animaux et de...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière cherche jeunes éleveurs désespérément

    Les clignotants au vert. L’année 2019 démarre dans un contexte d’offre et de demande plus équilibré, selon Coop de France métie...

  • Home_fromages

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires boudent le lait made in France

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires représentent 55 % de la consommation nationale, mais ils n’absorbent que 16 % de la production f...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit