Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

L'assurance multirisque climatique, le bon outil pour la gestion des risques ?

Home_big_orage_agriculture

Faut-il se dépêcher de souscrire une assurance multirisque climatique ? Les exploitations en grandes cultures ont jusqu’au 31 décembre pour se décider tandis que les exploitations viticoles et arboricoles ont jusqu’au 28 février. Comparaison des outils disponibles avant de prendre une décision rapide.

Oui car la souscription d’une assurance multirisque climatique (MRC) est la condition à l’obtention d’une aide indirecte destinée aux exploitations agricoles…

A condition de satisfaire le cahier des charges du ministère, le contrat d’assurance récolte multirisque climatique bénéficie d’un soutien de la part des pouvoirs publics sous forme de remboursement de la cotisation d’assurance. Le montant de cette aide pour la récolte 2020 est de 65 % pour le niveau "socle", de 45 % pour le niveau "complémentaire" et nul pour les garanties optionnelles.

Ainsi pour 100 euros de cotisation d’assurance dépensés sur le contrat socle, une exploitation agricole n’aura finalement que 35 euros à sa charge. Pour 100 euros dépensés sur le niveau complémentaire, le coût net pour l’exploitation est de 55 euros. Or, d’un point de vue mathématique, en considérant que la marge prise par l’assureur et les intermédiaires ayant distribué le contrat est de 30 % de la cotisation, l’exploitation doit s’attendre à recevoir une indemnisation de 70 euros (voir schéma en fin d'article).

Oui car la MRC est un dispositif éprouvé de gestion des risques proposé par les principaux assureurs du monde agricole…

Au cours des campagnes récentes, les exploitations agricoles ont fait face à une succession d’événements climatiques ayant fortement détérioré les rendements :  inondations en 2016, gel de printemps en 2017, sécheresses en 2018 et 2019 et orages de grêle localisés.

Des indemnisations importantes en cas d'événements climatiques

Les exploitations qui étaient assurées ont pu bénéficier d’indemnisations importantes qui leur ont permis de poursuivre leur activité dans de bonnes conditions en dépit des faibles rendements.

Les assureurs sont aujourd’hui près d’une dizaine à proposer un contrat d’assurance multirisque climatique répondant au cahier des charges du ministère. Les principaux assureurs du monde agricole et les assureurs spécialistes de l’assurance des récoltes en font partie.

Mais la MRC n’est pas le seul outil de gestion des risques…

Il existe en effet de nombreux outils de gestion des risques climatiques autre que l’assurance : la diversification des cultures, l’optimisation de la conduite culturale, la mise en œuvre de moyens de lutte (par exemple les filets paragrêle, les bougies antigel), dispositifs de lissage fiscal, mécanismes d’auto-assurance (comme le mécanisme de réserve pour les viticulteurs de Champagne).

En outre, et à la différence des exploitations en grandes cultures et en viticulture, les exploitations arboricoles peuvent toujours bénéficier d’indemnisations partielles des pertes de récolte de la part du Fonds national de gestion des risques en agriculture (FNGRA) dans le cas d’événements climatiques autres que la grêle et le vent. Nombreuses sont celles qui ont pu bénéficier de la procédure des calamités agricoles à la suite du gel de fin février 2018 dans le sud de la France.

Les alternatives à l'assurance multirisque climatique

Enfin, l’assurance multirisque climatique n’est pas la seule assurance récolte disponible. La plupart des assureurs proposent également un contrat d’assurance récolte traditionnelle qui couvre les risques de grêle et tempête. Et plusieurs assureurs spécialistes des risques d’entreprises proposent désormais des assurances dites paramétriques ou indicielles dont l’indemnisation est déterminée par des données collectées auprès de tiers de confiance (comme Météo France ou un vendeur agréé de stations connectées).

D’autres choix peuvent s’avérer plus pertinents que de souscrire une MRC dans certaines situations spécifiques…

D’une part, le contrat MRC peut parfois être très difficilement accessible voire inaccessible. Plusieurs assureurs refusent de garantir certaines cultures en MRC. C’est le cas en particulier des cultures fruitières, des méteils, des cultures en conversion vers l’agriculture biologique et des nouvelles cultures pour lesquelles l’exploitant n’a pas d’historique et l’assureur ne dispose pas de références extérieures suffisamment fiables.

D’autre part, les différentes contraintes liées à l’obtention des subventions conduisent parfois à des assurances très peu couvrantes. En particulier, lorsque surviennent successivement deux années de mauvaises récoltes, les références de rendement prises en compte par le contrat multirisque sont fortement sous-évaluées. Du fait du seuil de déclenchement de 30% les niveaux socle et complémentaire, la protection offerte par l’assurance dans ces situations est très faible.

La problématique liée au mode de calcul du rendement de référence a été bien identifiée par les sénateurs, lesquels ont déposé en septembre dernier une « proposition de résolution visant à encourager le développement de l’assurance récolte » qui invite le gouvernement à « mieux évaluer les pertes de rendement en allongeant la moyenne olympique sur une durée de dix ou quinze ans avant de la supprimer à terme ».

Toutefois, en attendant que la législation évolue, le plus pertinent, à la fois pour les exploitations ne pouvant pas bénéficier de la MRC et pour les exploitations pour lesquelles la MRC sous-estime fortement les rendements, consiste à souscrire d’autres assurances pour lesquelles le capital assuré à l’hectare peut être fixé plus librement. C’est en général le cas des assurances grêle traditionnelles et des assurances paramétriques.

Et pourquoi pas des garanties optionnelles ?

Et il peut être intéressant dans de nombreux cas de coupler une MRC avec des solutions d’assurances paramétriques complémentaires.

Les assureurs récoltes traditionnels proposent différentes garanties optionnelles pour compléter le niveau de protection offert par les niveaux subventionnés de la MRC. Il s’agit en général principalement d’abaisser les niveaux de franchise, notamment sur le risque grêle ou de couvrir également le risque prix au sein d’une garantie chiffre d’affaires.

Ces extensions de garanties, de même que l’assurance grêle simple ou les assurances paramétriques, ne sont pas subventionnées. Or les exploitations disposent de plus de temps pour se décider vis-à-vis de la souscription d’assurances paramétriques contre des risques spécifiques tels que le gel de printemps pour les viticulteurs et les arboriculteurs, l’échaudage pour les céréaliers ou encore le chiffre d’affaire pour les producteurs de pomme de terre. En outre les assurances paramétriques bénéficient généralement d’une tarification très précise du risque s’appuyant sur les données historiques et offrent une indemnisation très rapide en cas de sinistre.

Dans tous les cas, il est vivement recommandé aux exploitations agricoles de solliciter leurs courtiers et assureurs afin d’obtenir des offres pour une assurance multirisque climatique.

Article rédigé par Bernard Finas
président de la société Jola
 

Schéma ci-dessous : Coût net et indemnisation attendue pour 100 € dépensés sur le niveau "socle" (à gauche) et sur le niveau "complémentaire" (à droite) d’un contrat d’assurance multirisque climatique répondant au cahier des charges du ministère sous l’hypothèse de 30% de marge pour l’assureur et les intermédiaires (source : Jola).

L'illustration ci-dessous est issue de Adobe.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 5
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Finas Bernard
Avatar_blank

Courtier en assurance récolte - Expert du marché des risques météorologiques et des assurances paramétriques - Président de la société Jola, courtier d’assur...

  • Vous aimerez également
  • Home_cerisier_vicitime_du_gel

    Gel de printemps, l'assurance paramétrique adaptée aux exploitations arboricoles et viticoles

    L’hiver météorologique, qui commence en décembre et se termine fin février, a été, en 2019/2020, l’hiver le plus chaud d...

  • Home_manager_une_entreprise_agricole_durable

    RSEA ou comment manager une entreprise agricole durable

    En agriculture, la RSE (responsabilité sociale des entreprises) devient la RSEA (responsabilité sociale des entreprises agricoles). Dans son ouvrage i...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Au port de Metz, Soufflet investit 9 millions d'euros dans un nouveau silo à grains

    Le groupe Soufflet lance la construction d’un silo de 40 000 tonnes à Metz, premier port fluvial céréalier de France, a-t-il annoncé le 24 j...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Les dossiers avec la Roumanie pour présider le Conseil de l'Union européenne

    Après l’Autriche, c’est au tour de la Roumanie d’assurer, depuis le 1er janvier, la présidence semestrielle du Conseil de l’Union europ&...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Dans un champ de l'Illinois, à la recherche de biotechnologies végétales super productives

    Depuis des années, les chercheurs de l'Institut de biologie génomique de l'Université de l'Illinois explorent la modification gén&eacu...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Selon une étude, les rendements céréaliers et de la vigne stagnent dans l'Hexagone

    Dans une note parue le 20 décembre, le Centre d’études et de prospective (CEP) du ministère de l’Agriculture relève une stagnation des...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Les prochaines récoltes du Brésil attendues à un niveau record

    La récolte brésilienne de céréales, oléagineux et coton devrait atteindre 238,4 millions de tonnes (Mt) en 2018-19, en hausse de 4,6 % par ...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Pommes de terre de conservation, une production française 2018 en baisse de 10 pour 100

    La production française de pommes de terre de conservation s’élève à 5 850 kilotonnes cette année, contre 6 474 kt en ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit