Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5159 MembresCréer un compte

ATS: Plus d'intelligence dans les pratiques.

Home_big_eta_10_semaine_33_couverture

Ludovic Renon à la tête de ATS basé dans le Nord s’implique fortement visà vis de ses clients pour les aider à prendre leur indépendance économique et à trouver les pratiques créatrices de valeur dans leurs exploitations.

Ludovic Renon n’est certainement pas un entrepreneur comme les autres. Son truc à lui, c’est la technique - le conseil. Avec ses clients il est capable de discuter pendant des heures de rations de vaches laitières, mais également de marge brute et bien sûr d’agronomie. « Tout est circulaire en agriculture et pour nourrir les animaux, il faut d’abord s’intéresser aux sols », explique le jeune entrepreneur basé dans l’Avesnois au Petit Fayt au cœur de la « Suisse du Nord », réputée pour ses herbages, et sa production de Maroilles. La proximité technique qu’il a su créer est visiblement attendue par les agriculteurs qui sont de plus en plus nombreux à lui faire confiance. Depuis onze ans que le jeune entrepreneur s’est installé seul à son compte, il a fortement développé son activité et compte aujourd’hui huit salariés à temps plein. 

« Avant de devenir entrepreneur en 2007, j’ai bourlingué presque15 ans à essayer de trouver des terres et une ferme pour m’installer. Je voulais devenir éleveur, mais lorsqu’on est hors-cadre cela reste très difficile. Finalement c’est grâce à deux amies que j’ai trouvé l’opportunité de reprendre du matériel auprès d’une ferme qui cessait son activité et de devenir ainsi entrepreneur », retrace Ludovic. A l’écoute du terrain depuis le départ, le jeune homme s’est très vite orienté au service des éleveurs et notamment par la maîtrise de la chaîne verte et des fourrages.

Ludovic ne se contente pas d’être à l’écoute. Derrière une demande, il creuse la problématique du producteur pour identi- fier comment il pourra lui rendre au maximum service, quitte à proposer des solutions nouvelles. « Je suis avec eux pour détricoter pas mal d’idées reçues ou de dogmes qu’on a pu leur mettre dans la tête. Encore aujourd’hui, la charrue est souvent passée de façon systéma- tique et ils sont incités à appliquer de lourds programmes de protection phytosanitaires. Pourtant aujourd’hui les agriculteurs n’ont plus le choix. Pour gagner un peu de compétitivité, ils doivent mettre plus d’intelligence dans leurs pratiques et prendre plus d’indépendance. Si je parviens à les amener dans cette voie c’est une grande réussite pour moi. J’ai tout à gagner avec des clients libres de leurs choix éco- nomiques. C’est la base pour créer une relation gagnant gagnant, d’entrepreneur à entrepreneur ». Cette attitude bouscule parfois les clients dans leurs pratiques et leurs habitudes, mais ils appré- cient le regard neuf que Ludovic leur apporte. Le juge de paix c’est souvent la calculette qu’il brandit volontiers, « à condition que le producteur accepte de bien vouloir tout comptabiliser pour pouvoir comparer ce qui est comparable ».

Pour dénicher les fameuses prestations créatrices de valeur dans les exploitations, Ludovic sort en effet beaucoup sa calculatrice, discute avec les clients, se documente ou crée des liens avec les conseillers en agronomie ou en zootechnie. Ce travail l’a amené récemment à reconvertir ses semoir vers l’agriculture de conservation. Il fallait oser prendre ce virage mais l’entrepreneur ne le regrette pas et a même été plus loin en investissant encore plus récemment dans un semoir dédié au semis direct. « En matière de matériel, je fais aussi très attention à bien différencier ce qui tient plus du marketing que de véritables innovations, confie le jeune chef d’entreprise. Une chose est certaine, je n’embête pas mes clients avec les questions de machinisme. J’estime que mon rôle d’entrepreneur est aussi de prendre tous les questionnements en matière de matériel à ma charge ».

Ludovic organise régulièrement des journées techniques à thème pour ses clients. Lors de la dernière consacrée à l’agri- culture de conservation s’est noué par hasard un nouveau partenariat. « Un céréalier de la salle a émis l’idée qu’il faudrait nouer des contrats avec les éleveurs pour valoriser les couverts d’in- tercultures. Cette proposition est aussitôt tombée dans l’oreille d’un éleveur ayant des besoins fourragers. Le lien entre les deux produc- teurs s’est fait ce jour-là. Quant-à moi, demain, je m’occuperai des travaux de semis et de récolte de ces couverts ».

Texte et photo: Alexis Dufumier

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta16_s42_-_620_x_260_02

    SARL Le Negrate: une offre diversifiée tournée vers l’élevage

    Maxime Carafray a rejoint Eric Le Negrate à la tête de l’entreprise il y a deux ans. Il pose ici devant la travée de hangar qui lui est attribu&eacu...

  • Home_eta_26_semaine_41_couverture_v2

    Une approche familiale du client

    Les entrepreneurs qui ont chacun une petite exploitation agricole, se sont spécialisés dans les travaux de récolte des céréales et des four...

  • Home_wiki_47_semaine_41_couverture

    La fibre entrepreneuriale

    « Pour espérer recréer une filière de chanvre textile, il fallait pouvoir inventer un procédé mécanisé de rouissage au ...

  • Home_eta_12_semaine_39

    La fibre pour l’industrie

    « Avec la méthanisation, nous ne sommes plus seulement fournisseur de l’industrie. Nous devenons nous-mêmes les industriels et nous devons adapte...

  • Home_redimension_photo_-_620_x_260

    LA PLURI-ACTIVITÉ ASSUMÉE DES ASSOCIÉS

    Chauffeur d’ensileuse est un poste réellement clé pour rencontrer des producteurs et se faire connaître », explique Charles Macé&n...

  • Home_eta_25_semaine_37_couverture

    L’ETA PELLEN A ÉVOLUÉ AVEC L’AGRICULTURE FINISTÉRIENNE

    Photo de groupe ETA Pellen D’une fonction de défricheur il y a 70 ans, l’entreprise familiale Pellen a pro- gressivement évolué vers un m...

  • Home_wiki_46_semaine_33_couverture

    Transformer pour mieux valoriser

    Fin  2019, Jean-Michel et Régine Faivre ont investi dans un moulin semi-industriel pour augmenter la capacité de production. Sur les 180 ha de la ferme...

  • Home_eta_24_semaine_30_couverture

    AMIS D’ENFANCE ILS RACHÈTENT L’ENTREPRISE

    Nicolas Delaunay (à gauche), supervise la partie chantier et la relation clients tandis que Cyril Lecointe a la responsabilité du parc matériel et d...

  • Home_eta_09_semaine_30_couverture

    ETA Belliard: UN GÉNÉRALISTE ASSUMÉ

    Franck Belliard, de l’entreprise Belliard (Cormolain) avec son fils   Olivier Belliard épaule les agriculteurs dans tous leurs travaux et y compris ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit