Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

"Viande d'alpage" va valoriser les agneaux d'alpage

Home_big_rolandbouvier_2_

Une dizaine d’éleveurs ovins d'Isère souhaitent lancer une marque collective "viande d’alpage" pour valoriser en circuit-court leurs agneaux élevés au lait et à l'herbe en altitude. La démarche devrait aboutir d'ici la fin de l’année. En attendant, les agneaux d'alpage 2015 arrivent cette semaine dans les boucheries.

Roland Bouvier élève 300 mères mérinos en Isère (avec celles de deux autres éleveurs, cela fait 1300 brebis à l'alpage). Son exploitation à Marcollin est en plaine, mais il effectue ses transhumances en Chartreuse depuis 25 ans (col du Coq, 1434 mètres d’altitude). « J’ai choisi les mérinos pour leur prolificité. On peut accélérer le rythme des agnelages jusqu’à trois agneaux en deux ans. C’est une race très rustique », certifie l’éleveur. Il commercialise sa viande en vente directe dans trois magasins de producteurs à Voiron, Cour et Buis (Isère), et Solaize (Rhône). « Cela m’oblige à produire des agneaux toute l’année, soit environ 200 agneaux par an dont une petite partie est vendue sous la dénomination agneau d’alpage. »

Ses brebis sont mises en lutte en octobre et mettent bas en mars-avril. Elles ne reçoivent aucun complément alimentaire. Ensuite, les troupeaux montent en alpage au mois de juin et les agneaux sont redescendus à partir du 15 août. « Ils restent maximum deux mois en altitude. Ils ne sont pas sevrés artificiellement et passent naturellement du lait à l’herbe. Du coup, l’engraissement est progressif », observe Roland Bouvier. Autant dire que les coûts d’élevage sont très réduits jusqu’à l’abattage qui a lieu dès la descente des agneaux.   

Une marque pour ouvrir des débouchés

Pendant des années, cette production était principalement commercialisée lors des fêtes de l’Aïd el-Fitr, mais les dates avancent de 10 jours chaque année… Ne pouvant plus répondre à ce marché, une dizaine d’éleveurs souhaitent créer une marque « agneau d’alpage » (ou peut-être « viande d’alpage » pour inclure les veaux rosés d’alpage) pour mieux vendre leurs animaux : « C'est pour augmenter nos revenus. Nous en avons bien besoin suite à l’évolution des primes de la Pac. Nous voudrions rentabiliser quelque chose que nous faisons naturellement depuis toujours et qui rentabilise l’alpage. Par ailleurs, nous ne limiterons pas la marque à l’Isère. Un de nos éleveurs a d’ailleurs ses alpages en Maurienne », précise Roland Bouvier.

50 jours minimum en alpage

Un cahier des charges devrait voir le jour d’ici la fin de l’année avec le soutien de la Chambre d’agriculture départementale, du Conseil départemental et de la fédération des alpages de l’Isère : il imposerait l’élevage de l’agneau uniquement au lait et à l’herbe, 50 jours de présence sur l’alpage au minimum. Une étude a été menée en 2013 pour étudier la faisabilité du projet, ainsi que le gain de poids à l’alpage (800 agneaux ont été pesés). « Bien sûr, ce ne seront jamais des agneaux gras. Les poids oscillent entre 12 et 17 kilos par carcasse. La viande est plutôt rosée, sachant que les agneaux sont mieux engraissés sur des alpages avec un fort différentiel d’altitude. Il faut des quartiers d’août. L’idéal serait de faire pâturer les agneaux avant les brebis, ou de constituer des lots. Mais sur notre alpage, on mélange tous les animaux », explique Roland Bouvier.

Un agneau bien valorisé sur les marchés locaux

L’agneau d’alpage de Roland Bouvier lui rapporte entre 10,50 et 11 euros le kilo carcasse, sachant que les bêtes sont achetées par avance. « Mais cela donne surtout une image positive à l’exploitation, une réputation de qualité de la viande. L’agneau d’alpage permet de mieux vendre mes autres animaux toute l’année », constate-t-il.

Avec cette marque, les éleveurs visent les boucheries locales et la restauration collective. La municipalité de Grenoble a proposé trois places sur les marchés de la ville avec un soutien sur la communication. Pour l’abattage, la proximité est également privilégiée pour limiter le stress des agneaux. Les abattoirs isérois sont situés à Grenoble, La Mure et Bourg d’Oisans. Concernant les volumes, il serait facile de mobiliser 400 agneaux pour démarrer, sachant que 30 000 agneaux montent en alpage. A noter : les agneaux d’alpage 2015 s’annoncent de haute qualité, profitant pleinement de la sécheresse.

Cette démarche rappelle celle du mouton AOP Barèges-Gavarnie dans les Pyrénées. De même, 4000 agneaux d’alpages sont produits en Suisse.

Notre photo ci-dessous : Roland Bouvier milite avec une dizaine d'éleveurs isérois pour la création d'une marque "viande d'alpage".

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_bovins_bre_sil_ne_lores

    Filières bovines, le Mercosur et la Chine interdépendants

    A l’export, plus de 55 % des viandes expédiées d'Amérique du sud étaient destinées à la Chine l’an dernier. Les autr...

  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des explo...

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit