Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5159 MembresCréer un compte

UN SOUFFLE DE TECHNOLOGIE

Home_big_eta_11_semaine_39_couverture
Les chenilles intègrent une suspension et font de l’Axion 900 Terra Tracun tracteur totalement suspendu (Doc Claas).

Manufacturiers, équipementiers, tractoristes ne relâchent pas la pression, ou juste ce qu’il faut, pour renforcer l’efficience de la traction tout en ménageant la durabilité agronomique. Les pneus connectés ainsi que le télégonflage entretiennent le souffle technologique.

Les technologies pneumatiques évoluent, les lois de la physique demeurent. Pour ne pas risquer de mettre en péril l’intégrité des pneus et la sécurité des chauffeurs, la pression de gonflage doit être adaptée à la charge et à la vitesse. Problème : sur un ensemble agricole tracteur / remorque, ces deux paramètres sont susceptibles de varier dans de fortes proportions. L’exemple le plus emblématique étant celui des chantiers d’épandage, alternant circulation rapide et ente, à charge et à vide, sur route et au champ. Solution : l’adoption d’une pression moyenne, sécurisante sur route, tassante au champ. La variation de charge intra-parcellaire d’une moissonneuse- batteuse dotée d’une trémie de 15 000 l, équivalente à 12 t, ce n’est pas mal non plus.

Téléflow cramponné à Michelin

La solution existe : c’est le télégonflage. La technique met en œuvre un compresseur embarqué, des valves à joints tournants capables de réagir à des commandes de gonflage et de dégonflage et un système de gestion depuis la cabine. L’équipementier français Téléflow développe depuis sa création en 1993 des solutions de télégonflage pour engins civils et militaires. L’agriculture est aussi son domaine, mais des freins techniques (absence de compresseur sur tracteur), financiers (compter plusieurs milliers d’euros pour équiper un ensemble tracteur / remorque) et culturels ont limité son développement en agriculture. Le rachat de de Téléflow par Michelin, annoncé dans le cadre d’Agritechnica, pourrait changer la donne. D’autant que d’autres tractoristes s’inté- ressent à cette technologie, à commencer par Fendt depuis de nombreuses années, motivé par la présence d’un com- presseur attaché au freinage pneumatique. En partenariat avec Trelleborg, le constructeur a conçu le système VIP (Variable inflation pressure). Il est destiné aux moissonneuses-batteuses, dont la charge est susceptible de varier de plus de 10 t dans les minutes qui suivent la vidange de la trémie, soit grosso modo du simple ou double selon les machines. Le VIP permet de s’affranchir de la pression constante et d’adapter celle-ci à la charge, du simple au double et inversement, rapidement et en cours de travail. Exit les joint tournants et connexions apparentes développés sur les systèmes existants. Avec le VIP, tous les composants que sont le compresseur, la valve et les capteurs sont logés dans chaque jante. Le système se compose d’un ensemble de capteurs mesurant la déformation, la pression, la tempéra- ture. Un dispositif électronique commande un compresseur et une valve pour adapter la pression. Lors de la vidange de la trémie, la valve est en ouverture libre, la pression chute jusqu’à atteindre la nouvelle consigne charge-pression. En cours de récolte, avec le remplissage progressif de la trémie, le compresseur remonte cette valeur à la consigne d’origine.

Épandeur intelligent

Le constructeur de véhicules Dangreville propose de son côté un épandeur intelligent, combinant télégonflage, volume de caisse évolutif, pesée dynamique, cartographie parcellaire et indicateur de chargement. Le constructeur vise deux objectifs : adapter la pression à la variabilité de la charge et forcer le respect du Ptac. Concernant le premier point, la réponse de Dangreville emprunte un système de télégonflage qui adapte automatiquement la pression des pneumatiques en fonction de la charge et de la vitesse d’avancement. S’agissant du Ptac, donc de la sécurité, le constructeur a eu recours à des rehausses hydrauliques télescopiques dont le déploiement est corrélé à un système de pesée dynamique. Lorsque l’opérateur charge l’épandeur, les rehausses se lèvent et lorsque la charge est quasiment atteinte, elles se bloquent et le volume de caisse est figé. Un indicateur de chargement relié aux gyrophares se déclenche automatiquement lorsque le seuil de chargement est atteint. Sodijantes a quant à lui d’indexer la pression des pneumatiques au taux de patinage, évalué au moyen du GPS et là encore en ayant recours à un système de télégonflage (voir encadré). Le télégonflage a décidément le vent en poupe, à en croire Claas qui vient de faire l’acquisition de deux entreprises allemandes spécialisées mais qui n’empêche pas le constructeur d’emprunter un autre levier pour réduire le tassement des sols, à savoir les chenilles, lesquelles font leur apparition sur les Axion 900 après avoir été développées sur les moissonneuses-batteuses. Dans sa version semi-chenillée l’Axion Terra Trac arbore à l’avant un essieu suspendu conventionnel et à l’arrière des chenilles suspendues et plates dont le constructeur vante l’empreinte au sol supérieure, comparativement à des chenilles triangulaires.

Chenilles et pneus connectés

Si les chenilles flattent la traction et le respect du sol, c’est cependant au prix d’un surinvestissement et d’une sensi- bilité accrue à l’usure lors des déplacements routiers, sous l’effet des frottements sur le bitume. A défaut de juguler le phénomène, des manufacturiers tels que Camso et Continental s’emploient à informer le chauffeur vie son smartphone de son ampleur en greffant au sein des trains de chenilles des capteurs de température. Cette dernière est en effet un indicateur de l’intensité des frottements et donc de l’usure. Des capteur font également leur apparition sur les pneumatiques, tels le capteur de pression PresSence de Michelin développé en aéronautique. Trellebord développe de son côté la roue intelligente, ConnecTire, renfermant des capteurs et des modules de connexion Bluetooth et Wifi. Les capteurs intégrés à la jante et à l’enveloppe du pneumatique mesurent en continu deux variables que sont la pression et la température du pneu, deux paramètres susceptibles de varier sous l’effet de la température ambiante et de la température du sol, de l’intensité du travail ou encore de la configuration de la machine. La finalité du pneu connecté est d’assurer le fonctionnement des machines la pression de sécurité la plus basse, gages de sécurité pour la machine et l’opérateur et d’impact minimal sur les couches supérieures du sol. Selon le manufacturier, la technologie contribue à réduire les risques de rotation du pneu autour de la jante. Dans le cas où une action est nécessaire, ConnecTire envoie automatiquement une alerte sur l’appli associée. Associée à un logiciel d’agri- culture de précision, la technologie permet d’identifier les passages de roue sur chaque cm2, ouvrant la voie à une iden- tification des zones les plus impactées. ConnecTire fait enfin office d’alerte antivol.

PNEUTRAC, LE PNEU CHENILLE DE TRELLEBORG

Le PneuTrac est un pneu radial à flanc rigide dont l’empreinte se déploie dans le sens longitudinal grâce à a géométrie en forme d’accordéon. C’est en quelque sorte l’antithèse des pneumatiques à flancs souples, lesquels permettent d’élargir l’empreinte au sol et par la même occasion de réduire la pression exercée sur chaque cm2 à charge constante sinon de supporter une charge supérieure à pression constante. La structure des flancs du PneuTrac est au contraire rigide. La déformation du pneu sous l’effet de la charge s’opère dans le sens longitudinal grâce à une géométrie en forme d’accordéon, laquelle peut être assimilée à une mini-chenille tout en étant adaptée à des jantes conventionnelles. La bande de roulement emprunte la technologie ProgressiveTraction à crampons doubles. Fruit d’un partenariat entre Galileo Wheels et Mitas, le concept PneuTrac avait été dévoilé à l’Agritechnica 2013. Après l’achat de Mitas courant 2016, Trelleborg a repris le partenariat à son compte et a exposé à l’Agritechnica 2017 le PneuTrac en 480/65T28. Dans le passé, Mitas avait présenté des variantes en 600/65 R38 et en 280/70 R18. Dans cette dimension, le manufacturier annonçait, comparativement à un pneumatique standard de la même dimension une surface de contact supérieure de 53 %, une force de traction supérieure de 48 %, une rigidité latérale supérieure de 167 %, le tout à une pression deux fois moindre, soit 0,8 bar. La stabilité et la résistance aux crevaisons sont d’autres avantages mis en avant par Trelleborg.

La déformation du Pneutrac sous l’effet de la charge s’opère dans le sens longitudinal grâce à une géométrie en forme d’accordéon, laquelle peut être assimilée à une mini chenille tout en étant adaptée à des jantes conventionnelles.
 
Grâce à un compresseur et des capteurs logés dans les jantes, le système VIP de Trelleborg adapté charge et pression en temps réel.
 
SODIJANTES INDEXE LE TÉLÉGONFLAGE SUR LE TAUX DE PATINAGE AVEC AGRIWIN
Spécialiste des roues à usage agricole (roues étroites, roues spéciales, modifications de roues, jumelages et roues forestières), Sodijantes n’est pas un novice en matière de télégonflage. Depuis quelques années, l’entreprise normande propose des équipements sur mesure reposant sur des joints tournants associés à une gestion électronique en cabine. Au prochain Sima, elle présentera sa dernière création en matière de télégonflage, à savoir Agriwin. L’innovation réside dans le GPS intégré au système et qui permet d’informer sur le taux de patinage de la machine. Si celui-ci est supérieur à une valeur déterminée, le système va alerter l’utilisateur afin qu’il puisse corriger ce taux, en adaptant la pression de chaque essieu. Une prise USB permet ainsi de récupérer les données de localisation, de vitesse et de gonflage / dégonflage ainsi que l’historique des alarmes. Rappelons que le télégonflage permet de renoncer au compromis adopté entre pression sur route et pression au champ, avec des arguments touchant à la sécurité, à l’agronomie (compaction, cisaillement), à l’économie (carburant, pneumatiques, temps de travaux) et au confort.

Le télégonflage permet d’optimiser la pression en fonction des variables de charge et de vitesse.
 
ALLIANCE TOUJOURS PLUS SOUPLE 
ATG (Alliance Tire Group) renforce son offre de pneus à flancs souples pour plusieurs catégories de véhicules, à commencer par les bennes, épandeurs et autres tonnes à lisier. Ces véhicules peuvent être équipés de l’Alliance A389VF, un pneu Very High Flexion proposé en six dimensions (VF 560/60R22.5, VF 600/55R26.5, VF 650/55R26.5, VF 710/50R26.5, VF 750/45R26.5 et VF 750/60R30.5), auxquelles s’ajouteront deux autres références (VF 650/60R26.5 et VF 800/60R32) en cours de développement. L’A389VF permet de réduire la pression au sol de 30 % comparativement à des montes conventionnelles. La série A363VF cible quant à elle les pulvérisateurs tractés et automoteurs ainsi que les tracteurs intervenant dans les cultures en ligne. Outre la capacité une charge 40 % supérieure à celle d’une référence standard, à pression équivalente, le manufacturier met en avant la préservation de la compaction des sols, la souplesse de conduite au champ et sur route, les propriétés autonettoyantes ainsi que les économies de carburant. L’A363VF est disponible en 4 dimensions : VF 270/95R48, VF 230/95R48, VF 270/95R54, VF 380/90R46.
 
ROADBIB, LE PNEU ROUTIER DE MICHELIN
Les flottes des entrepreneurs de travaux passent 50% de leur temps sur la route – ce qui équivaut à 80% de leur distance parcourue, et ces tracteurs à forte puissance sont très souvent couplés à de lourdes remorques. C’est sur ce constat que Michelin a élaboré sa nouvelle gamme RoadBib, en partenariat avec les entrepreneurs de travaux agricoles. Le cahier des charges était le suivant : proposer une solution adaptée aux routes à sol dur et agressif, qui puisse offrir de hautes performances de traction et de longévité, mais sans compromettre ses performances sur le sol meuble des champs. La réponse s’appelle RoadBib. Sa bande de roulement, non conventionnelle, se compose de 52 blocs pour maximiser la traction, combinés à une partie centrale en forme de colonne vertébrale. De la sorte, la gomme représente 40% de la surface en contact avec le sol, soit 60% de gomme au sol supplémentaire par rapport à un pneu agricole traditionnel tel que le MachXBib, selon des tests menés en 2016 et 2017 par Michelin à Ladoux (63). Le manufacturier annonce une durée de vie de 5000 heures, contre 4000 heures pour la référence conventionnelle.

La bande de roulement du RoadBib combine une partie centrale en forme de colonne vertébrale associée à 52 blocs, créditant le pneu d’une longévité accrue de 25 % par rapport à un pneu standard.

Auteur: Raphaël Lecocq

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_26_semaine_41_bis_couverture

    Désherbage mécanique : des outils de plus en plus adaptables pour les ETA

    De plus en plus modulables et précises, les bineuses évoluent vers une fonctionnalité en adéquation avec les exigences des ETA. Face à la r...

  • Home_21-10-2021_couverture

    Un parc matériel adapté au binage du blé

    La bineuse Garford de Tony Coulais est composée de deux caméras qui contrôlent chacune la moitié des éléments lorsqu'elle est en ...

  • Home_eta_12_semaine_42_couverture

    Sélection d’outils de travail du sol grandes Largeurs

    La rédaction de wikiagri vous propose une sélection d’outils de travail du sol spécifique pour les chantiers de déchaumage nécessitan...

  • Home_eta_16_semaine_41_couverture

    Se différencier avec des semis modules

    Avec des gains attendus importants en maïs grain ainsi qu’en maïs fourrage, les deux cultures font figure de tête de pont pour cette technique de pr&eac...

  • Home_eta_16_semaine_40_couverture

    Mitsubishi: le l200 rentre dans le rang

    Le nouveau L200 change radicalement de look et gagne en virilité   C’est qu’il a pris du muscle, le nouveau Mitsubishi L200 ! Il gagne en cara...

  • Home_eta_12_semaine_40_couverture

    Les ensilages en conserve

    Sous l’impulsion d’une poignée d’entrepreneurs, l’enrubannage à poste fixe parvient à faire sa place dans les zones de polycultur...

  • Home_eta_16_semaine_39_bis_couverture

    Travail du sol: moduler au doigt et à l’œil

    Les outils de travail du sol embarquent toujours plus de vérins. Pour améliorer le confort du conducteur et s’adapter au mieux aux conditions de sol, dans...

  • Home_eta_16_semaine_39_couverture

    DISTRIBUTEURS D’ENGRAIS: VERS L’ULTRA-PRÉCISION EN CENTRIFUGES

    Le système de commande Speed Servo accroît la réactivité des distributeurs Axis aux changements de vitesse, de dose et de section (Doc Kuhn) ...

  • Home_eta_11_semaine_38_couverture

    MOISSONNEUSES-BATTEUSES, L’INTELLIGENCE PREND LE PAS SUR LA PUISSANCE

    Les CR Revelation intègrent les informations des récoltes antérieures ainsi que celles des passages adjacents pour anticiper les bons réglage...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit