Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5207 MembresCréer un compte

Transformer pour mieux valoriser

Home_big_wiki_46_semaine_33_couverture

Fin  2019, Jean-Michel et Régine Faivre ont investi dans un moulin semi-industriel pour augmenter la capacité de production.

Sur les 180 ha de la ferme de Chaillezais, 5 ha sont dédiés à la culture de blé tendre. Cette production est ensuite transformée en farine, biscuit et brioche. Ces produits, vendus en circuit-court, représentent un tiers du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Dès leur installation,  le  parcours de Jean-Michel et Régine Faivre est atypique. C’est au début des années 2000 que les deux Francs-Comtois migrent vers la façade atlantique. En 2005, ils reprennent la ferme de Chaillezais, une exploitation céréalière de 180ha sur la commune de Chaillé-les-Marais, à la limite de la Vendée et de la Charente-Maritime. Ici, ils produisent du blé dur et tendre, du maïs et du tournesol semence, des lentilles et du pois-chiche. La culture est la plus raisonnée possible. « Cette année, je me suis passé de traitement fongicide car il n’y en avait pas besoin » témoigne Jean-Michel Faivre. Un îlot de 28ha ha, plus éloigné du corps, de ferme est mené en bio pour la production notamment de sarrasin.

Les hangars contenant le moulin et le laboratoire de transformation sont accolés à l’habitation des époux Faivre.

De la farine made in Vendée

C’est en 2012 que débute l’aventure de la diversi- fication. Régine Faivre a l’idée de transformer les céréales en farine sur l’exploitation pour une vente en circuit-court. « Tout est sur place. Le blé pousse dans la parcelle à côté du hangar où il sera stocké et transformé. Quand les clients, ou parfois des écoles, viennent visiter le site, ils peuvent découvrir l’ensemble des étapes de la production » insiste l’exploitante. Un premier moulin  avec une meule de 50 cm rejoint d’abord un hangar de la ferme accolé aux silos. Jean-Michel et son fils Valentin réalisent les travaux pour transformer le bâtiment en local de meunerie. Les deux filles des exploitants prennent également part au projet. Alors que la plus grande en cursus marketing réalise les étiquettes des packagings, la seconde se lance en pâtisserie. Elle a aujourd’hui rejoint sa mère dans l’entreprise.

Des moulins de plus en plus gros

« Depuis 2012, nous avons déjà changé quatre fois de modèle de moulin pour suivre l’augmentation des volumes de production» témoigne Régine  Faivre. En novembre dernier, c’est un outil semi-industriel avec une meule d’une dimension de 1,2m qui a pris place sur la ferme de Chaillezais.

Si la production de farine est une  réussite, la Franc-Comtoise ne s’est pas arrêtée  là.  En  2014, elle décide de franchir l’étape suivante et de produire des biscuits. Un nouveau laboratoire de transformation est installé dans  les  locaux  de  la ferme. « Nous étions les seuls à proposer ce type de produit en fabrication à la ferme dans le secteur » se souvient-elle. Ces produits sont aujourd’hui vendus dans 8 magasins de producteurs et 22 magasins de produits locaux. De fil en aiguille, les points de vente lui demandent de la brioche, qu’elle commence à produire en 2016. Dans la continuité les pains burgers sont venus rejoindre la gamme en 2021.

Actuellement, la vente en circuit court représente 35 % du chiffre d’affaires de l’exploitation. En termes de volume, les exploitants consacrent 5 ha de blé tendre à la fabrication des 16t de farine. « Avec ce mode de commercialisation, la marge est quatre fois supérieure à un circuit classique » souligne Régine Faivre. Depuis 2015, la ferme de Chaillezais a inclus la lentille verte dans sa rotation. 5 ha de cette culture sont destinés à la vente  en  circuit court. « Nous produisons également de la farine de sarrasin lorsque la récolte le permet et nous allons essayer de moudre du pois-chiche. Cette année nous lançons aussi le quinoa sur les parcelles en bio. Les cultures de seigle et d’ épeautre sont en projet pour la farine » liste l’exploitante à la triple casquette d’agricultrice, boulangère et pâtissière.

Un projet à plus de 100 000 €

Si le premier moulin a représenté un investissement modéré, à hauteur de 5000 €, le modèle semi- industriel récemment installé sur la ferme de Chaillezais s’est révélé plus onéreux. « Le coût s’élève à  33  000 €,  mais  nous  avons  bénéficié d’une aide  PCAE »  indique  Régine  Faivre. L’achat du four, du batteur et de la dresseuse du laboratoire de transformation se chiffre à 65 000 €. « À l’époque, nous étions très optimistes sur les volumes de production mais l’histoire nous a montré que nous avions raison car ce matériel est presque amorti » sourit l’exploitante.

Vers des variétés anciennes

Sur la parcelle de blé tendre destinée à être transformée  en  farine,  Jean-Michel  Faivre réalise un mélange de variétés entre des blés panifiables supérieurs et des blés de forces pour obtenir une farine avec les  caractéristiques idéales. « Avec mon fils, nous multiplions des micro-parcelles de variétés  anciennes qui  sont plus  riches  en  protéines  et  qui contiennent moins de gluten » témoigne-t-il. À terme, elles pourraient remplacer les variétés plus classiques actuellement utilisées.

Texte: Thimothée Legrand

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_wiki_48_semaine_47_couverture

    Je suis labellisé en agriculture de conservation des sols

    Ils sont une trentaine d’agriculteurs à avoir obtenu le label en Vendée. Cédric Boivinneau est l’un des pionniers du label « Au c&o...

  • Home_eta_20_semaine_47_couverture

    L’ETA Folliot : 67 ans de service

    « Dans notre métier, il faut être à la fois très bon sur le service et sur le prix ! Et aujourd’hui, le service cela passe en partie pa...

  • Home_eta_18_semaine_46_couverture

    L’humain au cœur du dispositif

    L’essentiel de la bonne gestion de l’ETA se joue en morte-saison et les jours de pluie notamment par du préventif à l’atelier », assure ...

  • Home_eta_14_semaine_46_couverture

    Un chantier hautement pressé !

    Bien que le commerce de la paille soit en dents de scie, il semble se stabiliser aujourd’hui. Les Picavet se rassurent par leur proximité avec une clientè...

  • Home_image2

    Un temps de rencontre hivernal ritualisé

    Les dirigeants de la SARL Thuriaud placent les clients au cœur des décisions stratégiques de l’entreprise. Investissements à venir, qualit&ea...

  • Home_eta_13_semaine_43_couverture

    Quand les contrats rassurent tout le monde !

    Depuis son implantation dans le Vermandois (Aisne), l’ETA Lefèvre fait référence en matière de travaux agricoles. Dans un contexte trè...

  • Home_eta16_s42_-_620_x_260_02

    SARL Le Negrate: une offre diversifiée tournée vers l’élevage

    Maxime Carafray a rejoint Eric Le Negrate à la tête de l’entreprise il y a deux ans. Il pose ici devant la travée de hangar qui lui est attribu&eacu...

  • Home_eta_26_semaine_41_couverture_v2

    Une approche familiale du client

    Les entrepreneurs qui ont chacun une petite exploitation agricole, se sont spécialisés dans les travaux de récolte des céréales et des four...

  • Home_wiki_47_semaine_41_couverture

    La fibre entrepreneuriale

    « Pour espérer recréer une filière de chanvre textile, il fallait pouvoir inventer un procédé mécanisé de rouissage au ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit