Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5416 MembresCréer un compte

Stations météo connectées, un pas de plus vers l’agriculture de précision

Home_big_capture_2
En donnant accès à des données climatiques fiables et ultra-localisées, les stations météo connectées sont devenues un outil indispensable pour une agriculture de précision.
 
S’il y a bien un secteur d’activités qui est « météo dépendant », c’est l’agriculture. Organisation des travaux, gestion des bioagresseurs, prévention des aléas climatiques, sont autant de facteurs décisifs pour les performances technico-économiques qui sont conditionnées par les conditions météo. Comme on ne peut pas contrôler la météo, il faut s’y adapter. Ce qui demande d’en connaître avec précision les différents paramètres. Pour y arriver, les stations météo connectées sont devenues des outils incontournables. Leur technologie permet à tout un chacun d’avoir accès à bien plus que de simples relevés météo, pour planifier et optimiser les interventions. Au-delà de la température de l’air, de la pluviométrie et de l’intensité du vent, les stations peuvent être équipées de capteurs pour répondre à des problématiques agronomiques : température du sol, humidité du sol ou des feuilles, mesure du rayonnement solaire… Un environnement dynamique d’entreprises innovantes favorise l’éclosion de nouvelles solutions.
La démocratisation de ces capteurs ne s’est pas faite au détriment de leur fiabilité. Pour s’en assurer, Arvalis a équipé ses fermes expérimentales de stations météo connectées. L’institut technique a comparé leurs données avec celles d’une station météo de référence et a analysé les conseils reçus de plusieurs OAD. Les premiers résultats ont confirmé la fiabilité de toutes les stations, ce qui permet des conseils au plus près des conditions climatiques des parcelles.
 
Outils communicants
Les progrès sur l’autonomie en énergie et les possibilités d’échanges de données ont rendu possible la connectivité de stations individuelles. Le recours à différents moyens de transmission (réseau téléphonique ou bas débit, comme LoRa ou Sigfox) facilite la transmission des données. « Le réseau Sigfox couvre 94% du territoire », assure Flavien Ledentu, de Lemken. « Ces réseaux permettent de récupérer facilement les données de la station pour une consommation d’énergie minimale, ce qui améliore la longévité des batteries », complète Lucie d’Haene, chef de projet agronomie chez Sencrop. La réception de toutes les informations se fait directement sur son smartphone. « Avec une station météo connectée, on a un accès direct depuis son téléphone à toutes les informations météo en temps réel pour prendre les meilleures décisions », souligne Maxime Zahedi, responsable agronomie chez Weenat.
Quand on est équipé d’une station depuis quelques années, l’historique des données aide aussi à affiner sa stratégie. « Si on note ses interventions, ce qui avait marché - ou pas - selon les conditions climatiques, sert d’enseignement quand on retrouve une année à la climatologie semblable », encourage Erik Bijwaard, directeur commercial France de Metos France / Pessl Instruments.
 
Station météo et OAD, le duo gagnant pour une agriculture de précision
Pour que les stations météo connectées soient pleinement un outil supplémentaire pour l’agriculture de précision, il faut que leurs données soient valorisées en informations clefs pour la conduite des cultures en les intégrant à des modèles prédictifs via des Outils d’Aide à la Décision, qui alertent sur les risques de maladies ou de ravageurs. « Les données fiables et ultra-locales issues d’une station météo connectée seront valorisées par les OAD pour un conseil très précis. Ce qui permet d’affiner ses choix tactiques, conseille Erik Bijwaard. Cela assure aussi une certaine traçabilité. La station météo et l’OAD indiquent un niveau de risque qui a amené à un traitement ». Traiter ou irriguer qu’en cas de nécessité avérée, et dans les meilleures conditions, permet d’économiser les intrants ou les ressources, tout en répondant aux attentes sociétales.
Chaque station a ses spécificités en termes de choix de valorisation des données. Par exemple, « chez Sencrop, nous avons un partenariat avec Semences de France pour proposer un indicateur agronomique inclus dans notre application, partage Lucie d’Haene. Les stades des cultures sont suivis en fonction de la date de semis et du cumul des degrés-jour, ce qui permet d’être alerté sur les périodes à risque ». La valorisation des données météo aide aussi à planifier ses interventions, pour un gain d’efficacité et un moindre risque environnemental. « Notre appli indique la fenêtre de traitement optimale selon les caractéristiques propres à 1 300 produits phytosanitaires répertoriés », présente Flavien Ledentu. 
 
Travail en réseau
Dans sa stratégie d’équipement, il faudrait positionner une station par zone climatique. « Ce n’est pas une question de distance, mais plus de topographie, de végétation pour avoir des mesures cohérentes », conseille Erik Bijwaard. On peut aussi raisonner en maillage collectif, avec travaillant en réseau avec des voisins, au sein de sa coopérative…
« On peut créer des réseaux pour partager l’accès aux données, souligne Lucie D’Haene. Par exemple, si vous avez un îlot éloigné, vous pourrez bénéficier des données de la station d’un voisin. Vos données seront utiles à quelqu’un d’autre dans un esprit de travail collaboratif ».
L’émergence de nouveaux intervenants, l’augmentation du nombre de stations ont permis de réduire les prix. Mais la crise de la Covid a entraîné des tensions sur le marché des composants électroniques, avec des répercussions sur les approvisionnements et les prix. Selon le nombre de capteurs, les prix varient de 250 € à plus de 3 000 €. « C’est un investissement vite rentabilisé par l’économie sur les intrants et le temps gagné par une meilleure organisation des chantiers », assure Maxime Zahedi. Attention à ne pas se sous ou suréquiper. Il faut choisir son niveau d’équipement selon les informations que l’on veut valoriser. À l’achat de la station, peut s’ajouter l’abonnement à une plateforme d’informations, à un ou des OAD.
Les stations météo connectées sont encore une technologie nouvelle pour les grandes cultures. Des progrès sont à venir dans la valorisation des données, l’accompagnement à la prise de décisions pour une agriculture plus précise et plus performante.
 

Pour maximiser le nombre de données valorisées, on peut créer un réseau avec ses voisins. (Crédit photo : Weenat)

Pensez à l’entretien
Même si les batteries ont une durée de vie longue, les stations météo nécessitent un peu de maintenance pour garder leur fiabilité. Il faut vérifier régulièrement son fonctionnement. Ainsi, les précipitations sont évaluées par pesée. Une accumulation de résidus végétaux pourra fausser les résultats. « Bien entretenus les capteurs ont une longue durée de vie, il faut juste changer la batterie tous les 3 à 5 ans », encourage Maxime Zahedi. 

Il faut penser à entretenir régulièrement sa station pour assurer sa longévité et la fiabilité des données. (Crédit photo Sencrop)

Pour lever cette contrainte de maintenance, certaines sociétés proposent un service de location des stations météo. « Nous nous chargeons non seulement de l’installation, mais aussi de l’entretien de la station et du contrôle des capteurs pour garantir la fiabilité des données transmises », présente Erik Bijwaard.

Auteur : Cécile Julien 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_1

    Affiner sa stratégie anti-limaces

    Petit mollusque au grand appétit, la limace est la bête noire des semis, surtout de colza. Différents OAD compléteront vos observations pour prot&e...

  • Home_wikiagri_49_semaine_14_couverture

    Désherbage, mixez les stratégies

    Pour endiguer les adventices, élargissez vos possibilités de choix en intégrant le désherbage mécanique dans le panel des solutions. C&...

  • Home_wiki_49_semaine_11_couverture

    Biostimulants, aider les plantes à faire face aux stress abiotiques

    Le changement climatique augmente les risques de stress abiotiques auxquels les cultures doivent faire face : manque d’eau, températures très chaudes ou, ...

  • Home_wiki_49_semaien_8_couverture

    Le maïs, champion du pouvoir méthanogène

    La méthanisation permet de produire du biogaz à partir de matières organiques, plantes ou effluents d’élevage. En culture principale comme C...

  • Home_wiki_49_semaine_7__bis_couverture

    Le maïs, une culture d’avenir

    Avec une moyenne nationale de 110 q/ha - 123 en irrigué, 101 en sec - le maïs a pulvérisé son record de productivité en 2021. « Le ma&i...

  • Home_semis_direct

    Le semis direct : quels bénéfices ?

      Les intérêts agronomiques, environnementaux et socio-économiques du semis-direct sous-couvert Les intérêts agronomiques du Sem...

  • Home_wiki_48_semaine_48_bis_couverture

    Les adjuvants aident à baisser l’IFT

    En grandes cultures, accéder à  la  certification  Haute  Valeur Environnementale (HVE) passe par une réduction de ses Indices de Fr&...

  • Home_wiki_48_semaine_48_couverture

    Céréales à paille : maximiser leur protection fongicide

    Pour alléger le poste fongicide sur ses céréales, il faut actionner tous les leviers, depuis le choix de variétés peu sensibles jusqu'&...

  • Home_adobestock_252117964

    Connaître le potentiel Redox du sol : à quoi ça sert ?

      Pourquoi s’intéresser au potentiel d’oxydoréduction (ou redox) ? Le potentiel d’oxydoréduction ou RedOx, noté...

  • 1Commentaire
  • #1

    INONDATION en Charente pendant une alerte SÉCHERESSE ... le résultat logique d'une très mauvaise gestion des eaux de surface : Inondation c’est quand l’eau repart trop vite vers la mer, sécheresse c’est quand elle est repartie trop vite … Si on avait DEUX fois plus de précipitations on aurait DEUX fois plus d’inondations mais toujours pas assez d’eau l’été.Tous les ans les indemnités sécheresses et inondations coutent des milliards aux contribuables (sans parler des vies humaines ... ) alors qu'avec quelques millions on résoudrait en même temps les deux problèmes (RETENIR EN AMONT POUR NE PAS INONDER EN AVAL) . Sans oublier l'énergie propre que peut fournir une turbine associée à une retenue, en France nous avons largement de quoi doubler notre production hydroélectrique ! . Il faut savoir aussi qu'à chaque forte pluie TOUTES les stations d'épurations débordent directement dans les rivières engendrant une pollution ÉNORME jusqu'à la mer ... . Depuis 20 ans les agences de l'eau font détruire SYSTÉMATIQUEMENT tous les systèmes de régulation, le résultat est consternant mais tout à fait LOGIQUE ... . Depuis plus de 30 ans on annonce une dégradation dans la répartition annuelle des pluies (inondations et sécheresses), il fallait donc CONSTRUIRE au lieu de DÉTRUIRE ... Comment peut on en arriver à faire, pendant 20 ans , EXACTEMENT l'inverse de ce qu'il fallait faire ? Pour comprendre Il faut chercher du coté de @veolia ... La taille des villes augmente tous les ans et les assainissements collectifs sont sous dimensionnés, l'assainissement à la française consistant à diluer les polluants dans les rivières, il fallait amener toujours plus d'eau dans les rivières (l'effet chasse d'eau ...) et faciliter l'écoulement vers la mer ... ça dure depuis des dizaines d'années, la mer est une poubelle, non seulement on pollue massivement et illégalement mais on assèche complètement les Terres : "on jette l'eau avec le bébé du bain ..." . https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/i-566

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit