Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4534 MembresCréer un compte

Qu’est-ce que l'oïdium du blé ?

Home_big_cover_blank_wikiagri

L’oïdium est une maladie répandue des céréales, causée par un champignon, Blumeria graminis. Il peut contaminer le blé pendant toute la durée de la culture. L’oïdium est susceptible d’endommager aussi bien les feuilles, les tiges, que les épis. La contamination des feuilles et tiges est relativement sans gravité. L’oïdium, en revanche, devient nuisible lorsque l’épi est contaminé. 

En cas d’oïdium, les pertes constituent généralement 10 % du rendement potentiel de la culture. Elles dépassent 25 % si l’oïdium a contaminé l’épi, dans la mesure où l’échaudage du grain est possible.

Quelles sont les causes de l’oïdium ?

La contamination s’effectue par dissémination des spores de Blumeria graminis. Celles-ci peuvent provenir de graminées contaminées, se disséminant principalement par l’action du vent. L’autre moyen de contamination provient des débris de récoltes, dans lesquels le parasite est en dormance en hiver, par le biais d’autres spores, appelés ascopores. 

Lorsque la spore contamine la plante, le champignon se développe. L’attaque a généralement lieu à l’automne ou au printemps. Plusieurs facteurs peuvent favoriser le développement de l’oïdium. Ainsi, une hygrométrie faible et des températures douces, autour de 15 à 20°C, permettent à la maladie de s’étendre rapidement. Le semis précoce et un peuplement dense sur la parcelle peuvent favoriser la contagion. L’utilisation de l’engrais azoté peut également jouer un rôle de catalyseur dans le développement de Blumeria graminis.

Quels sont les symptômes de l’oïdium ?

Les symptômes de la contamination du blé par l’oïdium sont typiques et facilement reconnaissables. Ainsi, la plante est par endroit couverte d’un feutrage blanc d’apparence poudreuse. L’oïdium s’attaque principalement aux feuilles, mais la tige et les épis peuvent être atteints également. Le feutrage devient gris et brun au fur et à mesure du développement du champignon, puis l’on peut distinguer des points noirs, les cléistothèces. En cas d’attaque des épis, les atteintes sont visibles sur les bords des barbes et des glumelles.

L’oïdium peut être visible dès l’automne dans la culture. Il est plus souvent observable à partir du stade montaison, entre le tallage et l’épiaison.

Quelles solutions pour soigner l’oïdium ?

Deux méthodes s’offrent à l’agriculteur pour lutter contre l’oïdium, la prévention agronomique et le traitement phytosanitaire.

Dans le cas de la lutte agronomique, l’agriculteur veillera à ne pas semer trop densément, pour ne pas créer un climat cultural trop humide. Il faudra d’autre part être attentif à fractionner les apports d’engrais azotés. L’agriculture pourra sélectionner une variété de blé plus résistante à l’oïdium. D’une année sur l’autre, il pourra choisir la rotation des cultures et le broyage pour de décomposer les pailles et diminuer la présence de Blumeria graminis.

Concernant l’intervention phytosanitaire, il conviendra, avant toute chose, d’observer le stade de développement de la plante et de la maladie. 

Ainsi, l’attention sur la culture doit être portée à partir du stade « épi de 1 centimètre », afin de déterminer le seuil d’intervention. Il sera utile de traiter Blumeria graminis si plus de 20 % des feuilles sont atteintes, pour les variétés sensibles, et plus de 50 % des feuilles sont atteintes pour les variétés de blé plus résistantes. Une feuille est considérée comme contaminée quand elle présente une surface de plus de 5% de feutrage blanc. Il n’est pas nécessaire d’intervenir si l’oïdium n’est présent que sur les tiges.

Une à deux phases de traitement phytosanitaire par saison sont souvent nécessaires en situation de risque d’oïdium. L’agriculture pourra, selon la situation, intervenir au stade de colonisation par le champignon, au stade troisième feuille et avant-dernière feuille. 

Il est à noter qu’il n’est pas toujours aisé de lutter contre l’oïdium en recourant à des fongicides, car Blumeria graminis a pu développer des résistances. Le traitement au soufre n’est pas concerné par la résistance, mais reste peu utilisé en culture de blé. 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2020-01-23_a__10.23.41

    Pulvé : comment se différencier par la réactivité ?

    La pulvérisation représente une prestation stratégique pour séduire ou fidéliser des agriculteurs qui sont actuellement de plus en plus nom...

  • Home_pulverisation-de-precision-miniature

    Pulvérisation de précision, pour qu'aucune goutte ne rate sa cible

    La maîtrise de la dérive a longtemps reposé sur le respect des conditions d’application, dont la vitesse du vent, et le recours à la buse ada...

  • Home_nouveaute-pulverisateur-1

    Les nouveautés de la pulvérisation 2020

    Dans le cadre de notre dossier spécial pulvérisation, voici la présentation des nouveautés en la matière. Lemken, un traîné...

  • Home_buses_pulv_

    Pulvérisateurs, les éléments essentiels à une pulvérisation de qualité

    Une circulation optimale de la bouillie, grâce à une pression constante, par exemple, est assurée par la pompe, la régulation, la filtration, la rampe, ou encore les buse...

  • Home_pulv_risateur_horsch_leeb_pt-5322

    Pulvérisateurs, quelle architecture répond le mieux aux besoins ?

    S’il peut paraître accessoire de s’attarder sur le choix d’un châssis ou d’une cuve, ces éléments présentent, en réalité, une influence importa...

  • Home_screen-pulverisateur-2

    Des conseils d'experts pour bien choisir son pulvérisateur

    Dossier pulvérisateurs 2020 : le guide expert et le diagnostic personnalisé sont en ligne. À travers ce dossier spécial, WikiAgri veut aider ses lecteurs ...

  • Home_matthieu_cob_rac

    Sous le hangar, un parc matériel au top chez le Charentais Matthieu Cobérac

    Matthieu Cobérac a fondé en 2006 l’ETA du même nom. Toujours basée à Saint-Amant-de-Nouère, non loin d’Angoulême, l’entreprise est devenue récemment...

  • Home_semoir_horsch_

    Semoirs de précision, des rendements maximisés avec des semences bien ordonnées

    Si le contrôle de la profondeur concentre toute l’attention des constructeurs, Arvalis institut du végétal planche sur un nouveau paramètre, consistant à positionn...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit