Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Qu’est-ce que le piétin échaudage ?

Home_big_pi_tin__chaudage

Le piétin échaudage est l’une des maladies les plus répandues sur les cultures de céréales.

Très préjudiciable, elle toucherait près de 2 millions d’hectares en France. Le risque est particulièrement important pour les cultures de blé, mais également d’orge et de triticale. Le piétin-échaudage se développe à cause d’un champignon, le gaeumannomyces graminis var. tritici. Ce champignon s’attaque à la racine des graminées pendant l’hiver et, en fin de cycle, provoque un échaudage des plantes atteintes. 

Quels sont les symptômes du pietin échaudage ?

Les symptômes du piétin échaudage s’observent sur les andains de paille. Les plantes ont une faible croissance et un faible tallage, avec des pointes jaunies, leurs racines sont noircies à la fin de l’hiver. À l’épiaison, les plantes présentent un aspect desséché, avec des nécroses visibles jusque sur tige. En été, on distingue des foyers d’échaudage de forme circulaire dans les parcelles. 

Il ne faut pas confondre le piétin échaudage avec le piétin verse, qui ne concernent des épis isolés, quand le premier détruit plusieurs zones, par foyers. L’examen de racines, prélevées à 10 centimètres de profondeur, après les avoir lavées, permettra de confirmer le soupçon de maladie, celles-ci présentant des manchons cassants et noircis caractéristiques dans un cas de piétin échaudage.

Quels sont les causes du piétin échaudage ?

Plusieurs facteurs, météorologiques notamment, favorisent la propagation du champignon responsable du piétin à travers les résidus de culture (chaumes, pailles, adventices). Ainsi, des automnes et des hivers doux et pluvieux favorisant la transmission de la maladie. La nature des sols peut également accélérer le développement de la maladie, s’ils sont alcalins, sableux et légers. Mécaniquement, le travail au sol peut aider à la dispersion du champignon.

Enfin, le retour fréquent des céréales sur la parcelle, blé sur blé en particulier, augmente fortement le risque de développement du piétin échaudage. Il est donc préférable d’éviter les céréales sur paille, blé sur blé en particulier, d’une année à l’autre. 

Quels sont les conséquences du piétin échaudage ?

La conséquence principale du piétin échaudage est un déficit de rendement. Celui-ci peut atteindre 50 % de la production. C’est dire si le piétin échaudage peut être préjudiciable.

Quelles solutions pour soigner le piétin échaudage ?

On recense deux manières de s’attaquer au piétin échaudage : le traitement phytosanitaire et la lutte agronomique. 

Dans le cas du traitement phytosanitaire, le champ d’action est restreint. Il n’existe pas, en effet, de traitement direct autorisé, autrement que sur les semences. Il est possible d’appliquer un traitement de semences à base de silthiofam. Son efficacité n’est toutefois pas pleinement satisfaisante (60 % au maximum). En outre, son utilisation deux années de suite n’est pas possible, dans la mesure où le champignon pourrait développer une résistance au traitement. Ainsi, sur les parcelles très infestées, ce traitement aura des résultats partiels. 

La lutte agronomique s’articule autour de plusieurs stratégies. Le moyen le plus efficace est de privilégier la rotation, en évitant les céréales pour privilégier une culture « non hôte » sur laquelle le champignon ne pourra pas se développer, betterave ou pomme de terre, par exemple. Ce n’est qu’au bout de deux ou trois ans sans culture « hôte » que le champignon disparaîtra. Dans l’intervalle, l’agriculteur veillera à ne pas cultiver des espèces susceptibles d’héberger le piétin échaudage, comme le ray-grass, et à ne pas faire de jachère.

Pour lutter contre le piétin échaudage, une opération agronomique toujours utile est le désherbage, en détruisant les supports sur lesquels pourrait se fixer le champignon (repousses, graminées adventices).

Une autre possibilité est de privilégier des espèces de blé dur, moins sensibles au champignon, et des semis tardifs, car le froid préservera la culture de la contagion. Enfin, l’agriculteur pensera à broyer et répartir les andains, afin de limiter les attaques du piétin échaudage.

Notre illustration est une copie d'écran de la vidéo ci-dessus.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2020-01-23_a__10.23.41

    Pulvé : comment se différencier par la réactivité ?

    La pulvérisation représente une prestation stratégique pour séduire ou fidéliser des agriculteurs qui sont actuellement de plus en plus nom...

  • Home_pulverisation-de-precision-miniature

    Pulvérisation de précision, pour qu'aucune goutte ne rate sa cible

    La maîtrise de la dérive a longtemps reposé sur le respect des conditions d’application, dont la vitesse du vent, et le recours à la buse ada...

  • Home_nouveaute-pulverisateur-1

    Les nouveautés de la pulvérisation 2020

    Dans le cadre de notre dossier spécial pulvérisation, voici la présentation des nouveautés en la matière. Lemken, un traîné...

  • Home_buses_pulv_

    Pulvérisateurs, les éléments essentiels à une pulvérisation de qualité

    Une circulation optimale de la bouillie, grâce à une pression constante, par exemple, est assurée par la pompe, la régulation, la filtration, la rampe, ou encore les buse...

  • Home_pulv_risateur_horsch_leeb_pt-5322

    Pulvérisateurs, quelle architecture répond le mieux aux besoins ?

    S’il peut paraître accessoire de s’attarder sur le choix d’un châssis ou d’une cuve, ces éléments présentent, en réalité, une influence importa...

  • Home_screen-pulverisateur-2

    Des conseils d'experts pour bien choisir son pulvérisateur

    Dossier pulvérisateurs 2020 : le guide expert et le diagnostic personnalisé sont en ligne. À travers ce dossier spécial, WikiAgri veut aider ses lecteurs ...

  • Home_matthieu_cob_rac

    Sous le hangar, un parc matériel au top chez le Charentais Matthieu Cobérac

    Matthieu Cobérac a fondé en 2006 l’ETA du même nom. Toujours basée à Saint-Amant-de-Nouère, non loin d’Angoulême, l’entreprise est devenue récemment...

  • Home_semoir_horsch_

    Semoirs de précision, des rendements maximisés avec des semences bien ordonnées

    Si le contrôle de la profondeur concentre toute l’attention des constructeurs, Arvalis institut du végétal planche sur un nouveau paramètre, consistant à positionn...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit