Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4319 MembresCréer un compte

Porcs, les premiers contrats d'Intermarché signés avec des producteurs

Home_big_contrats_intermarch__porcs

Les premiers contrats d’approvisionnement en cochon vif ont été signés, ce mercredi 2 mars, entre Agromousquetaires (Intermarché), deux groupements bretons de producteurs de porcs (Aveltis et Prestor) et quelques éleveurs à Josselin (Morbihan), dans un des trois abattoirs du groupe.

Il s’agit là d’une vraie nouveauté dans le landerneau porcin qui rallie donc le légume-industrie, le lait ou encore la volaille. Tout le monde sait que la filière porcine, en crise depuis 2007, a vu les prix dévisser ces derniers mois. La lueur d’espoir du 1,40 euro du kilo vif proposé à l’achat, avant l’été 2015, par Agromousquetaires aux vendeurs du Marché du Porc Breton (MPB) a fait long feu. Désormais, les éleveurs sont prêts à des contrats qui doivent leur permettrent de lisser la volatilité.

« Il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant », clame Yves Audo, vice-président d’Agromousquetaires. Ce contrat tripartite est proposé sur cinq ans. L’éleveur candidat signe sur un volume qui ne peut dépasser plus de la moitié de sa production. La fixation du prix repose sur deux références : le prix du vif négocié au MPB (marché du porc breton) et le prix des matières premières (blé et soja) entrant dans la composition de l’aliment du bétail.

Pour faire court, si la cotation du prix de base du kilo se situe en-dessous de 1,13 euro, Agromousquetaires paiera l’éleveur 1,13 euro du kilo plus les primes de qualité (15 centimes du kilo en moyenne), soit 1,28 euro du kilo. La dernière cotation (29 février) fixait le prix de base à 1,113 euro. C’est au-dessus en revanche que la proposition paraît intéressante. Entre 1,13 euro et 1,59 euro du kilo négocié au MPB, toujours hors prime, Intermarché garantit un prix de 1,33 euro en prix de base. Rappelons ici que la moyenne mobile de prix négocié au MPB de ces douze derniers mois se situe à 1,250 euro (source MPB). Ce « tunnel » de prix variera en fonction de la valeur des matières premières.

De la sorte, Agromousquetaires veut garantir l’approvisionnement en cochons vifs « 100 % français » de ses abattoirs (2,5 millions de porcs abattus par an actuellement, plus demain après des travaux en cours). A terme, le distributeur espère couvrir par contrat « entre 1 et 1,2 millions de porcs par an », précise Yves Audo.

Du côté des éleveurs, ce contrat « peut lisser leur trésorerie et sécuriser les investissements nécessaires à la modernisation de leur élevage », dit l’un d’entre eux, Philippe Bizien, président d’Aveltis, second groupement français en nombre de porcs (3 millions de porcs, 770 éleveurs).

Ne craignent-ils pas une forme d’intégration, eux qui ont si longtemps clamé être des « éleveurs libres », c’est-à-dire des entrepreneurs sans lien avec des firmes d’aliments, des abatteurs et encore moins des distributeurs ? « On ne peut plus rester sans rien faire, il nous faut agir », poursuit Philippe Bizien, pour qui cette contractualisation n’est pas antinomique avec le projet de création d’une plateforme de commercialisation commune entre cinq groupements de producteurs. Pour sa part, la Fédération nationale porcine a salué, dans un communiqué du 26 février, l’initiative du distributeur. La FNP espère « qu’Intermarché/Agromousquetaires (suivra) le projet de fonds de soutien porcin actuellement en discussions ». Sur ce point, Yves Audo ne se prononce pas, précisant juste que « ce fonds crée un certain nombre de problèmes ».

 

De gauche à droite : Michel Adam (groupement Prestor), Philippe Bizien (Aveltis), Yves Audo (Intermarché), Laurent Cospérec (premier éleveur signataire), et Didier Duhaupand (président d'Agromousquetaires). Photo Franck Jourdain.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_v_t_rinaire_couiza

    Dans l'Aude, des éleveurs s'alarment du départ de leur vétérinaire rural

    Ils sont 120 éleveurs de vaches, brebis et chevaux de l’Aude qui refusent de voir partir le dernier vétérinaire de leur zone géographique. M...

  • Home_charolaises

    La filière bovine européenne dans le flou

    La production de viande bovine devrait baisser de 140 milliers de tonnes équivalent carcasse dans les huit principaux Etats membres de l’Union européenne....

  • Home__levage_porcs_chine__archives_

    200 millions de porcs abattus en Chine à cause de la peste porcine, la planète incapable de compenser

    L’épidémie de la peste porcine fait des ravages dans l’Empire du milieu. Les pertes portent sur plusieurs dizaines de millions d’animaux et de...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière cherche jeunes éleveurs désespérément

    Les clignotants au vert. L’année 2019 démarre dans un contexte d’offre et de demande plus équilibré, selon Coop de France métie...

  • Home_vaches_lait_montagne

    Le lait de montagne doit affirmer son authenticité et sa naturalité

    La production française de lait de montagne résiste. Elle est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, bien moins sous l&...

  • Home_fromages

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires boudent le lait made in France

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires représentent 55 % de la consommation nationale, mais ils n’absorbent que 16 % de la production f...

  • Home_etienne_fourmont_-_bien-_tre_animal

    Bien-être animal, les éleveurs affichent leurs actions sur une page web

    L'élevage est désormais souvent soumis à la pression de ses détracteurs. Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe, a pris l'...

  • Home_troupeau_de_moutons

    Brexit, la filière ovine entre l'enclume et le marteau

    L'équilibre du marché ovin, français et européen, est menacé par la baisse attendue des importations de viandes britanniques et par les...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit