Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Porcs, les premiers contrats d'Intermarché signés avec des producteurs

Home_big_contrats_intermarch__porcs

Les premiers contrats d’approvisionnement en cochon vif ont été signés, ce mercredi 2 mars, entre Agromousquetaires (Intermarché), deux groupements bretons de producteurs de porcs (Aveltis et Prestor) et quelques éleveurs à Josselin (Morbihan), dans un des trois abattoirs du groupe.

Il s’agit là d’une vraie nouveauté dans le landerneau porcin qui rallie donc le légume-industrie, le lait ou encore la volaille. Tout le monde sait que la filière porcine, en crise depuis 2007, a vu les prix dévisser ces derniers mois. La lueur d’espoir du 1,40 euro du kilo vif proposé à l’achat, avant l’été 2015, par Agromousquetaires aux vendeurs du Marché du Porc Breton (MPB) a fait long feu. Désormais, les éleveurs sont prêts à des contrats qui doivent leur permettrent de lisser la volatilité.

« Il s’agit d’un partenariat gagnant-gagnant », clame Yves Audo, vice-président d’Agromousquetaires. Ce contrat tripartite est proposé sur cinq ans. L’éleveur candidat signe sur un volume qui ne peut dépasser plus de la moitié de sa production. La fixation du prix repose sur deux références : le prix du vif négocié au MPB (marché du porc breton) et le prix des matières premières (blé et soja) entrant dans la composition de l’aliment du bétail.

Pour faire court, si la cotation du prix de base du kilo se situe en-dessous de 1,13 euro, Agromousquetaires paiera l’éleveur 1,13 euro du kilo plus les primes de qualité (15 centimes du kilo en moyenne), soit 1,28 euro du kilo. La dernière cotation (29 février) fixait le prix de base à 1,113 euro. C’est au-dessus en revanche que la proposition paraît intéressante. Entre 1,13 euro et 1,59 euro du kilo négocié au MPB, toujours hors prime, Intermarché garantit un prix de 1,33 euro en prix de base. Rappelons ici que la moyenne mobile de prix négocié au MPB de ces douze derniers mois se situe à 1,250 euro (source MPB). Ce « tunnel » de prix variera en fonction de la valeur des matières premières.

De la sorte, Agromousquetaires veut garantir l’approvisionnement en cochons vifs « 100 % français » de ses abattoirs (2,5 millions de porcs abattus par an actuellement, plus demain après des travaux en cours). A terme, le distributeur espère couvrir par contrat « entre 1 et 1,2 millions de porcs par an », précise Yves Audo.

Du côté des éleveurs, ce contrat « peut lisser leur trésorerie et sécuriser les investissements nécessaires à la modernisation de leur élevage », dit l’un d’entre eux, Philippe Bizien, président d’Aveltis, second groupement français en nombre de porcs (3 millions de porcs, 770 éleveurs).

Ne craignent-ils pas une forme d’intégration, eux qui ont si longtemps clamé être des « éleveurs libres », c’est-à-dire des entrepreneurs sans lien avec des firmes d’aliments, des abatteurs et encore moins des distributeurs ? « On ne peut plus rester sans rien faire, il nous faut agir », poursuit Philippe Bizien, pour qui cette contractualisation n’est pas antinomique avec le projet de création d’une plateforme de commercialisation commune entre cinq groupements de producteurs. Pour sa part, la Fédération nationale porcine a salué, dans un communiqué du 26 février, l’initiative du distributeur. La FNP espère « qu’Intermarché/Agromousquetaires (suivra) le projet de fonds de soutien porcin actuellement en discussions ». Sur ce point, Yves Audo ne se prononce pas, précisant juste que « ce fonds crée un certain nombre de problèmes ».

 

De gauche à droite : Michel Adam (groupement Prestor), Philippe Bizien (Aveltis), Yves Audo (Intermarché), Laurent Cospérec (premier éleveur signataire), et Didier Duhaupand (président d'Agromousquetaires). Photo Franck Jourdain.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit