Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4104 MembresCréer un compte

Porc, une filière bien-être et nutrition pour U

Découvrez agri-meteo
Home_big_charcuterie_porc

Les multiples demandes des consommateurs sur les modes de production et la qualité des produits incitent de plus en plus les distributeurs à se rapprocher des producteurs et des transformateurs. Exemple avec U qui a signé à la mi-septembre, dans l’enceinte du Space à Rennes, une charte d’engagement pour la livraison de charcuterie (jambon, saucisson, rôti, lardon) à marque d’enseigne avec le groupement de producteurs Triskalia, l’abatteur Socopa et quatre charcuteries industrielles.

Le cahier des charges garantit l’origine France, une alimentation sans OGM et Bleu Blanc Cœur (avec incorporation de graines de lin) et sans antibiotiques après 42 jours d’âge. Il prend également en compte le bien-être animal et l’environnement. Le distributeur s’engage sur une durée de trois ans renouvelables avec un prix du vif indexé sur le prix de l’alimentation animale (qui représente 60 à 70 % du coût de production d’un cochon) et révisé trimestriellement. 

« Nous démarrons avec une offre de 3 000 porcs par semaine fournis par 14 producteurs (nos adhérents en produisent 32 000 par semaine) et prévoyons de multiplier ce volume par trois d’ici deux ans, avec le concours des groupements porcs d’Agrial et de Terrena », explique Michel Bloc’h, président du groupement Triskalia.

La charcuterie sous marque U disposera d’un packaging spécifique à partir du second semestre 2019.

La démarche conforte l’idée que les éleveurs sont prêts à s’engager dans la qualité nutritionnelle et le bien-être animal, précise en substance Michel Bloc’h. En France où la filière porcine valorise les trois quarts du cochon dans la charcuterie-salaison, cette voie intéresse aussi les opérateurs confrontés à une baisse de la consommation. Quant au distributeur, cette filière pour la charcuterie à marque U doit constituer une réponse aux consommateurs dont « 79 % font le lien entre alimentation et santé et un tiers a peur du contenu de leur assiette », souligne Dominique Schelcher, président de Système U.


Notre illustration d'archives est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/124357252.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

Découvrez agri-meteo
  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_pr_

    Bio vs conventionnel, en lait c'est l'herbe qui fait la différence

    Pour résister aux aléas, tant climatiques qu’économiques, mieux faut alléger le poids de ses charges opérationnelles. Les exploitatio...

  • Home_vache_foin

    Sécheresse et prix des céréales, les éleveurs de nouveau dos au mur

    La hausse des prix des céréales ne réjouit pas les éleveurs. Ils n’ont pas les moyens de compenser l’augmentation des coûts de l...

  • Home_peste_porcine_africaine

    Branle-bas de combat face à la peste porcine africaine

    En France comme en Bretagne, le niveau d’alerte est au maximum face au risque de peste porcine africaine qui progresse de l’est de l’Union européenne...

  • Home_cuniculture__levage_de_lapins

    La course d'obstacles des producteurs de lapins

    Les quelque 800 éleveurs de l’Hexagone, second pays producteur cunicole européen avec près de 50 000 tonnes par an, sont engagés dans une co...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro