Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5391 MembresCréer un compte

Nos ancêtres les paysans étaient-ils des migrants ?

Home_big_histoire_agriculture__levage

L’essor de la recherche archéologique montre que les paysans français sont, comme l’ensemble de la population, la somme de migrations multiséculaires de peuples venus s’installer dans les campagnes peu peuplées lorsque l’empire romain était sur le déclin. Les dernières invasions massives étaient les Vikings au IXe siècle.

A la Cité des sciences de la Villette à Paris, l’exposition « Quoi de neuf au Moyen-Age ? » démolit les clichés. Les nombreuses recherches d’archéologie préventive menées sur l’ensemble du territoire national et en Europe ont révélé des pans entiers méconnus de notre histoire.

Sur cette période sombre, des textes écrits à la fin de l’empire romain, à partir de témoignages subjectifs, rapportaient que des hordes de barbares détruisaient tout sur leur passage.

« Jusque dans les années 1990, on imaginait que ces invasions avaient mis à sac la civilisation gallo-romaine, ravagé les campagnes et que les gens avaient des habitats instables ou plus d’habitats du tout », explique Isabelle Catteddu, archéologue, spécialiste du Moyen-Age rural, dans un article publié par Le Monde le 10 octobre dernier.  D’où l’absence de ruines.

Or il n’en est rien. Les modes de construction des édifices et des habitations ont évolué depuis la période romaine. La plupart a été réalisée en matériaux périssables. Les fouilles archéologiques conduites régulièrement avant les lancements de chantiers, sous l’égide de l’Inrap (Institut national de recherches d’archéologie préventive), ont mis en lumière une multitude de sites enfouis sous terre.

Ces sites montrent le plus souvent l’absence de violence. Les migrations se sont donc déroulées, depuis la fin de l’empire romain, le plus souvent dans le calme ce qui n’exclut pas cependant, des périodes d’affrontements.

Des paysans invités à immigrer

Au Moyen-Age, quelques centaines de milliers de paysans burgondes, alamans wisigoths, francs etc. sont ainsi venus d’Europe de l’est pour s’installer en Gaule romaine. Certains d’entre eux ont cohabité avec la population autochtone gallo-romaine avant de s’y intégrer totalement. Les paysans juste arrivés auraient habité dans des maisons délaissées par les autochtones ou en auraient construit de nouvelles tandis que d’autres ont créé des villages de toutes pièces, dans les zones inhabitées propices à l’agriculture et à l’élevage.

Ces migrations de quelques centaines de milliers de personnes se sont étalées sur plusieurs siècles. Les paysans venaient chercher des terres pour les cultiver (les Vikings sont les derniers arrivants au IXe siècle).

« Pour se protéger d’ennemis plus agressifs, il semble que l’empire romain a toléré, à sa frontière l’installation, de paysans pour s’assurer une présence dans des territoires peu peuplés. Les Romains avaient besoin de paysans pour produire de la nourriture nécessaire pour nourrir leurs armées », précise Isalbelle Catteddu. Il s’agissait déjà, selon elle, « d’immigration choisie. Les paysans avaient parfois été invités à s’installer ».

L’intégration s’est dans tous les cas de figure effectuée rapidement. Selon Isabelle Cattedu, ces migrants se sont d’abord intégrés à la population, sans leur imposer leurs moeurs, puis ils se sont assimilés en reprenant les éléments cultuels apportés par les paysans burgondes francs, alamans.

Les migrations n’ont en fait jamais cessé. A partir du XVIe siècle, des millions de paysans européens persécutés pour des questions religieuses ou affamés ont quitté leur pays pour migrer en Amérique ou en Océanie.

La France rurale attractive pour s'installer

Au XXe  siècle, on ne compte plus les fermes reprises en France par des réfugiés espagnols et italiens, anciens ouvriers agricoles ou paysans, ayant fui leur pays sous régime dictatorial. Au nord de l'Europe, des agriculteurs ont été contraints de déménager pour s’installer (forte pression foncière dans les Pays-Bas et en Belgique par exemple) dans une France rurale dépeuplée et victime d’exode rurale. De nombreux agriculteurs en Champagne Ardenne ou en Haute-Normandie sont d’origine belge et néerlandaise. Leurs familles sont venues dans l’entre deux guerre ou après la seconde guerre mondiale. Elles ont repris des fermes ou défriché des terres pour créer des exploitations.

De nos jours, le foncier bon marché incitent des Britanniques, des Allemands, des Néerlandais à s’installer en France, mais l’Europe centrale est plus attractive.

Les nouveaux installés sont à l’image des populations étrangères et immigrées venues vivre en France. Cette année, un éleveur d’ovins turc d’origine kurde s’installe en Dordogne. Il ouvre peut-être la voie à d’autres compatriotes pour reprendre comme lui, des fermes ovines aujourd’hui sans repreneur.

Notre illustration est issue du site Fotolia, lien direct https://fr.fotolia.com/id/44678357. Elle montre le site de Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes) où élevage et ruines historiques se marient à merveille.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_schmotzer

    Un grand dégagement pour les bineuses Schmotzer Venterra 2K

      Schmotzer   Distribuées en France par la société Stecomat, les bineuses Schmotzer sont la propriété de l&...

  • Home_capture_6

    S’approprier l’agriculture de précision

    « Je pense que mes parcelles sont de moins en moins hétérogènes du fait de cette compensation qui s’opère année après an...

  • Home_image5

    Maïs : Indicateur de rendement en baisse

    Depuis début mai, le modèle de prévisions de rendement maïs de Visio-Crop, tourne chaque semaine avec les données météo (Temp&e...

  • Home_03_jh

    La « sol » solution

      Les moissons ont démarré en France et nous sommes de plus en plus nombreux à voir dépasser de la barre de coupe de la moissonneuse batt...

  • Home_home_big_adobestock_59781926

    Maïs : Indicateur de rendement en baisse

    Wikiagri et Visio Crop s’associent pour mettre à votre disposition une analyse prospective des rendements céréales en FRANCE pour la prochaine r&ea...

  • Home_adobestock_59781926

    Maïs : Forte baisse de potentiel en vue

    Wikiagri et Visio Crop s’associent pour mettre à votre disposition une analyse prospective des rendements céréales en FRANCE pour la prochaine r&ea...

  • Home_image1

    Triple Performance : un nouvel outil dédié à l’agriculture

    Bertrand, Astrid et Henri, l'équipe de Triple Performance Aujourd’hui, nous avons besoin d’une agriculture plus résiliente aux aléas ...

  • Home_capture_1

    De nombreux matériels inclus dans les aides France 2030

    Une enveloppe de 40 millions d’euros pour l’agriculture vient d’être débloquée dans le cadre du plan France 2030. Son objectif est d&rsq...

  • Home_adobestock_173775046_preview

    817 Mds d’$ par an pour financer les politiques agricoles et alimentaires de 54 p...

    L'OCDE a étudié le financement des politiques agricoles de 43 pays membres de l’Organisation, de l’Union européenne (UE) mais aussi celle...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit