Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5351 MembresCréer un compte

Non, la viande brésilienne ne répond pas aux critères des consommateurs européens

Home_big_atelier_viande_br_sil

Dans le cadre d'un éventuel accord de libre-échange Europe-Mercosur, une commission d'enquête du Parlement européen s'est rendue au Brésil pour constater sur place l'efficacité des mesures prises pour les produits agricoles exportés, en particulier la viande bovine. WikiAgri a recueilli les opinions de Michel Dantin et Eric Andrieu, deux des trois parlementaires français du voyage.

Pendant quatre jours de visites et d'entretiens, 11 députés européens représentant tous les groupes parlementaires du Parlement européen, dont trois français, ont essayé de déterminer si, oui ou non, le Brésil présentaient des garanties suffisantes dans sa volonté exportatrice vers l'Europe de contingents de viande bovine. Cela, dans le cadre d'un éventuel accord entre l'Europe et les pays du Mercosur (de l'Amérique latine). Les trois députés européens français présents au Brésil étaient Michel Dantin (groupe PPE, qui correspond à LR en France), le socialiste Eric Andrieu, ainsi que le FN Jacques Colombier. Malgré plusieurs tentatives variées, nous n'avons pas réussi à joindre ce dernier. Voici donc l'interview croisée des deux premiers.

"Nous avons été bien reçus, précise ainsi Michel Dantin. Tout avait été prévu pour nous donner des réponses, avec un programme de visites et de rencontres intense, sans le moindre temps mort. Et pour tout dire, les arguments donnés la majeure partie du temps étaient bons, et rassurants. Pour autant, comment dire, on nous a montré ce qu'il fallait nous montrer, nous sentions que quelque chose pouvait nous échapper. Et ce n'est finalement qu'en toute fin de séjour que nous avons obtenu une réponse qui nous permet d'affirmer la traçabilité telle qu'elle existe au Brésil ne correspond pas aux critères européens de défense des consommateurs."

En effet, au lieu d'une traçabilité par animal comme en Europe, celle-ci s'opère par lots. "Le problème, précise encore Michel Dantin, c'est que l'on ne parle pas des mêmes lots en entrant et en sortant de l'abattoir. En entrant, le lot correspond à une ferme, soit à quelques dizaines de bêtes. En sortant, le lot définit plusieurs fermes." Eric Andrieu renchérit : "En fait, ce que les Brésiliens appellent le lot, c'est le résultat d'une journée d'abattage. En d'autres termes, il n'est pas possible de remonter jusqu'à la ferme où se situe le problème si problème il devait y avoir."

Par ailleurs, les deux eurodéputés affichent des opinions communes par rapport aux réponses sur la corruption : "Sur les trafics de viande d'il y a quelques mois, il nous a été dit que la justice poursuivait son travail", affirment-ils l'un et l'autre, laissant entendre, chacun avec des mots différents mais la même vision au final, qu'il était finalement impossible de vérifier que ces bonnes intentions affichées correspondaient à la réalité.

Ils décrivent enfin l'un et l'autre le système agricole brésilien comme étant à deux vitesses : une agriculture familiale avec des petites exploitations (plus importantes tout de même que nos petites exploitations en France) pour fournir le pays, et une agriculture industrialisée à grande échelle pour l'export. Avec le respect du client en prime : "Ils affirment pouvoir produire OGM ou non OGM selon la demande du marché."

D'où une analyse propre à Eric Andrieu. "Ce que nous avons vu nous interroge sur notre propre système. Au Brésil, l'agriculture industrielle destinée à l'export n'est pas subventionnée, contrairement à l'agriculture familiale à vocation interne. Ce modèle est clair. L'agro-industrie devient compétitive par la massification : c'est l'importance de la production qui lui permet de dégager des bénéfices. Le Brésil se dit prêt à nourrir le monde... Pour ma part, je pense qu'en Europe aussi nous pourrions cesser de subventionner l'agriculture destinée à l'export..."

En conclusion, concernant un éventuel accord de libre-échange entre l'Europe et le Mercosur, la commission d'enquête du Parlement européen partie au Brésil va rendre un rapport montrant ses grandes réserves pour le consommateur européen quant à la traçabilité de la viande bovine brésilienne. C'est en effet par rapport au consommateur que le Parlement européen va se positionner, même si derrière, par ricochet, les éleveurs de bovins viande européens sont intéressés au premier chef.
 

Notre illustration est une photo d'archives (prise plusieurs années avant le voyage cité dans l'article) montrant un atelier de découpe et d'ensachetage de viande bovine destinée à l'export au Brésil.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 3
  • 0
  • 0
  • 2
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_antoine_jeandey

Journaliste professionnel depuis 1987. Rédacteur en chef de WikiAgri depuis sa création, en janvier 2012. Par ailleurs élu, adjoint au maire de Chaudon (comm...

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • Home_ma_s

    Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

    La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une productio...

  • 300

    Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

    Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur qu...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • 1Commentaire
  • #1

    je crois qu'on le savait déjà...tant que nous n'aurons pas une harmonie au niveau mondial puisque nous évoluons vers ce gaspillage...Quand mettrons nous en priorité la réduction des échanges qui ne font qu'accentuer la pollution. tant de cinéma à la Française durant la coop 21 et nous dire que la maison brule alors que non seulement les pompiers sont absents mais les pyromanes s'activent de plus belle..

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit