Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5418 MembresCréer un compte

Ne pas baisser la garde sur la protection fongicide de son colza

Home_big_couverture_v2

Si la campagne 2019/2020 a été assez saine sur le plan des maladies fongiques, il faut rester attentif au printemps prochain pour établir un programme cohérent.

A quelque chose malheur est bon, pour la 2e année consécutive le temps sec du printemps dernier a été plutôt favorable à l’état sanitaire du colza, en limitant les attaques de sclérotinia. Néanmoins, le retour des pluies à la mi-mai a permis une forte montée du mycosphaerella. « Mais comme on était en fin de remplissage, ça n’a pas joué sur le PMG », analyse Franck Duroueix, responsable évaluation des intrants à Terres Inovia. « Nous
avons eu une année globalement saine. Même si, localement, dans des parcelles plus humides, il y eu de fortes attaques de sclérotinia. Des dégâts de mycosphaerella ont aussi été constatés en Poitou Charentes » observe Jean Pierre Galle, responsable du marché colza en France pour BASF. Si le climat sec et chaud de la fin de campagne 2019/2020 a permis au colza de rester sain et que, par conséquence, les traitements fongicides n’ont pas fait de réelles dif férences sur le rendement, ce n’est pas toujours le cas. La protection de son colza est toujours à suivre de près. « Il faut rester vigilant car les inoculums restent présents dans le sol, prévient Franck Duroueix. Selon les conditions météorologiques, ils feront plus ou moins de dégâts ».
Pour limiter la pression des maladies fongiques, allonger les rotations est un des leviers, comme l’enfouissement des résidus. Face au phoma ou à la cylindrosporiose, le choix de variétés peu sensibles est stratégique pour s’affranchir de cette problématique.

Construire un programme adapté aux risques de chaque parcelle

Pour concilier une protection efficace et un coût contenu, il est nécessaire d’adapter son programme selon les maladies les plus fréquentes et le potentiel de rendement. Sur une parcelle où le colza a subi des dégâts de ravageurs ou présente un défaut de peuplement, il ne faut pas baisser la garder mais plutôt adapter les doses et la gamme de molécules choisies.
Le sclérotinia reste la maladie la plus préjudiciable, elle est peu fréquente mais très nuisible. Il faut intervenir à la chute des premiers pétales. Le niveau de risque dépend de sa rotation, de la situation sanitaire des années précédentes. Il faudra rester en alerte selon les conditions météo et les indications des Bulletins de Santé du Végétal. Une analyse grâce au kit pétale permet de confirmer la présence de spores. De plusieurs années d’essais, Terre Inovia a calculé un gain moyen de 6,5 q pour un traitement bien positionné dans les parcelles touchées. Même sans attaque de sclérotinia, le gain moyen a été de 1,5 q, grâce à un arrière effet contre les maladies de fin de cycle, oïdium et alterneria, ce qui rentabilise le traitement fongicide. En année sèche, comme l’a été 2020, il n’y a pas de gain de rendement.
Les stratégies à deux traitements ne sont que très rarement rentabilisées, seulement en cas d’une forte pression des maladies de fin de cycle ou en zone maritime, comme la Normandie. Mieux faut miser sur un seul traitement mais le choisir en fonction des maladies secondaires présentes. En cas de risque faible, toute solution peut être employée, y compris les triazoles et les solutions de biocontrôle (Constans WG, Rhapsody ou Polyversum). En situation de risque plus marqué, il est recommandé d’associer une SDHI à un autre mode d’action efficace ou de privilégier une base prothioconazole.
Dans l’Ouest, la mycosphaeralla est de plus en plus présent, avec des attaques 8 ou 9 années sur 10. Cette maladie est plus compliquée à contrôler. « Il faut garder une base triazoles dans le traitement à floraison, avec ou non un SDHI selon le risque sclérotinia », recommande Franck Duroueix.
Dernière donnée à intégrer dans son raisonnement, la présence de résistances de souches de sclérotinia aux SDHI, qui est avérée dans une vingtaine de départements. Si la situation est stable sans érosion du taux d’efficacité, ni d’usage démuni car plusieurs modes d’action sont disponibles, il est recommandé de n’appliquer qu’un seul SDHI par an et de le travailler en association avec un autre mode d’action.

Auteur : Cécile Julien

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Thumb_avatars_h02

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_1

    Affiner sa stratégie anti-limaces

    Petit mollusque au grand appétit, la limace est la bête noire des semis, surtout de colza. Différents OAD compléteront vos observations pour prot&e...

  • Home_capture_2

    Stations météo connectées, un pas de plus vers l’agriculture de précision

    En donnant accès à des données climatiques fiables et ultra-localisées, les stations météo connectées sont devenues un outil ...

  • Home_wikiagri_49_semaine_14_couverture

    Désherbage, mixez les stratégies

    Pour endiguer les adventices, élargissez vos possibilités de choix en intégrant le désherbage mécanique dans le panel des solutions. C&...

  • Home_wiki_49_semaine_11_couverture

    Biostimulants, aider les plantes à faire face aux stress abiotiques

    Le changement climatique augmente les risques de stress abiotiques auxquels les cultures doivent faire face : manque d’eau, températures très chaudes ou, ...

  • Home_wiki_49_semaien_8_couverture

    Le maïs, champion du pouvoir méthanogène

    La méthanisation permet de produire du biogaz à partir de matières organiques, plantes ou effluents d’élevage. En culture principale comme C...

  • Home_wiki_49_semaine_7__bis_couverture

    Le maïs, une culture d’avenir

    Avec une moyenne nationale de 110 q/ha - 123 en irrigué, 101 en sec - le maïs a pulvérisé son record de productivité en 2021. « Le ma&i...

  • Home_semis_direct

    Le semis direct : quels bénéfices ?

      Les intérêts agronomiques, environnementaux et socio-économiques du semis-direct sous-couvert Les intérêts agronomiques du Sem...

  • Home_wiki_48_semaine_48_bis_couverture

    Les adjuvants aident à baisser l’IFT

    En grandes cultures, accéder à  la  certification  Haute  Valeur Environnementale (HVE) passe par une réduction de ses Indices de Fr&...

  • Home_wiki_48_semaine_48_couverture

    Céréales à paille : maximiser leur protection fongicide

    Pour alléger le poste fongicide sur ses céréales, il faut actionner tous les leviers, depuis le choix de variétés peu sensibles jusqu'&...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit