Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4375 MembresCréer un compte

Les maladies du tournesol

Home_big_tournesol

Elles sont assez nombreuses et peuvent se montrer redoutables pour les récoltes. Certaines sont apparues très récemment et sont impossibles à combattre par fongicide.

L’orobanche

L’Orobanche Cumana est une plante parasitaire qui cause la maladie dite de l’Orobanche. Cette infection se développe chaque année un peu plus en France depuis la fin des années 2000, surtout dans le Sud-Ouest et le Centre Ouest. Sa prolifération est généralement assez rapide et demande une surveillance accrue pour la préservation de la récolte.

L’orobanche s’attaque notoirement au colza en s’accrochant et en germant sur les racines de la plante. Les moyens de lutte sont encore expérimentaux tant la maladie est récente en France.

En savoir plus sur l'orobanche

La sclérotinia du tournesol

Certainement la plus redoutable des maladies du tournesol, la Sclerotinia est un cancer pour cette plante. Elle peut rester tapie dans les sols durant des années sous formes de sclérotes et se propager sempiternellement, et sous différentes formes, puisqu’elle peut attaquer indifféremment et les feuilles, les tiges, le collet, le bouton et le capitule.

Pour chaque partie de la plante il existe une déclinaison de la Sclérotinia ce qui constitue un réel problème, puisque le colza ne peut développer différentes défenses en simultanée.

Les attaques sur les capitules sont les plus redoutables et peuvent causer jusqu’à une perte de 50 % de la récolte.

Autre avatar de la Sclérotinia : elle est présente sur l’ensemble du territoire français.

Il n’existe pas de produits fongicides assez efficaces pour annihiler les épidémies de Sclérotinia : il est nécessaire d’utiliser des moyens prophylactiques.

En savoir plus sur la sclérotinia du tournesol

Phoma du tournesol

Le phoma Macdonaldii est un champignon mycélium niché dans les résidus de culture, qui gangrène le tournesol en libérant ses spores durant l’hiver. Il est donc responsable de cette maladie très courante appelée phoma, qui sévit en particulier sur le collet du colza et de ses racines. Il entraine alors un dessèchement de la base et ralenti et appauvri très sérieusement la croissance de la plante. L’ampleur épidémique peut alors condamner près de 50 % la culture.

Le Phoma peut également apparaitre sur les feuilles et les tiges, se manifestant par des tâches noires. Là encore, même si elle sera moins importante que dans le cas d’une attaque des collets, une perte de rendement de la récolte pourra atteindre les 5 quintaux par hectare.

Cette maladie devra être anticipée par des mesures agronomiques adaptées.

Mildiou du tournesol

Pendant des décennies, les variétés de colza ont su se protéger des attaques des champignons nuisibles composant les différentes formes de Mildiou. Mais au XXIe siècle, la maladie constitue un problème grave pour le tournesol parce qu’elle a elle-même développé de nouveaux germes qui ne sont plus simplement endiguer par des moyens agronomiques. Aujourd’hui, une attaque grave de Mildiou peut carrément dévaster des champs en entier.

En outre, la période de contamination est assez vaste : une invasion très tôt dans le cycle entraînera une fonte des semis tandis qu’une invasion plus tardive provoquera le nanisme (en partie) de la plante. Il est nécessaire de traiter les semences.

Phomopsis du tournesol

Le phomopsis est l’une maladie les plus importantes du colza, touchant ce dernier sur les récoltes du monde entier. En France, il connait actuellement une recrudescence dans les régions Ouest.

C’est à la base un champignon de type ascomycète, le phomopsis helianthi, qui s’infiltre dans la culture du colza par les feuilles, la tige et le capitule. Il est reconnaissable par des petites tâches noirâtres ou brunâtres et peut entraîner un affaiblissement de la plante et parfois son desséchement.

Voir le guide des maladies agricoles

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_mouron_des_champs

    Le mouron des champs

    Appartenant à la famille des primulacées, le mouron des champs (du latin : anagallis arvensis) est aussi connu sous le nom de mouron rouge (du latin : lysimachi...

  • Home_euphorbe_r_veil_matin

    L'euphorbe réveil matin

    Du grec euphorbia helioscopia (“qui regarde le soleil”), l’euphorbe réveil matin (ou “petit éclair”) doit son nom à son omb...

  • Home_paturin_commun

    Le pâturin commun

    Tirant son nom du latin poa trivialis, le pâturin commun, également connu sous le nom de “gazon d’Angleterre” ou de “pâturin rude&r...

  • Home_v_ronique_de_perse

    La véronique de Perse

    Connue également sous le nom de véronique commune, “boyau-de-chat” ou “plante-à-thé”, cette plante herbacée annuell...

  • Home_chanvre_d_eau

    Le chanvre d'eau

    Du latin lycopus europaeus, cette plante herbacée vivace dicotylédone est une graminée appartenant à la famille des lamiacées, égale...

  • Home_chiendent_rampant

    Le chiendent rampant

    Du latin elytrigia repens ou elymus repens, cette plante herbacée vivace monocotylédone est une graminée appartenant à la famille des poacé...

  • Home_chardon_des_champs

    Le chardon des champs

    Tirant son nom du latin cirsium arvense, cette plante herbacée dicotylédone vivace appartenant à la famille des astéracées est égale...

  • Home_cardamine_hirsute

    La cardamine hirsute

    Connue également sous le nom de cardamine hérissée, la cardamine hirsute tire son nom du latin Cardamine hirsuta et de sa base velue. Cette plante herbac...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit