Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5419 MembresCréer un compte

Les biocarburants européens doivent être défendus

Home_big_img_3623bis

Les débats se déroulent en ce moment entre Bruxelles, Luxembourg ou Strasbourg. En jeu, l'évolution du taux d'incorpation de biocarburants dans les essences. Nous visons aujourd'hui 10 % en 2020, mais va-t-on se contenter de 5 % ? Derrière, toutes les filières biocarburants européennes retiennent leur souffle.

Vous l'avez de fait remarqué, les biocarburants d'origine agricole, d'abord encensés, sont largement critiqués depuis quelques années. Leurs apports environnementaux sont contestés (une bataille d'experts dont il est difficile de démêler le dogmatique, d'où qu'il vienne, du vrai), et surtout le débat lancé sur la concurrence entre surfaces agricoles alimentaires et non alimentaires cause un tort considérable à la filière.

Tant et si bien qu'un autre débat, politique celui-là, est officiellement ouvert au niveau décisionnel européen. Question posée : faut-il réduire le taux d'incorporation des biocarburants dans les essences, aujourd'hui prévu avec l'objectif de 10 % en 2020 ? Le Parlement européen devra trancher ce 10 juillet 2013.

Pour bien répondre, je pense qu'il faut examiner de près les arguments des uns et des autres. Et savoir qu'avec l'Europe tout est affaire de compromis, donc on arrivera vraisemblablement à un résultat fixé entre les 10 % actuels, et les 5 % réclamés par les anti... Reste à savoir plus précisément où sera fixé le curseur.

Quels sont les arguments de ceux qui souhaitent réduire le taux d'incorporation ? Il y en a deux principaux.

Le premier consiste à dire que l'Europe n'est pas autosuffisante en biocarburants, et qu'elle doit donc en importer, en participant au passage aux modifications environnementales observées dans plusieurs pays producteurs d'huile de palme (déforestations au profit de ces cultures). Là, je pense que répondre en diminuant le taux d'incorporation ne peut qu'avoir une incidence, réduire nos propres productions, et donc poursuivre dans la voie de la déforestation de l'Indonésie ou de différents pays africains qui se lancent désormais dans l'huile de palme. Le fait de réduire le taux d'incorporation lance avant tout un message à nos agriculteurs, on les incite à produire autre chose, à revenir à l'alimentaire. Donc, quel que soit la baisse du taux, ce n'est pas ainsi que nous arriverons à l'autosuffisance européenne en la matière.

Le second argument met en avant la concurrence entre alimentaire et non alimentaire. Là, c'est le Copa-Cogeca (fédération européenne des syndicats de producteurs et des coopératives) qui répond, études à la clé. C'est ainsi que les problèmes de famine ne sont pas dus, selon le professeur Michael Schmitz de l'Université de Giessen (Allemagne) à la concurrence non alimentaire mais à des facteurs tels de "mauvaises gouvernances, la corruption, les guerres civiles et conditions météorologiques extrêmes". Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca, donne son opinion : "La production de biocarburants apporte en fait d'importants bénéfices au secteur de l'alimentation animale, étant donné que les graines de colza peuvent être utilisées simultanément pour la production de biodiesel et pour l'alimentation animale. La majorité reste dans le secteur de l'alimentation animale. Les aliments des animaux qui résultent de la production de biocarburants doivent donc être considérés comme un important coproduit. Si l'on produisait moins de biodiesel et de bioéthanol en Europe, comme le demandent certaines ONG, l'UE devrait importer davantage de tourteaux de soja. En outre, une production accrue de biocarburants en Europe permettrait de soulager la pression foncière dans les pays tiers et contribuerait par ce biais à lutter contre la déforestation des forêts tropicales. Une réduction de la production de biocarburants aurait donc pour conséquence une hausse de la dépendance de l'UE vis-à-vis des importations d'aliments pour animaux, ainsi qu'une perte de biodiversité."

Vous l'avez compris, le Copa-Cogeca réclame que l'Europe reste avec un objectif le plus proche possible des 10 % d'incorporation à l'horizon 2020. Mais la Commission européenne a déjà proposé 5 %, et la commission "énergie" du Parlement européen suggère, depuis le 20 juin, de transiger à 6,5 %. Nous sommes donc en plein débat sur la question. Avec la position officielle du Parlement européen attendue le 10 juillet.

Qu'en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

Photo d'archives : voiture exposée au salon de l'Auto à Paris, en 2007.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_antoine_jeandey

Journaliste professionnel depuis 1987. Rédacteur en chef de WikiAgri depuis sa création, en janvier 2012. Par ailleurs élu, adjoint au maire de Chaudon (comm...

  • Vous aimerez également
  • Home_adobestock_485271580_preview

    Assolement, introduire une culture de pois ou de colza réduit les émissions de GES

    Diversifier l’assolement de son exploitation en introduisant une culture de pois ou de colza modifie favorablement son bilan carbone. Ces nouvelles cultures accroissent...

  • Home_adobestock_86030302_preview

    Les industries agro-alimentaires bientôt à l’arrêt?

    Les industries privées et les coopératives de l’agro-alimentaire  sont face aux murs de l’énergie, de l’inflation et de l’em...

  • Home_adobestock_175902207_preview

    En Russie, le Kremlin ambitionne une hausse de 30 % de la production agricole d’ic...

    La politique agricole 2030 du président Poutine vise à renforcer la sécurité alimentaire de la Russie et sa prédominance sur les march&eacu...

  • Home_adobestock_306453125_preview

    644 Mt d’ Oléo-protéagineux dans le monde en 2022-2023: le retour de l’abondance ?

    L’augmentation de 40 Mt de de la production mondiale de graines d’oléo-protéagineuses repose aux trois quarts sur le retour de conditions climatique...

  • Home_depositphotos_64636781-stock-photo-european-union-flag-against-parliament

    Les agriculteurs et la Commission européenne vivent-ils sur la même planète ?

    Elaborée en 2018 et seulement mise en application au début de l’année prochaine, la nouvelle Pac n’est pas du tout en phase avec le monde agr...

  • Home_12109_051

    Enseignement agricole, 1 300 établissements et 199 exploitations pour former les f...

    Plus de 230 000 élèves et étudiants font leur rentrée dans 1 300 établissements agricoles ou centres de formation. Les taux de r&...

  • Home_adobestock_299896082_preview

    En Russie, les agriculteurs désespérés face à l’absence de débouchés

    Selon sovecon.ru, le prix sorti ferme de la tonne de blé oscille entre 160 € et 180 €. Les agriculteurs semblent être victimes des difficult&eacut...

  • Home_agritel_2

    Marchés mondiaux de céréales, 203 Mt de blé disponibles à l’export : un record en ...

      La demande mondiale de blé est estimée à 201 Mt selon Agritel alors que les quantités disponibles à l’export de la c&eacut...

  • Home_adobestock_188673767_preview

    Les agriculteurs sont-ils les otages de la faible compétitivité de l’industrie agr...

    En 2021, les revenus de la quasi-majorité d’entre eux restaient inférieurs à 2 smic. Selon le 11ème rapport de l’Observatoire des marg...

  • 1Commentaire
  • #1

    il faudrait les sauver des mains de Madame Lepage !! mais son seul argument maintenant est le changement de destination des sols !.

    La commission européenne de l'énergie veut favoriser l'incorporation des biocarburants « avancés »

    L'Union européenne devrait encourager l'usage de biocarburants « avancés », a estimé la commission de l'énergie lors d'un vote le 20 juin portant sur la qualité des carburants et les énergies renouvelables. « Produits à partir de déchets, d'algues et d'autres sources qui ne sont pas en concurrence directe avec les cultures vivrières ou fourragères », les biocarburants avancés permettraient, selon la commission de l'énergie, de réaliser des réductions importantes de gaz à effet de serre avec un faible risque d'induire des changements indirects d'affectation des sols ». Elle propose à l'UE des objectifs minimum d'incorporation dans les transports de 0,5 % en 2016, 2,58 % en 2020 et 4 % en 2025. La commission préconise également de ne pas dépasser 6,5 % d'incorporation de biocarburants de première génération contre 5 % proposés par la Commission européenne à l'horizon 2020.

    quand je cultive du colza, qui produit du diester et de tourteaux de colza pour alimentation animal, est ce des changements indirects d'affectation des sols ? NON

    quand je plante une haie sur mes terres agricoles pour être dans les clous des 4% de SET, est ce des changements indirects d'affectation des sols ? OUI

    quand je cultive des Betteraves sucrières, qui font tourner ma sucreries (emploi, activité locale, tva ...), en plus du sucre, de l’Éthanol, des utilisations industriels vert, et de la pulpe pour alimentation des animaux, est ce des changements indirects d'affectation des sols ? NON

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit