Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5416 MembresCréer un compte

Le prix du lait en France, bientôt le plus faible de l’Union européenne, derrière la Bulgarie ?

Home_big_adobestock_116790878_preview

Dans toute l’Union européenne, le prix du lait augmente. L’écart avec le prix du lait bio est de plus en plus faible. Mais ces douze derniers mois, la hausse des prix du lait payé aux éleveurs français est une des plus faibles de l’Union européenne. Et en juin dernier, le prix du lait bio était même inférieur au prix conventionnel.

Ces douze derniers mois, la hausse du prix du lait payé aux éleveurs français (+ 18 %) est la plus faible des pays producteurs qui comptent sur le marché européen. En Bulgarie, elle est de 32 % et en Roumanie de 50 %. Les augmentations de prix les plus élevées ont été observées dans les pays baltes (+76 % en Lituanie).

En fait la Roumanie a rejoint les grands pays producteurs de lait où les prix ont augmenté de plus de 50 % ces douze derniers mois et même de 60 % aux Pays Bas, selon la Commission européenne.

Dans ces conditions, les 1000 litres ont été payés au mois d’août de 439 € en moyenne en Bulgarie, 471 € en France et 476 € en Roumanie. Dans le même temps, le seuil de 500 € les 1 000 litres a été allègrement franchi depuis plusieurs mois en Allemagne, aux Danemark et aux Pays Bas où les 1 000 litres sont même payés de 600 € comme en Belgique (649 €).

A de tels niveaux de prix, les éleveurs européens les mieux payés disposent de marges financières supplémentaires pour faire face aux coûts de l’alimentation animale qui flambent que leurs collègues français n’ont pas.

Chaque mois, la Commission européenne répertorie, dans un observatoire, les prix des 1 000 litres de lait conventionnel et de lait bio payés aux éleveurs européens. Ces comparaisons ont été faites à partir des séries complètes des prix payés aux éleveurs de 18 pays de l’UE (1) pour lesquels nous disposons des séries de prix complètes.

Au cours de ces douze derniers mois, les écarts de prix entre la tonne de lait bio et le prix de la tonne de lait conventionnel se sont considérablement réduits. Entre les mois d’août 2021 et de juillet 2022 (derniers chiffres connus), ils sont passés en moyenne de 90 €/t la tonne à 49 €/t, soit un repli de plus de 40 €/t.

Dans certains pays, l’écart des prix entre les deux laits n’excède pas 30 € la tonne. En France, le prix du lait bio a été inférieur au prix du lait conventionnel d’une vingtaine d’euros pendant trois mois avant de revenir à l’équilibre avec prix conventionnel au mois d’août.

Au mois de juillet 2021, la tonne de lait bio était payée 507 € en Allemagne et 521 € aux Pays-Bas. Par rapport au lait conventionnel, les écarts de prix étaient respectivement de 130 €  et 139 €.

Un an plus tard, en juillet 2022, le différentiel était inférieur à 25 €/1 000 l en Allemagne et de 30 €/t aux Pays Bas. En effet, les mille litres de lait conventionnel étaient payés 561 € et 620 € contre respectivement 586 €/t et 650 €/t pour le lait bio.

Autrement dit, l’écart de prix a baissé de 105 €/t (130 € – 25 €) en Allemagne et de 109 €/t aux Pays Bas (139 € – 30 €) en 12 mois.

Sur les dix-huit pays répertoriés dans l’observatoire européen du prix du lait bio (1), le prix moyen de la tonne de lait payé était de 526 € au mois de juillet dernier. Il a progressé de 81€/1 000 l en douze mois.

Le prix de la tonne de lait bio payé aux éleveurs est le plus élevé aux Pays Bas (650 €/1 000 l) et le plus faible en France (477 €/t) après la Slovaquie.

Dans le même temps, le prix moyen du lait conventionnel était en moyenne de 526 € (1) au mois de juillet 2022, soit près de 155 €/1.000 l de plus qu’en juillet 2021.

Autrement dit, le prix du lait bio a augmenté en moyenne de 74 € de moins que le prix du lait conventionnel (155 €- 81 €) !

En mai dernier, la France se distinguait des dix-sept autres pays européens avec un prix de la tonne de lait bio en mai dernier (408 €/t) inférieur de 23 €/t à celui du lait conventionnel (431 €/t).

En fait, les évolutions des prix du lait bio et l’évolution du lait conventionnel ne reposent pas sur la même dynamique.

Dans chaque pays européen testé (1), le marché du lait bio est d’abord un marché national, déconnecté du marché mondial des produits laitiers conventionnels.

L’évolution des prix du lait bio dépend davantage de la demande des consommateurs dans chacun de ces pays.

Or en France, ces derniers boudent les produits bio depuis la fin de les trois périodes de confinement. Une grande quantité de lait bio produit est déclassée.

Dans les autres pays européens, les filières de lait bio ne souffrent pas de cette désaffection, d’où les augmentations de prix observées durant les onze mois de l’étude.

A contrario, les prix du lait conventionnel évoluent en fonction des cours mondiaux du beurre et de la poudre de lait. Or ces derniers ont fortement progressé car l’offre mondiale est réduite. D’où les fortes hausses du prix du lait conventionnel pays aux producteurs dans les pays qui exportent massivement de la poudre et du beurre (Pays Bas, Irlande, etc).

Légende photo: troupeau de vaches en Bulgarie au bord d'une rivière (@DidiLavchieva)

 

  1. Etude menée sur 18 pays, sont exclus Malte, Chypres, la Grèce, la Croatie, la Roumanie , la Hongrie, le Luxembourg, l’Irlande et la Finlande.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_sulky

    Sulky : Un nouveau tasse-avant pour la trémie frontale Xeos TF

    Sulky Xeos TF Sulky fait évoluer sa trémie frontale Xeos TF en proposant un nouveau tasse-avant.   Désormais, le nouveau tasse...

  • Home_amazone_centaya

    Centaya-C Super : Le semis combiné

    Amazone centaya c super   Avec le nouveau Centaya-C, Amazone rend possible l’application de plusieurs produits – semences et/ou engrais &ndas...

  • Home_arland_heol3

    Arland lance Héol, un pulvérisateur porté

    Présenté au Space par le fabricant Arland, Héol est un pulvérisateur porté, déclinant en 3 modèles de cuves, de 200 à ...

  • Home_t6-methane-power-overview

    Vers un parc matériel « zéro carbone » et en économie circulaire

    Le fonctionnement des fermes reposera sur un mix énergétique renouvelable avec des moteurs thermiques au gaz pour les gros travaux et des robots électriq...

  • Home_opti

    L’OptiStone, la nouvelle sécurité non-stop des charrues Lemken

    Lemken optistone   Le nouveau système de sécurité non-stop OptiStone conçu pour les charrues Juwel, Diamant et Titan se ...

  • Home_amazone_2

    Amazone dévoile sa nouvelle charrue monoroue Tyrok

    Amazone Tyrok   Avec sa nouvelle charrue Tyrok, perpétue près de deux décennies d’expérience dans la construction de ch...

  • Home_141007arvalis_smarsac847

    La méthanisation, le double atout de la transition énergétique

    La production de biogaz par biométhanisation renforce le bilan énergétique de l’agriculture et de ses exploitations. L’épandage du dig...

  • Home_amazone

    Amazone Teres 300 : une charrue portée pour fortes puissances

    Amazone Teres 300   Déclinée en 4, 5 et 6 corps pour les tracteurs jusqu’à une puissance de 300 chevaux, la nouvelle charrue...

  • Home_rapeseeds-gbcab3da24_640

    Implantation des colzas

    Chaque année, l’implantation des colzas est très dépendante des conditions météo sur les mois d’aout et de septembre, elles inf...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit