Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4375 MembresCréer un compte

L'agro-écologie, un nouveau marché pour les banques

Home_big_champ_agricole_ferme

70 % des agriculteurs sont inscrits dans une démarche agro-écologique ou en voie de le devenir. Or la conversion progressive à l’agro-écologie ne vise pas seulement à modifier ses pratiques culturales. Elle implique aussi des investissements massifs que les agriculteurs devront financer. Pour connaître les besoins de ses clients, le groupe BPCE s’est livré un vaste travail d’enquêtes.

Les agriculteurs pratiquent l’agro-écologie comme monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir !

Selon une étude (*) de du groupe BPCE (Banque populaire et Caisse d’Epargne), 61 % des agriculteurs interrogés ont opté pour une agriculture de conversion des sols, pour une certification environnementale, pour une production sous label ou pour l’agroforesterie. Or selon cette même étude, 51 % de ces mêmes agriculteurs affirment être actuellement inscrits dans une démarche agro-écologique et 14 % envisagent de s’y engager.

En fait, le terme « agro-écologie » doit encore effrayer encore de nombreux agriculteurs (qui préfère parler d’agronomie) alors que dans la réalité, ils sont très nombreux à déjà bien engagés dans le mouvement!

En d’autres termes, « l’agro-écologie est aujourd’hui bien installée et devrait progresser rapidement », commente le groupe BPCE. Mais pour les deux banques, un des enseignements essentiels de cette enquête est le suivant : 30 % des agriculteurs interrogés « envisagent de réaliser au moins un investissement en lien avec l’agro-écologie au cours des deux prochaines années ».

En fait, la conversion partielle ou totale à l’agro-écologie n’est pas seulement un défi écologique mais aussi économique. A projets comparables, elle implique davantage d’investissements qu’en agriculture conventionnelle (2,8 acquisitions contre 2,2 en moyenne).

Pour 25 % des agriculteurs qui ne sont pas engagés dans l’agro-écologie ou qui ne le souhaitent pas, l’investissement est jugé trop important ; et pour 24 %, l’incertitude sur les avantages économiques est forte.

Les voies empruntées par les agriculteurs pour s’inscrire dans une démarche agro-écologique sont très liées à l'âge, à la situation économique de leur exploitation et, bien sûr, à leur propension à être sensibilisés par les questions de biodiversité de sauvegarde de l’environnement.

Quatre catégories d'agriculteurs

L’enquête BPCE réalisée par BVA profile quatre catégories d’agriculteurs. Pour le groupe bancaire, ce sont potentiellement quatre portefeuilles de clients avec des besoins spécifiques pour financer leurs investissements dans les prochaines années.

Parmi ces quatre catégories, les « militants » représentent 11 % des agriculteurs. Ils sont plus jeunes que les membres des trois autres catégories définies par les résultats de l’enquête. « Ils sont majoritairement convertis en bio (54 %) et sont à la pointe sur plusieurs pratiques agroenvironnementales », commmente le groupe BPCE. Et pourtant, ils envisagent de s’engager davantage dans l’agro-écologie. A cet égard, près de 4 sur 5 prévoient au moins investissement en lien avec l’agro-écologie. Mais comme ils sont jeunes, souvent endettés pour s’installer, auront-ils tous les moyens de financer leurs projets ?

Leurs ainés, les « stratégiques » (2e catégorie) vont « utiliser l’agro-écologie comme un levier de compétitivité. Ils représentent 35 % de l’échantillon et comme ils ont déjà pris le virage de l’agro-écologie. Mais seuls 23 % projettent d’un investissent en lien avec l’agro-écologie », analyse le groupe BPCE.

A l’opposé, les « réfractaires » (3e catégorie) sont à 47 % âgés de plus de 55 ans. Ce sont aussi les plus vulnérables économiquement. Ce sont les moins nombreux à porter un projet d’investissement (59 % contre 90 % pour les « militants ») et en l’occurrence, en lien avec l’agro-écologie (13%). En fait, l’agro-écologie n’est pas leur priorité.

Enfin, les « volontaires » (4e catégorie) rassemblent les agriculteurs qui vont prendre le virage de l’agro-écologie (20 % des sondés). Agriculteurs installés en conventionnels, les deux tiers d’entre eux ont des projets concrets (pratiques de conservation des sols, production sous label ou d’énergie). Ils sont 85 % à envisager dans les prochains mois un investissement et même 45 % en lien avec l’agro-écologie.

Les « militants » et « les volontaires » sont les deux catégories d’agriculteurs à fort potentiel pour les banques, les plus amènes à les solliciter pour financer leurs projets agro-écologiques.

Signalons que les « militants » ne représentent pas la catégorie de néo-ruraux installés dans des systèmes agricoles en marge de l’économie de marché… Et par conséquent du système bancaire. Ils forment une cinquième catégorie marginale d’agriculteurs que certains qualifieraient d’« agro-ècologistes intégristes ». Leur conversion à l’agro-écologie accompagne leur adhésion à un projet de société alternatif.
 

(*) Enquête téléphonique (CATI) réalisée par BVA entre le 30 janvier et le 26 février 2019 auprès d’un échantillon de 1381 chefs d’exploitation en France métropolitaine - en hors pêche - en moyennes et grandes exploitations. Surreprésentation des agriculteurs convertis en bio (268 sur 1381).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_graines_d_agriculteurs_2019

    "Graines d’agriculteurs", dix jeunes agriculteurs allient innovation, talent et gastronomie

    Depuis 2011, Graines d’agriculteurs est un concours qui récompense chaque année des projets innovants d’agriculteurs récemment installé...

  • Home_tu_m_as_laiss_e_en_vie_camille_beaurain_antoine_jeandey

    "Ils l’ont tué" et "tu m’as laissée en vie" pour témoigner

    Camille Beaurain et Antoine Jeandey traitent le suicide paysan dans un livre paru aux éditions du Cherche Midi. Veuve à 24 ans, Camille décrit comment la...

  • Home_salon_tech_bio

    Septième édition du salon Tech&Bio, bio mais pas que

    Fer de lance de la transition agro-écologique de l’agriculture française, la septième édition du salon Tech&bio, les 18 et 19 septembre ...

  • Home_ferme_gite_lamalpapoche

    Une ferme dédiée aux camélidés

    Dans le Cantal aujourd'hui, et tout près dans le Lot demain, Cathy Pommier élève des lamas, des alpagas, des chameaux et des dromadaires. Infirmi&egr...

  • Home_emplois_saisonniers_agriculture

    La mésaventure des huit saisonniers bulgares

    Partis de Bulgarie, huit saisonniers sont tombés en panne, en pleine nuit, sur l’autoroute, à 550 kilomètres de l’exploitation où...

  • Home_analyse_urine_glyphosate

    Christiane Lambert remet en cause la justesse des tests de détection du glyphosate

    Christiane Lambert, présidente de la Fnsea, remet en question la fiabilité des tests de glyphosate et surtout les techniques employées pour les ré...

  • Home_potager_d_olivier_hiver

    Septembre est propice pour préparer son potager pour l'hiver

    Olivier, sur sa chaine YouTube Le Potager d'Olivier, dresse un panorama de tout ce qu'il y a à faire dans un potager en septembre pour le faire vivre les mois ...

  • Home_champ_de_bl___a.j._

    Campagne de blé 2019-2020, les débouchés de la France à l'export

    Agritel, l’organisme spécialisé dans la gestion des risques a dressé un premier panorama de la campagne d’exportation de blé fran&cced...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit