Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5251 MembresCréer un compte

La silphie alimente les méthaniseurs et les troupeaux

Home_big_12-11-2021_bis_couverture

"C’est en Allemagne que j’ai découvert les vertus de la silphie, rapporte Amédée Perrein, fondateur de la société SILPHIE FRANCE dans les  Vosges (1). Cette Astéracée est cultivée pour produire  du  substrat  destiné à alimenter les méthaniseurs. Mais cette plante originaire d’Amérique du nord est aussi semée pour récol- ter des fourrages frais ou ensilés ». Une fois implantée sur une exploita- tion, cette Astéracée sait se rendre indispensable. N’importe quel agri- culteur et éleveur pourra toujours s’appuyer sur des parcelles de silphie pour réaliser, au fil de sa carrière, un ou plusieurs projets reposant sur une production massive de végétaux.

Cultivée expérimentalement sur 200 hectares en 2019 dans les Vosges par Amédée, la culture de silphie se répand depuis comme une trainée de poudre. En juin 2020, huit cents hectares étaient déjà cultivés en France dans 25 départements.  Et les réunions d’informations et de promotion de la culture de silphie, pilotées par Amédée, font salle pleine.

Les agriculteurs français découvrent les vertus  de  cette  plante  polyvalente. Pour Amédée Perrein, directeur de la société SILPHIE FRANCE dans les Vosges, cette astéracée est une des solutions appropriées pour relever les défis fourragères et énergétiques de l’agriculture et de l’économie française.

Les céréaliers, les éleveurs et les polyculteurs-éleveurs ont  chacun de bonnes raisons d’introduire cette plante dans leur assolement. Si un  agriculteur  s’est  lancé  dans la production de biométhane, la culture de silphie lui garantit un chiffre  d’affaires  récurrent,  avec un prix de vente fixe contractualisé.

Quinze années de production assurées

Jean-Luc Bernard, céréalier et pro- ducteur de bovins viande à Damas- et-Bettegney dans les Vosges, a déjà implanté 40 hectares pour produire une partie du substrat du méthani- seur qu’il possède en copropriété. En rythme de croisière, l’éleveur vend sa récolte 94 € la tonne de matière sèche. Selon Amédée Perrein, le prix moyen de silphie oscille plutôt entre 80 € et  85  €,  escomptant un chiffre d’affaires de 1 400 € à 1 500 € par hectare.

Des céréaliers peuvent trouver dans la silphie l’opportunité de produire des fourrages qu’ils vendront à leurs voisins éleveurs. La tonne de matière sèche est deux fois plus riche en protéines végétales que le maïs mais moins énergétique. Les deux fourrages sont donc complémen- taires lorsqu’ils sont formulés pour nourrir des troupeaux de ruminants.

En réservant quelques parcelles pour implanter de la silphie, les éleveurs peuvent compter sur une double récolte de fourrages, en juin et à l’automne.

Cette culture apporte ainsi une réponse structurelle aux situations de crises fourragères de plus  en plus fréquentes en période estivale.

Par ailleurs, n’importe quel agriculteur ou éleveur proche de la retraite pour- rait être intéressé à se lancer dans la culture de silphie afin de vendre sur pied ses récoltes jusqu’à 800 €/ha plutôt que de louer à bail ses terres.

Enfin, la culture de silphie répond aux situations d’urgence. Pour des raisons de santé, Jean-Luc Bernard aban- donnera les céréales et convertira la totalité des parcelles céréalières de son exploitation à la culture sil- phie pour nourrir son troupeau de bovins viande et pour alimenter le méthaniseur en copropriété.

Une culture amortie en quatre ans

La plante s’acclimate dans toutes les régions. Le rendement en gaz étant plus faible  qu’en  maïs,  le prix de la tonne de silphie dédiée à la méthanisation est 10 % à 12 % inférieur à celui d’une tonne de maïs. Mais les rendements obtenus par hectare, bien supérieurs (17 t Ms/ha), compensent aisément le différentiel de prix.

Pour semer les graines de silphie, il n’est pas nécessaire de labourer les parcelles. Il suffit de préparer le lit de semence comme s’il s’agissait d’une culture de colza. Mais le semis se déroule à la fin du mois d’avril jusqu’au début du mois de juin (2,3 kg à 3 kg/ha ; 15 à 18 grains par mètre carré) en prévoyant un espace inter-rang de 37,5 à 75 cm.

Le désherbage par bineuse ou chimique post-semis/ pré-levée facilitera le développement des plantes.

Le coût d’implantation paraît élevé (1 700 €/ha) mais il est amorti en quatre ans.

Pour ne  pas  perdre  une  année de production sur les parcelles nouvellement implantées, la sil- phie est associée  à  une  culture de maïs fourrager (ou du maïs grains si la variété est précoce). La première année, à la fin de l’été, la plante ressemble à un gros chou. La seconde année, une première récolte d’une dizaine de  tonnes est  envisageable  (10  tMS).  Puis la troisième année, la plantation entrera en rythme de croisière avec une récolte escomptée de 17 tMS.

Pour tester la culture de silphie sur son exploitation, l’agriculteur a tou- tefois intérêt de dédier directement 2-3 ha à cette plante.

La silphie n’est pas une plante inva- sive car elle ne possède pas de rhizomes. Chaque année, les seules interventions sur la culture sont l’épandage d’engrais et la fauche avec une ensileuse équipée de becs à Maïs ou Direct Disc.

Pour réduire la consommation d’en- grais, le planteur épandra sur ses parcelles, chaque année, du lisier ou du digestat de son méthaniseur qu’il a alimenté. Riche en NPK, le digestat suffit à combler les besoins de la silphie. La gestion des parcelles de silphie s’inscrit totalement dans l’économie circulaire.

(1) La société SILPHIE FRANCE est le fournisseur exclusif de la semence de Silphie ABICA Perfo. https://www.silphie-france.fr/

La silphie et la Pac
Sur les déclarations Pac, les parcelles de silphie sont déclarées en ACP (autres cultures pérennes). La plante ne peut pas être cultivée sur des surfaces d’intérêt écologique. Mais elle est recommandée dans les zones de captage, de protection de l’eau potable et de non-traitement. Amédée conseille même de semer des bandes de 20 mètres pour avoir « la paix avec ses voisins ». « L’idée est de créer une barrière végétale pour les cultures, d'augmenter la biodiversité et d'obtenir une belle floraison », défend le responsable de SILPHIE FRANCE.

Le CEPP : Certificat d’économie de produits phytopharmaceutiques
Ce nouveau dispositif permet pour les exploitants agricoles de dynamiser la diffusion des pratiques économes en produits phytopharmaceutiques.
Il intègre une fiche action qui met en avant la culture de la silphie qui n’exige pas de traitement et facilite la certification HVE des exploitations céréalières engagées dans cette voie, sans compromettre leur rentabilité.
Pour produire du méthane, la quantité de silphie incorporée dans les méthaniseurs ne doit pas excédée 15 % de la quantité totale de substrat.
Par ailleurs, les pieds de silphie sont en fleurs environ 8 semaines de mi-juillet à fin septembre selon les années. L’installation de ruches aux abords de la parcelle permettra un rendement de 150 kg/ha de miel.

Auteur: Frédéric Hénin

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 4
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_wiki48_semaine_52_bis_couverture_v2

    Le soja, parfois risqué mais toujours « HVE et PAC-compatible »

    En plantant du soja, la prise de risque est climatique mais l’intérêt agronomique de la culture est évident. Les bonnes années, la culture de...

  • Home_wiki_48_semaine_52_couverture_v2

    La valorisation de la certification HVE impose une structuration des filières

    Certifier HVE l’exploitation pour ne toucher que les aides écorégimes représente un gros risque pour les agriculteurs. Les efforts fournis ne seron...

  • Home_wiki_48_semaine__52_couverture

    Certification HVE, les premiers retours d’expérience d’Arvalis

    Trois exploitations agricoles d’Arvalis Institut du Végétal, sont des champs d’expérimentation de la certification Haute Valeur Environnement...

  • Home_wiki_48_semaine_51_couverture

    HVE 2 complémentaire, le passe environnemental pour accéder aux aides écorégimes

    Pour l’AGPB, le niveau HVE2 complémentaire (HVE2 +) serait le régime de base transitoire qui ouvre la voie à la certification Haute Valeur Environn...

  • Home_wiki_48_semaine_51_bis_couverture

    HVE, monter en exigence sans être bio

    La certification Haute Valeur Environnementale  (HVE)  est  un  dispositif  mis au point il y a plus de douze ans. Elle a apporté un cadre &ag...

  • Home_eta_15_semaine_50_ter_couverture

    Conduites d’engins agricoles : les règles à respecter

    Pendant les chantiers agricoles, les engins sont confiés à des conducteurs employésen CDI mais aussi à des salariés saisonniers,majeurs ou ...

  • Home_eta_14_semaine_47_couverture

    Accident du travail : droits et devoirs des employeurs et des salariés

    L’activité des entreprises de travaux agricoles est très intense durant les campagnes céréalières. Des accidents surviennent et des e...

  • Home_10-11-2021_couverture

    Comment assurer l’installation photovoltaïque d’une toiture ?

    Tout agriculteur qui réfléchit à un projet d’installation de panneaux photovoltaïques doit solliciter son assureur avant de se lancer. Le ...

  • Home_05-11-2021_couverture

    Produire de l’électricité photovoltaïque pour financer la construction d’un nouvea...

    Pendant trente ans, LM Soleil vendra l’électricité produite par les 360 panneaux solaires qu’elle a installés sur le toit du nouveau bâ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit