Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5160 MembresCréer un compte

Filières bovines, le Mercosur et la Chine interdépendants

Home_big_bovins_bre_sil_ne_lores

A l’export, plus de 55 % des viandes expédiées d'Amérique du sud étaient destinées à la Chine l’an dernier. Les autres destinations se tarissent depuis l’émergence de la crise sanitaire.

Un des webinaires de l’Institut de l’élevage consacrés aux marchés mondiaux de la viande bovine et des produits laitiers portait sur les pays du Mercosur : le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay.

La production de viande bovine (13 millions de tonnes équivalent carcasse –Mtéc) des quatre pays du Mercosur pourrait se redresser en 2021 après deux années de recul en 2020 (-2 %) et 2019. Mais l’épidémie de la Covid est survenue alors que l’Argentine et le Brésil étaient déjà en crise. Et ces pays ne sont pas prêts de s’en sortir.

Faute de pouvoir d’achat, les consommateurs renonceront cette année encore à acheter autant de produits laitiers et de viande bovine qu'ils le souhaiteraient. Aussi, les exportations de viande bovine et de produits laitiers se suppléeront, comme par le passé, aux débouchés intérieurs en déroute.

Selon l’Institut de l’élevage, les pays du Mercosur ont exporté quatre millions de tonnes équivalent carcasse (Mtéc) de viande bovine l’an passé, soit 40 % des échanges mondiaux. Depuis 2016, ces pays ont exporté 2,5 Mtéc de viande en plus. Les produits qui ne sont plus consommés sont exportés. L’Argentine exporte dorénavant 27 % de sa production de viande bovine contre 7 % il y a cinq ans. Mais le gouvernement a pris des mesures pour limiter les exportations de viande afin de privilégier l’approvisionnement du marché intérieur et lutter contre l’inflation. Au Brésil, la production de viande bovine est dénoncée car elle repose en partie sur l’expansion de terres arables aux dépens de la forêt tropicale.

Les débouchés traditionnels en question

Par ailleurs, les pays du Mercosur sont de moins en moins compétitifs. Les dévaluations continues de leurs monnaies ne compensent plus l’augmentation des coûts de production. Les prix de la viande bovine ne cessent de progresser depuis le début de l’année. Le seuil de 3 €/kg équivalent carcasse a été franchi en Uruguay.

Les principaux pays ayant pour clients des pays (Russie, Moyen Orient), déjà en difficulté avant que la crise de la Covid ne survienne, ont restreint leurs achats. Quant à l’Union européenne, elle s’est recentrée sur son marché intérieur. En fait, le Mercosur est devenu chino-dépendant. L’an passé, plus de 55 % des viandes expédiées d’Amérique du sud étaient destinées à la Chine qui a, elle, les moyens financiers d’acheter de la viande chère.

Mais sur le marché du vif, seules 460 000 têtes de bétail ont été expédiées l’an passé, soit 740 000 têtes en moins en trois ans. La Turquie n’a plus les moyens d’acheter des animaux pour approvisionner son marché intérieur.

La restructuration de la filère bovine se poursuit

Pour le lait, le contexte est différent. La reprise de l’économie mondiale « stimule la demande et par là même les prix », défend l’Idele. Les dévaluations des monnaies brésilienne et argentine sont un atout car les produits exportés sont plus compétitifs.

Cependant la fin des programmes d’aide alimentaire pourrait réduire la consommation de produits laitiers. Aussi, la planche de salut des producteurs laitiers est là encore l’export. Toutefois, les coûts des aliments importés, utilisés pour nourrir les animaux, pourraient réduire les marges des producteurs si les prix de vente du lait plafonnent.

En 2020, l’ensemble des pays d’Amérique du sud a produit 65 Mt, soit 12 % de la production mondiale de lait. Et ils ont exporté 616 000 t de produits laitiers. Le Brésil est le premier pays producteur (36 Mt ; +2 %) suivi par l’Argentine (11,3 Mt ; + 7 % sur un an).

Dans ces deux pays, la croissance de la production laitière repose sur les importants gains de productivité réalisés ces dernières années. En Argentine, les effectifs de vaches laitières ont baissé de 2 % sur un an mais la production a augmenté de 7 % par vache (6 000 kg/an). Au Brésil, les effectifs ont fondu de 30 % depuis 2014 alors que la production de lait n’a cessé de croître.


Notre photo ci-dessous est issue de Adobe et monrte un élevage de vaches nélores au Brésil.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2021-09-13_a__08.45.48

    AURA, le robot dalimentation autonome KUHN en action

    Cest une véritable révolution qui se passe chez Kuhn du côté de sa gamme de solutions dalimentation du cheptel Avec son premier robot entièr...

  • Home_transport_bovins

    En Amérique du Nord, les filières bovines dopées par l'export et le marché mondial

    Le Mexique est le premier pays exportateur au monde de bovins vivants. Aux Etats-Unis, 101 millions de tonnes (Mt) de lait de vache en 2020 sont produites, soit 2 % de plus q...

  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit