Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4433 MembresCréer un compte

Doryphore de la pomme de terre

Home_big_doryphore

Le doryphore est un insecte redoutable pour certaines cultures avec pour principale victime la pomme de terre. Classé dans la catégorie des ravageurs, il peut réduire à néant la récolte d’une parcelle.

La principale caractéristique de ce coléoptère se trouve dans sa faculté à se reproduire en masse et très rapidement. C’est cette prolifération sur un délai très court qui est dévastatrice.

Ce coléoptère d’une dizaine de millimètres à taille adulte est reconnaissable facilement grâce à sa tunique : une carapace bombée, striée de bandes jaune et noir.

Le doryphore s’est implanté sur le sol français il y a une centaine d’année, lors de la première guerre mondiale. Il a migré sur les pommes de terre importées par l’armée américaine venue au secours de ses alliés.

Cycles du développement du doryphore

Les femelles doryphores pondent généralement et abondamment dans une période comprise entre mai et août, après avoir hiverné durant l’hiver. Elles peuvent ainsi déposer jusqu’à 800 œufs (jaune-orangé) sur une même feuille, par petits paquets de 40. Quelques pontes « miraculeuses » peuvent atteinte jusqu’à 3 000 œufs !

Il faut environ douze à quinze jours pour que naissent les larves, qui vont très rapidement s’attaquer aux feuilles des plants de pommes de terre (ou autres solanées cultivées) sur lesquelles elles ont vu le jour.

Les larves vont effectuer trois mues avant de descendre s’enterrer dans le sol et se métamorphoser en nymphe. C’est au bout de 10 à 20 jours que la nymphe va devenir l’insecte qui perpétue les ravages dans les rangs des pommes de terre.

En tout, le cycle de développement s’étale sur 4 à 6 semaines. Une variable importante en raison des conditions climatiques. Le doryphore aime les zones chaudes.

Les types de cultures touchées

Evidemment, la patate figure au premier rang des cultures victimes du doryphore. Insecte oligophage, c’est à dire qui ne se nourrit que d’aliments spécifiques, il est attiré plus globalement par les feuilles des plantes potagères, comme la tomate ou l’aubergine.

Voir : les ravageurs de la pomme de terre

Les dégâts du doryphore

C’est à des fins nourricières que le doryphore ravage les champs de pomme de terre. Que ce soit à l’âge adulte ou dans sa transition larvée, le nuisible s’attaque aux feuilles des plants pour manger. La destruction des feuilles phagocyte le développement des tubercules.

Quand et comment intervenir ?

Il est plus facile d’agir face aux larves que contre l’insecte lui-même, tout simplement parce que l’insecte est très mobile et plus difficile à cerner.

Une traitement anti-doryphore doit être rapidement déclenché, dès l’apparition de deux foyers sur une zone de 1 000 m². Il est nécessaire de contrôler régulièrement les parcelles pour réagir vite.

Il est judicieux d’intervenir lorsque les larves ont atteint la taille d’un grain de blé. Il pourra être nécessaire d’effectuer plusieurs traitements. 

Les solutions pour lutter contre ce ravageur

Attention, la lutte contre le doryphore est obligatoire.

D’un point de vue agronomique, la meilleure solution consiste à éliminer les résidus des anciennes cultures et les repousses où se nichent les doryphores. 

Autre moyen efficace : ne pas travailler le sol durant les mois d’été. Le sol reste dur, et fait barrière aux larves qui ne peuvent le pénétrer.

Enfin, une rotation courte (tous les 4 ans) permet l’élimination des adultes en hibernation. Notamment si vous associez dans la rotation haricots verts, ail ou ricin, qui sont des répulsifs.

D’un point de vue phytosanitaire, il existe une batterie d’insecticides redoutables qu’il faudra, pour certains, appliquer régulièrement mais dans la limite des recommandations.


Ci-dessous, doryphore (photo Adobe, lien direct : https://stock.adobe.com/fr/images/doryphore/2002707).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_jeunes_pousses

    Herbicides céréales, des adjuvants pour sécuriser l'efficacité

    De plus en plus utilisés, les adjuvants optimisent l’efficacité des herbicides en affinant ses caractéristiques physiques et chimiques aux besoins de chaque par...

  • Home_ma_s_avec_enrouleur

    Ravageurs, comment protéger ses semis de maïs sans néonicotinoïdes

    L’interdiction des néonicotinoïdes, insecticides systémiques utilisés en enrobage de semences, demande de repenser la protection des jeunes plants de maïs. Cel...

  • Home_sous-le-hangar

    Sous le hangar, prime au débit de chantier chez Alexandre et Jean-Baptiste de Meulenaere

    En 2007, sur la base de leur ferme familiale de Seine-et-Marne dans la Brie, les jumeaux de Meulenaere ont entamé une belle aventure, celle de la prestation de services en a...

  • Home_moissonneuse-batteuse-1

    Moissonneuses-batteuses, les 40 bougies des Axial-Flow

    Case IH fête le 40e anniversaire des Axial-Flow, inaugurant le battage non conventionnel au moyen d’un rotor longitudinal. Un système qui a fait des émules. En 1...

  • Home_horsch_terragrip

    Indéracinable déchaumage

    Les objectifs assignés au déchaumage ne souffrent guère de remise en question. Mais la pratique mérite toujours un examen au cas par cas, à l’aune des deux famille...

  • Home_fertilisation_azot_e_bien_ajust_e

    Fertilisation azotée bien ajustée, taux de protéines amélioré

    Les blés français ne se distinguent pas toujours par l'excellence de leurs taux de protéines. Si ce taux dépend grandement de la météo, une fertilisation azotée bi...

  • Home_colza_fleurs

    Le cas des semences de colza contaminées par des OGM

    Au nom de la tolérance zéro, la détection d’une contamination de semences par des OGM a entraîné la destruction de 17000 hectares de colza. Au-delà du débat sur ...

  • Home_limace_noire_au_bord_d_un_champ_de_c_r_ales

    Limaces, tous les leviers pour une lutte efficace

    Pour empêcher les limaces de mettre à mal les jeunes cultures, les pratiques agronomiques se combinent à une protection phytosanitaire, renforcée par l’arrivée sur...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit