Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Diversification, les cultures de zinc, de nickel et de cuivre bio feront partie des assolements

Home_big_alyssum_murale

Des dizaines de variétés de plantes hyperaccumulatrices d’éléments minéraux pourraient être cultivées pour produire du nickel ou du cuivre sous forme organique, et de la biomasse convertible en énergie.

"Blé, orge, cuivre, colza, nickel" sera, dans quelques années, l’assolement des agriculteurs spécialisés « grandes cultures métalliques » qui exploitent des terres très riches en éléments métalliques. Ils auront pour cela introduit dans leur rotation des cultures de plantes dites "hyperaccumulatrices", aptes à absorber des quantités très importantes d’éléments (cuivre, zinc par exemple) sous forme minéral. Et c’est leur très forte concentration dans les organes de ces plantes cultivées (feuilles, tiges, racines) qui en résultera qui laisse entrevoir des productions de plusieurs dizaines de kilogrammes par hectare de dérivés d’éléments métalliques sous forme organique. Destinés à l’industrie métallurgique, ils seront ensuite transformés en barres et en lingots.

En Europe, il existe des milliers de kilomètres carrés de sols bien pourvus d’éléments métalliques mais qui sont souvent ingrats à la culture. Mais en y implantant des plantes hyperaccumulatrices, leur potentiel agronomique serait alors très élevé.

Certaines variétés de plantes hyperaccumulatrices peuvent contenir jusqu’à 3 % de matière sèche de nickel contre moins de 1 % dans les mines les plus riches de la planète (en Nouvelle-Calédonie par exemple). La sève bleue du Pycnandra acuminata, une espèce d’arbre, stockent l’équivalent de 20 % de son poids sec en nickel.

L’agromine est la science qui étudie les plantes hyperaccumulatrices. La recherche a isolé plus de 1 000 plantes aptes d’accumuler dans leurs tissus (tiges, feuilles, racines) des métaux à des taux de concentration cent fois supérieur aux plantes ordinaires.

Jusqu’à 20 éléments différents (aluminium, cadmium, cobalt, manganèse, nickel, zinc, terres rares…)  peuvent être absorbés par les variétés de plantes hyperaccumulatrices connues.

Evidemment, aucune plante n’absorbera du plomb pour le transformer en or ! Mais les végétaux qui stockent des minéraux rares (lithium, cadmium par exemple) présenteront un intérêt économique particulier car elles permettront de recycler ces atomes difficilement extractibles sous forme de minéraux dans la nature.

De même, il ne sera pas possible de cultiver n’importe quelle variété de plantes hyperaccumulatives dans n’importe quel sol. Le choix dépendra de sa composition chimique !

Cependant, les plantes hyperaccumulatrices pourraient être cultivées pour dépolluer les sols des friches industrielles ou d’anciens terrains miniers (terrils) avant de les rendre constructibles ou de leur redonner leur vocation agricole perdue.

Une double dimension économique

Cette dépollution des sols limiterait au final la contamination des nappes d’eau profondes et empêcherait ainsi le transfert de polluants dans la chaîne alimentaire (par l’eau, les herbivores et la microfaune).

L’agromine représente aussi un enjeu environnemental important pour utiliser à bon escient les ressources en métal encore présentes dans les sols tout en préservant la planète. Elle sera un élément moteur pour développer l’économie circulaire dans l’industrie métallurgique. Dans un proche avenir, l’approvisionnement des entreprises reposera en partie sur ces ressources « agrominiques ».

L’exploitation de plus en plus onéreuse des gisements les moins concentrés a nécessité l’ouverture de gigantesques mines à ciel ouvert. En Nouvelle-Calédonie, pour extraire le nickel, des milliers d’hectares de sols latéritiques sont systématiquement décapés. La culture de plantes hyperaccumulatrices à grande échelle pourrait se substituer à l’industrie minière polluante.

Outre la production sous forme organique d’éléments métalliques, la biomasse des plantes hyperaccumulatrices peut être utilisée pour produire de l’énergie. Et c’est en traitant les cendres de ces plantes incinérées que seront extraits les minéraux « cultivés ».

En savoir plus : http://www.agromine.org/agromine (site expliquant les principes de l'agromine).

Notre photo ci-dessous montre des Alyssum murale, plantes fleuries particulièrement efficace pour l'extraction du nickel (photo Fotolia, lien direct https://fr.fotolia.com/id/23870321 ; en savoir plus sur Alyssum murale http://www.nancy.inra.fr/Toutes-les-actualites/Des-plantes-pour-l-extraction-des-metaux).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_pac_2027

    Relance économique de l'Europe, la Pac et le Green Deal passeront après

    Le coronavirus, le confinement qu'il a impliqué, et la crise économique qui en découle ont changé la donne au niveau des priorités en E...

  • Home_commerce_mondial_c_r_ales

    Après coronavirus, deux poids deux mesures entre farmers américains et agriculteurs européens

    Aux Etats-Unis, la politique agricole et une partie des 3 000 milliards de dollars débloqués pour relancer l’économie américaine vienne...

  • Home_s_bastien_alaire_banques_infos_recours

    Le débat sur le plafonnement des frais bancaires concerne aussi les agriculteurs

    Cette semaine, une proposition de loi a été rejetée mais un décret gouvernemental est annoncé : le sujet du plafonnement des frais bancaire...

  • Home_foncier_agricole_safer

    Foncier agricole, ces centaines de milliers d'hectares qui échappent au contrôle des Safer

    Les ventes de parts sociales, de biens en usufruit ou en nue-propriété, masquent des transactions foncières et financières qui échappent au...

  • Home_rebecca_vaissermann_salle_de_traite

    "Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

    Une pièce de théâtre devenue un ouvrage dépeint avec réalisme l'engrenage qui conduit un éleveur laitier jusqu'au suicide. Ce...

  • Home_ruches_abeilles_fleurs

    Le miel, fer de lance de la reconquête de l'opinion publique des céréaliers

    Comment peut-on mieux démontrer que les pratiques agricoles sont, en France, parmi les plus contrôlées au monde qu'en élevant des abeilles au b...

  • Home_l__levage_en_vrai_pr_sentation

    "L'élevage en vrai", ou comment connaître le quotidien d'un élevage allaitant

    Pierre Olivier est éleveur bovin et ovin dans l'Allier. Passionné, il partage la vie qu'il mène avec ses charolaises sur une chaine Youtube, &quo...

  • Home_cultivonsnoustv_edouard_bergeon

    CultivonsNous.tv, le Netflix de l'agriculture et de l'alimentation

    Edouard Bergeon, le réalisateur du film de cinéma Au Nom de la terre qui a fait deux millions d'entrées l'automne dernier, lance CultivonsNous.tv...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit