Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4529 MembresCréer un compte

Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

Home_big_porcs__franckjourdain_

Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant être segmentée à loisir, selon les désideratas des industriels et distributeurs.

Une démarche proactive de l’amont, en quelque sorte. Se fondant sur une certification de conformité produit depuis 2003, Cochon de Bretagne (un peu moins de 400 éleveurs, 32 000 porcs commercialisés par semaine auprès de deux abatteurs partenaires, Bigard et Kermené) s’est engagée dans une démarche de progrès lorsque plusieurs de ses éleveurs lui ont fait part de leur volonté de valoriser leur montée en gamme.

« Certains d’entre eux travaillaient sans antibiotiques, d’autres avaient investi dans le sens de plus de bien-être animal et voulaient le faire savoir », résume le président de Cochon de Bretagne, l’éleveur finistérien Sébastien Brishoual.

Le conseil d’administration a aussitôt validé l’idée. Mais plutôt que de réviser tout de suite le cahier des charges, ce qui aurait de fait exclu ceux qui n’ont pas encore fait évoluer leur outil, il a opté pour un audit précis des équipements et pratiques de tous les éleveurs (356 points de contrôle, y compris la partie réglementaire). Un travail de titan qui a été facilité par l’utilisation d’un outil d’audit numérique transféré de la société finistérienne Tell-Élevage qui réalise des audits numériques liés à la ventilation des bâtiments d’élevage. En quelques mois, tous les éleveurs ont été visités. La seconde étape de la démarche de progrès a pu alors commencer : fixer pour tous les éleveurs des points d’amélioration à résorber dans leur élevage à horizon un, trois ou cinq ans. Avec un site Internet où tous les éleveurs « avancés » dévoilent leurs pratiques et astuces au bénérice de tous.

Reste désormais à Cochon de Bretagne à valoriser sur le marché ces avancées qui correspondent aux attentes séciétales exprimées par le marché, et en tirer une plus-value supplémentaire.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 3
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • Home_limousines__archives_

    Les effectifs en élevage bovin viande en diminution

    L’Institut de l'élevage ne dénombre plus que 58 000 ateliers de vaches allaitantes en France dont les effectifs ne progressent plus pour compense...

  • Home_accord_mercosur

    Viande bovine, la crise économique au Brésil rend l'accord de libre-échange plus menaçant

    Pour exporter sa viande bovine, le Brésil a de plus en plus intérêt à ce que l'accord de libre-échange Europe-Mercosur soit ratifi&eacut...

  • Home_vache_laiti_re_collecte

    Un apport encore léger de la loi Egalim pour les producteurs laitiers

    Sur le terrain la conjoncture est différemment ressentie par les éleveurs car le prix payé par les industriels, dépend de leur mix produit. Selon ...

  • Home_revenu_des__leveurs

    Revenu des éleveurs, on est loin des deux Smics par unité de main-d'oeuvre

    L’institut de l’élevage publie les coûts de production et de revient des principales filières d’élevage de ruminants (bovins, ovi...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit