Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5096 MembresCréer un compte

C’est tout au long du cycle qu’il faut donner à ses cultures le potentiel de faire face si les conditions météorologiques amenaient un risque de verse.

Home_big_c_r_ales_-_620_x_260
Si la verse pathologique est due à une maladie, comme le piétin verse ; la verse physiologique est multifactorielle. Elle dépend de la sensibilité de la variété, de la densité
des tiges, du niveau de nutrition azotée en début de cycle et des conditions météo à la montaison. La verse se produit lorsque les premiers entre-noeuds ne peuvent résister aux mouvements de la tige. La chute au sol des tige entraine des pertes de rendement importantes, de 5 jusqu’à 25 q, si la verse intervient tôt. A cette perte de rendement s’ajoutent une dégradation de la qualité, plus de risques sanitaires sur la qualité de la récolte et des difficultés à la moisson. Si le niveau de sensibilité est inhérent à la variété, on peut agir sur la
résistance de la tige conditionnée par l’allongement entre les entrenoeuds et la composition de la paroi.

Prévention par mesures agronomiques

Les pratiques agronomiques, dès le début de cycle, conditionnent une partie des risques. Même si les risques climatiques en fin de cycle jouent beaucoup, il faut donner toutes ses chances à la culture de pouvoir les affronter, grâce à des tiges courtes et résistantes. Orge
et blé dur sont les céréales les plus sensibles. Toutes les variétés n’ont pas la même sensibilité. Le choix variétal est un moyen efficace pour limiter les risques. D’autant plus que le choix de ce critère ne se fait plus au détriment du rendement.
 
Le risque de verse s’établit tôt dans le cycle de la plante. Ainsi, une densité de semis élevé augmente le risque par un allongement des premiers entre-noeuds car les tiges sont plus en compétition et s’allongent pour capter la lumière. Les semis précoces augmentent aussi le risque. Comme un excédent précoce d’azote. Pour éviter que les tiges ne grandissent trop vite, il est recommandé de minimiser le premier apport et fractionner sa fertilisation.

Estimer le niveau de risque

Selon le niveau de risque, et sa parcelle, et des conditions méteo, l’application d’un régulateur de croissance renforce les tiges face à la verse mais fait peser le risque d’une perte de rendement, notamment en orge. Une impasse est possible pour les variétés résistantes, avec des semis clairs et une maitrise de la nutrition azotée. Mais la situation est rarement aussi claire… Pour s’y retrouver, des OAD, comme Xarvio ou Farmstar, assurent une estimation du risque de verse à la parcelle.
Pour prévenir un risque élevé, l’application d’un régulateur de croissance peut s’avérer nécessaire. Selon les conditions météo de l’année, ce sont de 2 à 5 millions d’hectares qui reçoivent un régulateur. Ces régulateurs de croissance agissent sur l’élongation des cellules de la tige pour aboutir à des entre-noeuds plus courts et/ou des parois plus épaisses. Leur application doit être faite en conditions poussantes. Attention à ne pas le faire sur des plantes stressées, par exemple par un stress hydrique, car il y a alors un risque de baisse d’efficacité et de phytotoxicité.

La verse pénalise le rendement et la qualité des céréales.

BASF lance une nouvelle approche de la protection des cultures

Les Outils d’Aide à la Décision qui facilitent le suivi du risque maladies et ravageurs sur ses cultures, on connait ; l’OAD qui vous garantit des hectares en pleine santé, un peu moins. C’est pourtant ce que teste BASF, avec son outil Xarvio Healthy Fields. Cette approche a été testée sur la campagne 2019/2020 sur la protection fongicide du blé tendre et de l’orge d’hiver. Pour un prix fixe, connu en début de campagne, l’agriculteur confiera à Xarvio Healthy Fields le pilotage et la mise en oeuvre de la protection fongicide de ses cultures. L’OAD Xarvio Field Manager permettra d’adapter une stratégie pour chaque parcelle, selon sa variété, ses conditions pédoclimatiques. Les traitements seront réalisés par une ETA, souvent équipée des dernières techniques de pulvérisation, comme la modulation intra-parcellaire. Soit, pour l’agriculteur, une totale délégation de la surveillance et du traitement de ses parcelles. Mais n’est ce pas risqué ? Si le résultat obtenu n’est pas conforme aux attentes définies en début de campagne, l’agriculteur est indemnisé en fonction du préjudice lié au défaut de protection. BASF s’engage donc pour un résultat final plutôt que les moyens nécessaires pour l’obtenir et positionne ce mix entre une délégation de travaux et une démarche assurantielle privée, comme une réponse à l’optimisation de l’utilisation des produits phytosanitaires.
 
Auteur: Cécile Julien

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Thumb_avatars_h02

  • Vous aimerez également
  • Home_wiki_45_semaine_29_couverture

    Lutter efficacement contre les papillons

    Sur le maïs, les ravageurs qui causent le plus de tort sont les taupins, les pyrales et les sésamies.   Si la fin des néonicotinoïdes a c...

  • Home_wiki_45_semaine_28_couverture

    Mixez les désherbages pour plus d’efficacité

    Avec son inter-rang large, le maïs est une culture qui se prête bien au désherbage mécanique. Construisez votre programme selon la flore en mixant in...

  • Home_wiki_45_semaine_27_couverture

    Miser sur l’énergie des Cive

    Les Cultures intermédiaires à vocation énergétique sont des ressources importantes pour alimenter une unité de méthanisation. Commen...

  • Home_colza_-_620_x_260

    Face à un colza clairsemé ou rachitique, comment et quand prendre la décision de l...

    Les conditions d’implantations difficiles ont, une nouvelle fois, pénalisé pas mal de colza. Surtout dans l’Est et le Centre, des parcelles pr&e...

  • Home_img24

    Quelle stratégie face au risque représenté par les limaces ?

    Installation d’un piège à limaces dans un champ agricole. © D.R. Agronomie - Quelle stratégie face au risque représent&ea...

  • Home_couverture

    Optimiser sa fertilisation P et K

    Avec l’azote, le phosphore et le potassium sont les piliers de la fertilisation des cultures. Pour optimiser leurs apports et aller jusqu’à une modulation ...

  • Home_couverture_v2

    Ne pas baisser la garde sur la protection fongicide de son colza

    Si la campagne 2019/2020 a été assez saine sur le plan des maladies fongiques, il faut rester attentif au printemps prochain pour établir un programme co...

  • Home_colza__vari_t_s_2020_

    Variétés de colza, les nouveautés 2020

    Pour bien préparer son futur semis, c'est important de connaitre les propriétés de chaque variété. Tour d'horizon, par marques, des...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Faut-il encore semer du blé dur en Occitanie ?

    Suite aux conditions de l’année 2018, avec une qualité dégradée, des rendements faibles et des prix mauvais, des questions se posent quant &...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit