Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4431 MembresCréer un compte

Cerises et diméthoate, exemple type de la déconnexion entre décisions et agriculteurs

Home_big_le_temps_des_cerises

En allant au-delà des règles européennes dans l'interdiction de certains insecticides ou phytosanitaires, le gouvernement français peine à obtenir l'adhésion de ceux qu'il prétend défendre, les agriculteurs.

L'INFO,
un recours contre la décision gouvernementale d'interdire le diméthoate déposé devant le Conseil d'Etat (lire en fin d'article)

Vouloir une agriculture qui tende vers le "zéro pesticide", c'est une option respectable (ce qui ne l'empêche pas d'être discutable bien sûr, mais en l'occurrence ce n'est pas l'objet de cet édito), car elle prend en compte une demande sociétale réelle. Mais encore faut-il savoir mener une politique qui aille dans ce sens en tenant compte un minimum de l'avis des professionnels. Là où le gouvernement s'enorgueillit de dialogue avec les partenaires sociaux dans d'autres domaines, il oublie visiblement la consultation minimale avec les professionnels de l'agriculture dans ses prises de décisions brutales. Un coup on interdit une molécule, un coup on ne renouvelle pas la dérogation sur un produit (mais pas sur les autres, quid des produits à destination du bio dont les dérogations sont reconduites chaque année ?), tout cela sans aucune cohérence ni vision à terme, et sans prendre en compte les problèmes immédiats ni peser le pour et le contre des décisions. Cette gestion à la petite semaine contraste furieusement avec la rigueur réclamée à la profession agricole.

L'exemple de la cerise montre un énorme "n'importe quoi" dans la concrétisation de cette intention (aller vers le zéro pesticide), qu'on la partage ou non (je connais des agriculteurs qui la décrient, d'autres qui l'encouragent, cet édito, je le rappelle, n'entre pas dans ce débat aujourd'hui). Car la décision est prise pile une année à fort risque d'attaque par une mouche asiatique au nom de moto, le drosophile Suzukii. Cette décision, consistant à interdire immédiatement le diméthoate, aurait pu être prise il y a 6 mois, et aurait ainsi permis aux producteurs d'avoir le temps de trouver une solution alternative, la vidéo de La Dépêche que nous reprenons ci-dessous en montrant un, qui parle de mise en place de filets aux mailles serrées pour empêcher le moucheron de passer.
Tarn-et-Garonne : vers la fin du temps des... par ladepeche

Explications sur l'utilité du diméthoate pour les producteurs de cerises

J'ai discuté avec un autre producteur, Jérôme Mazely, dans les Bouches-du-Rhône. Il a  des vergers de plusieurs fruits, dont 60 ares de cerisiers. Récemment, il avait activé la sonnette d'alarme sur WikiAgri quant au risque de voir l'Europe accepter d'importer les fruits de Turquie en échange de la gestion des migrants, un sujet qui reste toujours aujourd'hui d'une brûlante actualité. Pour notre sujet du jour, il explique les tenants et les aboutissants : "Entre la floraison et la récolte il y a environ 21 jours. Avant 2008, on avait comme ravageur la mouche méditerranéenne, qui représente 3 générations par an. Elle a attaqué très peu les précoces type burlat, et à peine les tardives vers mi juin. Dès lors, tu faisais un traitement, voire rien, et tu étais tranquille. Mais en 2008, et surtout en 2013, le Suzukii est arrivé, par le trafic maritime en provenance d'Asie. Or, le Suzukii, c'est 14 a15 générations par an, et il s'attaque à tous les fruits rouges, dès la fin de la floraison. Les centres techniques sont pris au dépourvu car, en 48 heures, tu n'as plus de récolte. Il a fallu trouver des produits efficaces pour lutter contre ce fléau, et le diméthoate, un ovicide, s'est révélé une bonne entrée..."

Il explique aussi que la fin du diméthoate ne signifie en rien la fin des traitements phytosanitaires : "On me propose d'autres traitements, à base d'autres matières actives. Mon problème, je ne connais pas leur efficacité face au Suzukii..."

Les solutions alternatives existent, mais elles sont (très) chères et pas encore totalement efficaces

Il existe donc d'autres produits, à base d'autres molécules, pour combattre le Suzukii. Et donc les filets cités. Malheureusement, ces derniers sont très chers ("on peut facilement avoir une facture de 30 000 €", témoigne Jérôme Mazely), ce qui n'en fait pas la solution idéale non plus.

Quant aux autres produits, "ils sont plus légers que le diméthoate, reprend encore Jérôme Mazely, et peuvent être utilisés en complément de celui-ci, après un premier passage au diméthoate. Mais seuls, ils ne sont pas suffisamment efficaces face au Suzukii. Et quand on sait qu'on peut perdre toute sa production en 48 heures..." Il cite ainsi l'exirel, calypso, l'imidan, success... "Après avoir nettoyé avec le diméthoate, on pouvait alléger la charge avec l'un d'eux. Aujourd'hui, on n'est sûr de rien, on tâtonne, on teste... En matière d'utilisation d'insecticides, il faut une stratégie. Nous avions tous le diméthoate en base de cette stratégie, et les autres produits à côté... Et en plus ces autres produits sont plus chers que le diméthoate. Nos coûts de production augmentent, sans que l'on soit assurés du résultat. Parallèlement, sans lien direct mais cela fait partie de nos préoccupations, les prix baissent. Alors, faites le calcul, coûts de production en hausse, incertitude totale sur les récoltes, prix en baisse et non négociables (il existe toujours moins cher ailleurs, sans les mêmes contraintes)... Où va-t-on ?"

Espagne, Italie, France : qui imite l'autre, et jusqu'où ?

L'un des arguments avancés par le ministre de l'Agriculture pour interdire le diméthoate en France consiste à dire qu'il s'agit en l'occurrence d'être cohérents avec nos voisins, l'Espagne et l'Italie, qui eux aussi interdisent ce produit... Ce que ne dit pas le ministère, ce sont les motivations de ces pays. Sont-elles d'ordre sanitaire ou environnemental ? Que nenni ! En fait, ce sont ces pays qui font comme la France, uniquement pour pouvoir continuer à exporter leurs produits chez nous. Leur démarche est purement commerciale. Qui plus est, à y regarder de plus près, il n'y a pas d'interdiction à proprement parler du diméthoate ni en Espagne ni en Italie, mais l'autorisation du produit n'a pas encore été prolongée : rien ne dit que cette prolongation n'interviendra pas dès l'apparition du Suzukii.

Le Canada vient d'étudier le diméthoate et lui fait confiance

René Reynard, producteur, est également président de La Tapy, station d'expérimentation dans le Vaucluse. A ce titre, il est l'un des porte-paroles de la profession. "Le problème, identifie-t-il, c'est que l'on interdit un produit sans chercher à savoir s'il existe l'équivalent sur le marché. Or, en l'occurrence, on n'en a pas. Le diméthoate, on l'interdit en France alors que l'Europe ne le demande pas, en l'ayant étudié tout de même, et alors de grands pays que l'on peut appelés civilisés tels le Canada l'ont réétudié pas plus tard qu'en décembre 2015 et l'ont reconduit en ne lui trouvant aucun vice sanitaire ou environnemental (Ndlr : compte rendu de la décision canadienne). On a ici affaire à une décision idéologique, qui ne tient pas compte des réalités."

Dans son analyse, René Reynard va beaucoup plus loin, avec un sens de la formule qui lui est propre : "Aujourd'hui, 80 % des produits bio consommés en France sont importés. Bien sûr, ils sont cultivés avec des phytosanitaires qui sont autorisés au niveau international, et pas forcément chez nous. Ça, ça ne gêne personne. Si on bloque aux frontières les cerises cultivées avec diméthoate, comme le suggère le ministre, alors il devra aussi bloquer tout ce qu'on importe qui est cultivé avec des produits interdits chez nous. Il va affamer notre population en quelques semaines..."

L'épée de Damoclès de la Turquie

N'oublions pas la Turquie, évoquée très rapidement plus haut. Il s'agit tout de même d'une drôle d'épée de Damoclès, pour les producteurs de cerises, mais aussi de nombreuses autres productions citées dans un article précédent. Rappel en deux mots : les Turcs ont perdu leur marché russe pour nombre de leurs productions pour lesquelles ils figurent dans les premiers rangs mondiaux, et la crainte serait donc de voir ces fruits débarquer en Europe, en échange de leur rôle dans la gestion des flux des migrants...

L'INFO, un recours contre la décision gouvernementale devant le conseil d'Etat

Nous apprenons en terminant cet article qu'un recours a été déposé auprès du Conseil d'Etat contre la décision gouvernementale d'interdire le diméthoate. Ce recours vient de producteurs, fédérations et syndicats nationaux des fruits et légumes concernés l'arrêt du diméthoate : outre la cerise (rouge et blanche), l'olive, l'asperge, l'endive, les fruits rouges... Ce recours conteste le fait que l'Anses (l'agence de sécurité sanitaire qui a émis l'avis défavorable au diméthoate suivi par le ministère de l'Agriculture) ait pu émettre un doute particulier sur un produit qui n'en présente pas plus que de nombreux autres.

Vu sur Twitter, apparemment un cas parallèle avec l'oignon...

Le twitt ci-dessous sous-entend qu'on ne peut plus combattre le mildiou sur les oignons frais, faute de produits homologués aujourd'hui. Je n'ai personnellement pas vérifié cette information, si quelqu'un au courant peut agrémenter cet article de commentaires sur le sujet, n'hésitez pas...

En savoir plus : https://wikiagri.fr/articles/migrants-turquie-ne-nous-faisons-pas-avoir-deux-fois-avec-lembargo-russe-!/8072 (tribune signée Jérôme Mazely sur les gros risques de déséquilibres de marchés sur les fruits en Europe dans l'hypothèse d'un accord avec la Turquie) ; http://www.expe-fruits-paca.com (site de la station d'expérimentation de La Tapy).

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_grignols_mare_aux_grenouilles

    Mare aux grenouilles et voisin irascible, stop ou encore ?

    Ce mardi 5 novembre 2019, la cour d'appel de Bordeaux devra considérer la tierce opposition de plusieurs associations écologistes pour éviter qu'...

  • Home_masque_respiratoire_champ_de_bl_

    Lubrizol, qui va payer l'ardoise pour l'agriculture polluée ?

    En attendant le temps judiciaire nécessaire pour établir les responsabilités avec le nuage de pollution échappé de l'usine Lubrizol &ag...

  • Home_green_crosses

    Sauve ton paysan... Une mobilisation en forme de reconquête de l'opinion

    Ce mardi 8 octobre en particulier, mais c'est également le cas pour d'autres jours, les agriculteurs français se mobilisent derrière des mots d&#...

  • Home_jacques_chirac_salon_agriculture_afp_600x300

    Jacques Chirac, le dernier homme politique aimé par les agriculteurs

    Jacques Chirac a toujours eu la cote auprès des agriculteurs. Il eut plusieurs mesures marquantes à son actif quand il fut ministre de l'Agriculture (de 197...

  • Home_guillaume_canet_-_au_nom_de_la_terre

    Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ?

    "Au nom de la terre" sort le 25 septembre sur tous les écrans. Auteur de cette grande fresque familiale dont le théâtre est une exploitation agr...

  • Home_champ_agricole_proximit__maison

    Zones de non traitement, la quadrature du cercle

    Mais que cherche-t-on à résoudre au juste avec l'établissement de zones de non traitement, quelles que soient leurs largeurs ? Cette "solution&q...

  • Home_le_coudray-montceau_gens_du_voyage_agriculture

    "Récupérons nos terres", ces incroyables opérations paysannes qui peuvent mal tourner

    Là où la pression foncière est la plus forte, en zones périurbaines et en particulier en Ile-de-France, les soucis s'accumulent pour les agric...

  • Home_coq_gaulois

    En voie de disparition, le coq gaulois passionne ses derniers éleveurs

    Le saviez-vous ? Le coq gaulois, l'un des symboles de la nation française, correspond à une race précise, la gauloise. Or, avec seulement 153 coqs et...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit