Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5450 MembresCréer un compte

Biostimulants, aider les plantes à faire face aux stress abiotiques

Home_big_wiki_49_semaine_11_couverture

Le changement climatique augmente les risques de stress abiotiques auxquels les cultures doivent faire face : manque d’eau, températures très chaudes ou, au contraire, gels tardifs… Dans la culture du maïs, une levée homogène et rapide est un facteur clé pour que la plante passe rapidement les stades de sensibilité aux attaques de ravageurs du sol et soit mieux à même de faire face aux différents stress. Les biostimulants sont une voie à explorer pour booster le démarrage du maïs

Voici quelques exemples :

  •  Favoriser le développement racinaire

Pour aider la plante à mieux résister aux stress, l’une des pistes est de maximiser son développement racinaire. « En apportant une fertilisation localisée au semis combinant élément minéral et biostimulant grâce à la gamme EasyStart BS (microgranulé) ou Novatec Duo (granulé), on combine les effets starter, explique Thibault Poisot, chef de marché biostimulants chez Compo Expert. Cela peut se faire avec un biostimulant à base de bacillus amyloliquefaciens, qui va stimuler le développement racinaire. Cette bactérie améliore également l’assimilation du phosphore. La biodisponibilité est particulièrement améliorée en sol basique ». Compo Expert propose également des biostimulants à base d’extraits d’algue. « Ces extraits sont très riches en auxines, la première des hormones de croissance des végétaux, poursuit Thibault Poisot. Un apport foliaire de Basfoliar Kelp P-max au stade 4/6 feuilles est une assurance pour un bon démarrage en maximisant le développement de la plante». 

  • Améliorer l’efficience nutritionnelle

Corteva explore une nouvelle facette des biostimulants, la fixation symbiotique de l’azote. En apportant directement sur les feuilles la bactérie Methylobacterium symbioticum sb 23, qui transforme l’azote atmosphérique en une forme assimilable par la plante, Corteva ouvre la voie de la fixation symbiotique d’azote d’origine microbienne. Les solutions BlueN® et Utrisha® N[RR1] seront lancées en 2022, pour un apport par pulvérisation foliaire entre 4 et 8 feuilles. « BlueN permet de fixer 30 unités d’azote supplémentaires, souligne Romain Richard, responsable de marketing biostimulants chez Corteva. Cela augmente l’efficience nutritionnelle et apporte de l’azote pour aller chercher un potentiel de rendement supplémentaire. Nos essais ont montré un gain de rendement de 4 quintaux ».

  • Booster la croissance

Lancé en septembre par Sumitomo, Proliant est la première solution de biocontrôle pour un démarrage sécurisé du maïs. A base d’acide gibbérellique GA3, c’est un régulateur naturel de croissance qui stimule la synthèse de protéines et d’enzymes agissant sur la croissance de la plante et de son système racinaire. « Proliant est un booster de croissance, présente Anne Giroud, responsable de marché grandes cultures chez Sumitomo. En permettant aux plantes de mieux développer leur système racinaire, Proliant aide les cultures à être plus vigoureuses, plus à même de faire face à des conditions climatiques difficiles ». L’apport de 25g /ha se fait au stade 3 à 5 feuilles et peut être associé à un herbicide, pour éviter un passage supplémentaire. Sur 83 essais en maïs grain, Proliant a permis un gain de 4,2 q/ha. « Il est particulièrement efficace en sol limitant, limoneux ou séchant », souligne Anne Giroud.

Auteur : Cécile Julien

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 3
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_1

    Affiner sa stratégie anti-limaces

    Petit mollusque au grand appétit, la limace est la bête noire des semis, surtout de colza. Différents OAD compléteront vos observations pour prot&e...

  • Home_capture_2

    Stations météo connectées, un pas de plus vers l’agriculture de précision

    En donnant accès à des données climatiques fiables et ultra-localisées, les stations météo connectées sont devenues un outil ...

  • Home_wikiagri_49_semaine_14_couverture

    Désherbage, mixez les stratégies

    Pour endiguer les adventices, élargissez vos possibilités de choix en intégrant le désherbage mécanique dans le panel des solutions. C&...

  • Home_wiki_49_semaien_8_couverture

    Le maïs, champion du pouvoir méthanogène

    La méthanisation permet de produire du biogaz à partir de matières organiques, plantes ou effluents d’élevage. En culture principale comme C...

  • Home_wiki_49_semaine_7__bis_couverture

    Le maïs, une culture d’avenir

    Avec une moyenne nationale de 110 q/ha - 123 en irrigué, 101 en sec - le maïs a pulvérisé son record de productivité en 2021. « Le ma&i...

  • Home_semis_direct

    Le semis direct : quels bénéfices ?

      Les intérêts agronomiques, environnementaux et socio-économiques du semis-direct sous-couvert Les intérêts agronomiques du Sem...

  • Home_wiki_48_semaine_48_bis_couverture

    Les adjuvants aident à baisser l’IFT

    En grandes cultures, accéder à  la  certification  Haute  Valeur Environnementale (HVE) passe par une réduction de ses Indices de Fr&...

  • Home_wiki_48_semaine_48_couverture

    Céréales à paille : maximiser leur protection fongicide

    Pour alléger le poste fongicide sur ses céréales, il faut actionner tous les leviers, depuis le choix de variétés peu sensibles jusqu'&...

  • Home_adobestock_252117964

    Connaître le potentiel Redox du sol : à quoi ça sert ?

      Pourquoi s’intéresser au potentiel d’oxydoréduction (ou redox) ? Le potentiel d’oxydoréduction ou RedOx, noté...

  • 2Commentaire
  • #1

    si une plante est en stress hydrique c'est qu'il fallait l'arroser .... pas d'eau pas de vie !

  • #2

    le pire ennemi du sol c'est la sécheresse ... le pire ennemi de la végétation c'est la sécheresse ... le pire ennemi du vivant sur les continents c'est le manque d'eau ... le pire ennemi du climat c'est le désert ... le pire ennemi de l'humanité ce sont les Escrologistes ! pasdeclimatsanseau Sur les continents, la régulation thermique de l'atmosphère est automatique tant que les surfaces exposées au soleil sont couvertes d'eau ou de végétation, autrement dit : c'est la sécheresse des sols qui provoquent le dérèglement climatique et non pas le dérèglement climatique qui provoque les sécheresses, le climat se dérègle quand les continents ne transpirent plus ! . La végétation ne consomme pas d'eau elle aliment le cycle ! L’urgence climatique c’est de gérer intelligemment les excès d’eau pour ne plus en manquer, ce sont uniquement les zones sèches qui brulent ! . . On aura sauvé la planète quand les continents seront des océans de verdures en plein été ! ce n'est pas le climat qui fait la végétation mais la végétation qui fait le climat : http://pasdeclimatsanseau.a.p.f.unblog.fr/files/2021/03/tcs111_echos1.pdf

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit