Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4257 MembresCréer un compte

Bio vs conventionnel, en lait c'est l'herbe qui fait la différence

Home_big_vaches_laiti_res_pr_

Pour résister aux aléas, tant climatiques qu’économiques, mieux faut alléger le poids de ses charges opérationnelles. Les exploitations laitières bio avec beaucoup de pâturage s’en sortent plutôt bien. Certes, elles produisent moins de lait mais elles le font avec très peu d’intrants.

La résilience traduit la capacité d’une exploitation à résister aux chocs que peuvent êtres des aléas climatiques ou économiques. En bio comme en conventionnel, certaines exploitations s’en sortent mieux, ou du moins, moins mal, que d’autres, quand les cours chutent ou que la météo s’emballe. L’Institut de l’élevage et la Fédération bretonne de l’agriculture biologique (Frab) ont cherché à comprendre pourquoi. « Pour s’en sortir en cas de coup dur et maximiser son revenu sur les années plus sereines, ce qui compte c’est l’efficacité des facteurs de production, résume Jérôme Pavie, de l’Institut de l’élevage : mettre un minimum d’intrants pour un maximum de produits. »

Pour traverser les turbulences, qu’elles soient économiques ou climatiques, mieux faut donc voyager léger, en réduisant ses charges opérationnelles. Car dans la construction du résultat économique, « le contexte économique et climatique est moins discriminant que les pratiques d’élevage », note Niels Bize, de la Frab. Le premier facteur clé pour gagner en efficacité économique est d’augmenter la part de l’herbe pâturée, donc son autonomie alimentaire. Dans les systèmes d’exploitation très pâturants, les éleveurs ont généralement peu recours à des achats extérieurs et les charges de mécanisation sont aussi moins élevées.

Avantage à l'herbe

Sur 227 fermes bio suivies par l’Institut de l’élevage pendant une quinzaine d’années, le pâturage représente 57 % de la ration annuelle. S’y ajoute 29 % d’herbe conservée. « Ça se ressent sur le ratio charges opérationnelles par produits qui est de 21 % en bio contre 38 % en conventionnel », chiffre Jérôme Pavie. Pour augmenter l’autonomie alimentaire de son troupeau, il faut jouer sur plusieurs tableaux : caler le fonctionnement de son troupeau sur les ressources (dates de vêlages, effectifs, monotraite et anticipation des réformes quand les fourrages manquent), diversité de l’assolement (prairies permanentes et temporaires, variétés implantées), précocité de la mise à l’herbe, cultures à double fin (par exemple des céréales qui peuvent être ensilées en cas de manque de fourrages), valorisation des intercultures…

La désintensification ne nuit pas au revenu. Au contraire. « Dans les systèmes lait de plaine, le bio s’en sort mieux que le conventionnel avec moins de moyens de production », souligne Jérôme Pavie. Car, la place de l’herbe dans la ration se ressent sur l’efficacité économique des exploitations. Les économies de coût alimentaire se traduisent par un ratio EBE/produit brut de 38% en bio contre 30% en conventionnel. S’y ajoute l’impact du prix du lait : 446 €/1 000 litres en bio sur 2017, 331 en conventionnel. En revanche, le niveau d’aides publiques ne varie pas beaucoup selon le mode de production : 19 % du produit brut en bio, 18% en conventionnel.

Même si le niveau de production bien différent : 168 000 litres/UMO en bio, 297 000 en conventionnel, les systèmes bio très herbagers s’en sortent mieux en terme de revenu. « Le revenu est meilleur en bio avec moins de moyens de production, annonce Jérôme Pavie. En 2017, il a été de 32 000 euros/UMO en bio contre 23 000 en conventionnel ». Pour mémoire, en 2009, il était de 19 000 euros en bio contre 9 000 euros en conventionnel.

 

L'illustration ci-dessous est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/212473642.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 4
  • 3
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Julien Cécile
Thumb_photo_cj

Passionnée par l'agriculture, ses hommes, ses femmes, ses innovations, je parcoure les campagnes de l'Ouest pour en partager l'actualité.

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière cherche jeunes éleveurs désespérément

    Les clignotants au vert. L’année 2019 démarre dans un contexte d’offre et de demande plus équilibré, selon Coop de France métie...

  • Home_vaches_lait_montagne

    Le lait de montagne doit affirmer son authenticité et sa naturalité

    La production française de lait de montagne résiste. Elle est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, bien moins sous l&...

  • Home_fromages

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires boudent le lait made in France

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires représentent 55 % de la consommation nationale, mais ils n’absorbent que 16 % de la production f...

  • Home_etienne_fourmont_-_bien-_tre_animal

    Bien-être animal, les éleveurs affichent leurs actions sur une page web

    L'élevage est désormais souvent soumis à la pression de ses détracteurs. Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe, a pris l'...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro