Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5448 MembresCréer un compte

Bee-Secured, des ruches intelligentes prêtes à faire le buzz

Home_big_beesecured

Les ruches 2.0 de la société Bee-Secured constituent un réseau de biovigilance à l'échelle européenne. Au quotidien, ce monitoring numérique des abeilles facilite la vie des apiculteurs.

La SAS (société par action simplifiée) Bee-Secured est un réseau de biovigilance constitué par des ruches communicantes. Le comportement des abeilles est analysé par des capteurs et livre des informations stratégiques. A l’origine, le projet a été accompagné par le CEA-Leti (commissariat à l’énergie atomique de Grenoble) et le conseil régional de Rhône-Alpes. Dans les années 2000, le dirigeant Jean Borel s’était associé à des apiculteurs pour valoriser leurs miels et leurs produits. "On rencontrait des problèmes de traçabilité et des baisses de production. Aussi, nous avons inventé ces ruches instrumentalisées pour étudier la relation entre l’environnement et les abeilles. Tous les apiculteurs enregistrent des pertes dans leur cheptel à cause de phénomènes qu’ils ne maîtrisent pas. Le but de notre réseau est d’enregistrer ces facteurs de stress par le monitoring des abeilles. Avec des capteurs et des prélèvements, on croise des données du vivant avec la technologie pour améliorer les performances des ruchers", explique Jean Borel.

18 indicateurs sur l'environnement des abeilles

Concrètement, les capteurs des ruches en plastique BeeAlert analysent 18 paramètres, tels que les entrées et les sorties des abeilles, leur mortalité, leur morphologie, le taux de pollen, les bactéries, les particules, la radioactivité… L’investissement s’élève à 2500 euros, et on peut adjoindre une micro-station qui analyse la météo locale et la qualité de l’air (GreenAtmo). Une fois installée, la ruche intelligente fonctionne automatiquement. Pour aller plus loin, la société Bee-Secured peut effectuer des prélèvements dans les ruches pour identifier les sources de pollution, les métaux lourds, la biodiversité florale locale par séquençage sur ADN dégradé… Autant d’informations utiles pour comprendre les facteurs déterminants pour la vitalité de la ruche.

D’autres outils facilitent la gestion des ruches et de son exploitation. Ainsi, le logiciel de gestion BeeLog (téléchargeable gratuitement sur le site) permet de géo-localiser ses ruches et de mémoriser leurs caractéristiques  comme  la race de la reine, l’agressivité des abeilles, le matériau utilisé pour construire la ruche… Ce logiciel enregistre aussi les déplacements des ruches, ce qui permet notamment de vérifier la distance de 100 mètres entre deux ruches imposée par les mesures agroenvironnementales de la Pac. On peut aussi éditer des registres d’élevages, enregistrer ses récoltes, planifier ses visites…

Pour accéder à l’ensemble des services Bee-Secured, il faut compter 4000 euros : ce peut être la certification de l’origine de ses miels et conformité (Honey Origin Certified), des alertes en cas de déplacements malveillants des ruches, des estimations de la récolte, une gestion collective des potentiels mellifères des territoires, des restaurations de la biodiversité, des outils de gestion de communautés sur la plateforme d’échanges Weebluzz, des analyses de miel… Autre proposition surprenante de l’entreprise : une équipe de pilotes spécialisés détruit des nids de frelons asiatiques avec des drones équipés. De nouveaux services (payants) seront encore développés ces prochains mois.

10 à 30 % de productivité en plus pour les apiculteurs

"On étudie les besoins de chaque client, c’est un contrat gagnant-gagnant. Par ailleurs, on encourage les apiculteurs à distribuer notre matériel. Ils touchent un pourcentage de 25% sur les ventes et 30% sur les prestations de biovigilance. Globalement, les gains de productivité sont estimés entre 10 à 30%. Les apiculteurs gagnent du temps et peuvent installer de nouvelles ruches. A terme, on prévoit de connecter 30 000 ruches", indique Jean Borel.

500 apiculteurs sont déjà membres du réseau Bee-Secured qui s’étend jusqu’en Turquie. Par ailleurs, une centaine d’apiculteurs référents, rémunérés, s’engagent à transmettre leurs données numériques sur une plateforme collaborative digitale. Ces informations sont revendues à des acteurs publics et privés : prévisions météo, de récolte, qualité de l’air, stress hydrique… "C’est aussi une mine d’informations potentielle pour des recherches approfondies sur les abeilles !", projette Jean Borel.

Mais les apiculteurs ne sont pas les seuls clients agricoles de Bee-Secured. Ces ruches ont la capacité d'optimiser les traitements des grandes cultures en indiquant la météo locale et les horaires les moins critiques pour l’environnement. De même, les ruches peuvent participer à modéliser la pollinisation des vergers.

En savoir plus : http://www.bee-secured.com (site de bee-secured) ; http://www-leti.cea.fr (site du CEA-Leti, commissariat à l’énergie atomique de Grenoble).

Photos ci-dessous : portrait de Jean Borel, les autres visuels sont issus du site bee-secured.com.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_parc_aunis

    BayWa r.e promet des parcs éoliens avec un impact positif pour l’environnement

    Parc Aunis @BayWa. r.e   Pour que l’édification d’un parc éolien s’intègre pleinement dans la transition agro-écolo...

  • Home_engie

    Des champs de céréales producteurs d’électricité, un horizon à ne pas exclure dans...

    L’agrivoltaïsme combine production agricole et production d’électricité. Grâce aux évolutions technologiques couplées &agra...

  • Home_vache1

    Jusqu’à 9 000 € de revenu complémentaire par éolienne

    Une éolienne terrestre a une puissance allant de 2 à 4 MW. Selon Engie, elle procure un revenu annuel d’environ 3000 € par mégawatt pour le pr...

  • Home_florent_2

    Le programme de compensation écologique de Florent Millon

    Pour compenser l’édification de parcs éoliens et solaires, BayWa r.e. finance les projets agro-écologiques des agriculteurs installés sur le...

  • Home_cn23r0dzh2frgb8rlnevpfod1fps

    Matériels de désherbage

    Phénix Agrosystem : une herse étrille Isobus Dévoilée lors d’Innovagri, la nouvelle herse étrille Arcadia autorise le pilotage in...

  • Home_btxxf7mz6ve1r4hln2r92dqgw7li

    La mécanique du désherbage

    Les ETA ont aujourd’hui de nombreux atouts pour tirer parti de la valeur ajoutée du désherbage mécanique et la partager avec leurs clients. D&eacut...

  • Home_cl_s_semis

    Les clés du semis rapide en maïs grain

    La mise en œuvre d’un semoir rapide est une alternative aux grandes largeurs pour accroître ses débits de chantier. Cela nécessite cependant d...

  • Home_capture_11

    Irrigant depuis toujours

    Damien Forgerit est un « enfant de l’irrigation ». Il a vu son père creuser les premiers forages il y a plus de 40 ans et il n’imagine pas cult...

  • Home_6e80005o3l65oz4oc5qulaqnyyut

    L'ETA Agrivilainetp crée un poste inédit

    De gauche à droite : Cédric Lebreton, Vincent Peuzé, Bruno Prévaire, Meven Eslan, Emilie Voland, Adrien Couvreux, Valentin Lebasnier...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit