Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4213 MembresCréer un compte

Assurance multi-risque climatique, Groupama ne lâche pas

Home_big_assurance_climat

Le premier assureur du monde agricole est entré dans l’ère du numérique et du satellitaire. Mais comme ses concurrents, il ne parvient pas à rentabiliser l’assurance multi-risque climatique (MRC) lancée en 2005. Pourtant Groupama s'en sort relativement mieux qu'eux.

« Remutualisé » depuis le 7 juin dernier, Groupama a consolidé son activité sur le marché agricole en conquérant de nouveaux clients et en élargissant la gamme de ses produits de gestion des risques. 

Mais le premier assureur du monde agricole ne parvient pas à rentabiliser l’assurance multi-risque climatique (MRC) même si l’an passé il a versé 187 millions d’euros (M€) d’indemnités aux agriculteurs victimes, sur leurs exploitations, d’accidents grêleux (41,1 % des montants versés), de sécheresse (23,2 %) et d’excès d’eau (22,5%) alors que les contrats souscrits ont porté sur 220 M€.

Toutefois, Groupama s’en sort un peu mieux que ses concurrents. Au niveau national, la succession d’événements climatiques au cours des trois dernières années ont davantage plombé leurs comptes de l’ensemble des assureurs. Le ratio indemnités/primes sur 14 ans est de 105 % en moyenne.

En 2017, derniers chiffres connus, les indemnités versées aux agriculteurs équivalaient à 108 % des primes perçues, hors frais de gestion des contrats et de réassurance. Or ces derniers, représenteraient un surcoût de 24 % en moyenne, selon Groupama, qui ne sont pas pris en compte.

Sur les 4,76 millions d’hectares assurés en multirisques l’an passé au niveau national, 2,7 millions l’ont été par Groupama. Après une forte croissance des surfaces assurées en 2017 (+ 13,3 %), seuls 30 milles hectares de plus ont été couverts l’an passés (+ 1,1 %). Mais le premier assureur du monde agricole a davantage de moyens de mutualiser les risques assurés que ses concurrents.

« Pour une somme raisonnable, on peut accompagner la production agricole partout sur le territoire tous les ans puisque 130 M€ de subventions publiques versées au titre de la Pac permettent d’assurer 5 milliards d’euros de capital », explique François Schmitt, vice-président de Groupama.

Les agriculteurs indemnisés l’an passé ont bien compris que ces contrats MRC « sont des placements financiers très rentables », affirme encore François Schmitt. Ils mettraient sinon plusieurs années à s’en remettre si leur compagnie n’avait pas couvert leurs pertes.

Aussi, les contrats MRC et leurs options sont des outils de production utilisés pour optimiser les marges des cultures, comme n’importe quel intrant. Des agriculteurs préfèrent épandre un peu moins de nitrates pour financer une prime d’assurance MRC.

Mais sous leurs formes actuelles, ces contrats subventionnés à hauteur de 65 % ne sont pas suffisamment attractifs. Le taux de franchise de 30 % est trop élevé. 87 % des agriculteurs assurés ont souscrit un contrat MRC en optant pour un taux de franchise plus bas (jusqu’à 20 %). Et ils sont de plus en plus nombreux à conclure des contrats « objectif stabilité » pour se prémunir contre une baisse du chiffre d’affaires ou des prix de vente.

Mais ces options ramènent mécaniquement le taux de subvention des contrats conclus à 35 % environ et dissuadent parfois les agriculteurs d’assurer leurs cultures.

Des contrats subventionnés à 65 % avec un taux de franchise de 20 % étendraient la couverture assurantielle MRC à plus de 65 % de la surface agricole.


L'illustration ci-dessous est issue de Adobe photos.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_ingrid_et_rik_meijer_gouda_p_rigourdin

    Des "goudas périgourdins" made in Dordogne

    Le vendredi soir, à Coulaures, en Dordogne, c’est veille de marché. Ingrid Meijer va vendre comme chaque samedi les fromages produits par Rik, son mari et...

  • Home_cave_laiterie_chapelle_photo_pierrick_roland

    A la laiterie de la Chapelle, le lait est valorisé entre 1,6 et 5 euros le litre

    A 7h15, porte de la Chapelle, Paul Zindy revient du Vexin dans son camion frigorifique chargé de 500 litres de lait pour fabriquer avec ses salariés du, des yao...

  • Home_anne_gell__-_robert_spizzichino

    EuropaCity, l'annulation du PLU de Gonesse relance le contre-projet agricole Carma

    Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise vient d’annuler, ce mardi 12 mars 2019, le plan local d’urbanisme (PLU) de Gonesse, dans le Val-d’Oise, modifi&e...

  • Home_truffe_noire_du_p_rigord

    Recherche, les parfums des truffes toujours aussi énigmatiques

    Son génome a été décrypté en 2010 et pourtant la truffe noire du Périgord conserve son mystère. Ce champignon très con...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro