Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3677 MembresCréer un compte
Découvrez travaux-agri

Un vigneron lance une souscription sur ses futures vendanges

Thumb_img_0518bis
25Nov2012

Ulrich Dujardin est viticulteur à Monthélie, petite commune de Bourgogne située sur un terroir formidable, près de Beaune. Il vient de mettre en oeuvre une idée originale : lancer une souscription sur ses futures vendanges pour se donner les moyens de construire un bâtiment.

Ulrich Dujardin a la fibre de l’accueil, il est sensible au partage. Discuter avec lui, c’est l’assurance de prendre connaissance de quelques anecdotes savoureuses. Notamment sur les débuts de l’appellation « Monthélie ». Il a d’abord appelé son vin rouge « Meursault rouge », mais on lui a reproché d’avoir son siège social sur le village voisin de Meursault. Alors le Monthélie est né, bien moins célèbre que le Meursault, le Volnay ou le Pommard, alors qu’il bénéficie d’un terroir comparable, du fait de la proximité immédiate (vous avez la carte ci-dessous).

Un terroir qui l’autorise à une version rouge, et à une version blanc. Le Monthélie rouge est charpenté à souhait, comme tout grand Bourgogne qui se respecte, mais avec une certaine finesse au palais. Le blanc présente une noblesse qui n’a rien à envier à ses voisins.

Mais venons-en au sujet de notre article. Donc, Ulrich Dujardin, soucieux d’apporter davantage de confort à ceux qui le visitent, souhaite construire un bâtiment. Celui-ci doit être écologique, se fondre dans le décor, donc avec un toit recouvert de végétation. Il doit être compartimenté : il s’agit de l’aider à gérer ses stocks, mais aussi à accueillir les amateurs de bourgognes. Pas n’importe quel bâtiment donc, spacieux, fonctionnel, joli, tenant compte aussi d’une volonté environnementale certaine. D’où un coût, plutôt élevé.

Or ses moyens ne lui permettent pas de subvenir à cet investissement. Et les emprunts qu’il recherche sont à des taux trop élevés. Alors Ulrich Dujardin a une idée : il lance une souscription auprès de ses clients, leur demandant de payer des aujourd’hui les commandes qu’ils feront sur les vendanges futures, 2013, 2014, … jusqu’en 2019. Il propose ainsi l’achat de « Sicav » (« j’ai voulu faire un jeu de mots avec le mot « cave » », dit-il), qui permet à l’investisseur d’avoir un pourcentage de remise d’autant plus important qu’il investit sur le long terme. Ainsi, celui qui débourse aujourd’hui 150 € pour du Monthélie 2013 en aura pour une valeur de 156 €. Pour du 2014, il en aura pour une valeur de 162 €. Et ainsi de suite, jusqu’à 198 € de valeur en 2019.

Un tiers du bâtiment déjà réglé

Ainsi, celui qui paye aujourd’hui est assuré d’avoir du vin millésimé au cœur d’un terroir incomparable pour un prix défiant toute concurrence, qui plus est déjà réglé. Ulrich Dujardin a même imaginé une forme d’assurance: si jamais il venait à disparaître ou s’il y avait quelque autre imprévu que ce soit qui empêche la livraison du vin programmé à la date prévue, les investisseurs disposent d’un avoir en marchandises équivalent à leur engagement, qu’ils pourraient donc retirer à la cave le cas échant.

Et pour notre viticulteur, cette souscription permet d’obtenir immédiatement des fonds. « Aujourd’hui, je dispose d’un tiers du coût du bâtiment grâce à mes Sicav, dit-il. J’arrête la souscription le 30 décembre 2012, j’espère que je serai alors proche de mon but. »

Pour remercier ses souscripteurs, Ulrich Dujardin a d’ores et déjà programmé une inauguration festive de son bâtiment, où tous seront invités à déguster un apéritif bourguignon de bon aloi. Rien que pour participer à cette petite fête, vous ne tenteriez pas un petit investissement sur l’avenir ?

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pensez-vous qu’il vous soit possible de vendre aujourd’hui vos récoltes ou autres productions de 2019 ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

En savoir plus : www.domaine-dujardin.com (le site internet du domaine Dujardin, vous y verrez les vins proposés, leurs propriétés…) ; http://www.bouzerand-dujardin.com/admin/general/upload/30-10-2012_sicav2012texte.pdf (le texte du dépliant que propose Ulrich Dujardin à ses clients pour qu’ils investissent sur le long terme).

Notre photo ci-dessous a été prise sur le stand du domaine Dujardin sur le salon des Vignerons indépendants à Paris, porte de Versailles, qui se termine ce lundi 26 novembre 2012. Si vous souhaitez y rencontrer Ulrich Dujardin, il est sur le stand D26.

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Thumb_aj

Jeandey Antoine

Journaliste

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x