Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Valérie Pécresse force de proposition pour la compétitivité en agriculture

Home_big_valeriepecresseportrait

Pendant les débats à l'Assemblée nationale sur la loi d'avenir pour l'Agriculture, une intervention a été remarquée, celle de Valérie Pécresse. L'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur puis du Budget accorde une interview exclusive à WikiAgri pour expliquer ses idées visant à redonner un souffle de compétitivité à l'agriculture.

Les amendements proposés et défendus par Valérie Pécresse dans la loi d'avenir pour l'agriculture n'ont pas été adoptés, tout simplement parce qu'elle est dans l'opposition. Mais ses idées nous ont semblé digne d'intérêt, dans le sens d'une relance de la compétitivité pour l'agriculture, en zone périurbaine (elle est députée dans les Yvelines et conseillère régionale Ile de France), et même au-delà.

En effet, le défaut majeur de la loi d'avenir agricole (d'ailleurs soulevé par les professionnels, FNSEA en tête, qui souhaite même la tenue d'états généraux de l'agriculture en parallèle) consiste à prendre des mesures environnementales, mais sans inclure la compétitivité des entreprises agricoles. Si plusieurs parlementaires ont relevé ce défaut, WikiAgri a souhaité interviewer Valérie Pécresse, car elle a émis des propositions concrètes, à notre sens digne d'intérêt.

Vos amendements ont été rejetés, sur la forme plutôt violemment : vos "connaissances en agriculture" (selon Stéphane Le Foll lors des débats) ont été gaussées. Quelle légitimité avez-vous pour intervenir en agriculture ?

V.P. : M. Le Foll sera certainement déçu d'apprendre qu'avant ma carrière politique j'étais spécialisée en remembrement rural, en droit des terres agricoles. Aujourd'hui, je suis vice-présidente du parc naturel régional de la vallée de Chevreuse, étendu à l'Essonne et à Montfort L'Amaury, avec une centaine de communes concernées. Gérer l'espace, entre urbanisation, forêt, espaces verts et agriculture, je connais. Et par rapport à l'agriculture, j'ai oeuvré pour que 2300 hectares de terres agricoles soient préservés dans le plateau de Saclay. J'ajoute que tout le monde doit s'intéresser à l'agriculture, la laisser uniquement aux spécialistes serait une erreur. Tout le monde, même quand on est une femme... (Ndlr : sur Twitter, Valérie Pécresse a qualifié la façon dont Stéphane Le Foll a rejeté ses amendements de "misogynie ordinaire").

En quoi consiste le "fonds pour la modernisation des exploitations agricoles" que vous proposez de créer ?

V.P. : Lors de la vente de terrains, il est possible de prélever 1 %, sous la forme d'une taxe (mais attention, à prélèvement constant pour les privés, c'est sur la part déjà prélevée par l'Etat que se formerait le fonds, ce qui suppose au passage une gestion plus rigoureuse). Ce qui peut représenter rapidement plusieurs centaines de milliers d'euros. Ensuite, que le fonds soit géré au niveau départemental ou régional, par les chambres d'agriculture, en lien avec les Safer, à voir. On peut même imaginer une péréquation entre départements voisins en cas d'inégalités. L'objectif du fonds ainsi constitué est de permettre aux agriculteurs de répondre aux exigences de modernisation de leurs exploitations. Par exemple pour des diversifications. Pour des projets individuels ou collectifs. En fait, en marge des ventes, même avec des surfaces diminuant légèrement, il y a moyen d'augmenter la rentabilité des exploitations dans leur remembrement. Cela peut paraître paradoxal, mais ce serait possible avec ce fonds.

Pourquoi cette proposition ?

V.P. : Nous étions le grenier de l'Europe. Aujourd'hui, les céréaliers sont en décalage de compétitivité très fort avec nos voisins allemands...

Lors de votre intervention à l'Assemblée, vous avez insisté sur une autre point, axé sur la périurbain, en tentant d'éviter un mélange entre espaces verts, forestiers et agricoles. Pourquoi ?

V.P. : Si l'on prend un ensemble comprenant ces trois espaces, comment se rendre compte de la déprise agricole en particulier ? J'ai bien entendu les propos rassurants sur ce point du rapporteur de la loi (Ndlr : le député Germinal Peiro), mais je crains qu'à terme on succombe à la grande tentation des Verts de confondre un chemin ou un terrain de golf avec une exploitation agricole. Pour préserver une agriculture périurbaine, elle ne doit pas être diluée dans un ensemble trop vaste (Ndlr : la loi d'avenir prévoit ainsi l’élargissement du champ d’intervention des CDCEA, commissions départementales de consommation des espaces agricoles, aux espaces naturels et forestiers, d'où le risque, selon Valérie Pécresse, d'avoir à terme des statistiques globales qui ne mentionnent plus en détail la perte d'activité agricole).

Pensez-vous intervenir à nouveau sur l'agriculture dans un avenir proche ?

V.P. : Le Labo des Idées, Think thank dont je suis présidente, a vocation à réfléchir à la compétitivité dans différents domaines, dont l'agriculture. Vous pourrez vous en rendre compte lors de notre prochain rendez-vous, le mardi 11 février à 19 heures au Musée social (Ndlr : 5 rue Las cases, 75007), avec une réunion dédiée à l'agriculture.

Qui doute encore des "connaissances en agriculture" de Valérie Pécresse ?

 

En savoir plus : http://recherche2.assemblee-nationale.fr/amendements/resultats.jsp?typeEcran=simple&chercherDateParNumero=non&DOSSIER_ID=31757&EXAMEN_ID=&NUM_AMEND=&AUTEUR=267605&DESIGNATION_ARTICLE=ARTICLE+12&DESIGNATION_ALINEA=&SORT_EN_SEANCE=&DateDebut=&DateFin=&periode=&LEGISLATURE=14Amendements&QueryText=&Scope=TEXTEINTEGRAL&SortField=ORDRE_TEXTE&SortOrder=Asc&format=HTML&ResultCount=10&searchadvanced=Rechercher (liste des amendements proposés par Valérie Pécresse dont il est question dans cet article) ; http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2013-2014/20140126.asp#P158725 (débat autour de l'intervention de Valérie Pécresse en séance) ; http://www.lelabodesidees.fr (site internet du Think thank présidé par Valérie Pécresse).

Les photos qui illustrent cet article ont été prises en juin 2013 sur le salon de plein air des Culturales, qui s'est déroulé dans l'Essonne (crédit photo : D.R.).

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_rebecca_vaissermann_salle_de_traite

    "Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

    Une pièce de théâtre devenue un ouvrage dépeint avec réalisme l'engrenage qui conduit un éleveur laitier jusqu'au suicide. Ce...

  • Home_ruches_abeilles_fleurs

    Le miel, fer de lance de la reconquête de l'opinion publique des céréaliers

    Comment peut-on mieux démontrer que les pratiques agricoles sont, en France, parmi les plus contrôlées au monde qu'en élevant des abeilles au b...

  • Home_l__levage_en_vrai_pr_sentation

    "L'élevage en vrai", ou comment connaître le quotidien d'un élevage allaitant

    Pierre Olivier est éleveur bovin et ovin dans l'Allier. Passionné, il partage la vie qu'il mène avec ses charolaises sur une chaine Youtube, &quo...

  • Home_cultivonsnoustv_edouard_bergeon

    CultivonsNous.tv, le Netflix de l'agriculture et de l'alimentation

    Edouard Bergeon, le réalisateur du film de cinéma Au Nom de la terre qui a fait deux millions d'entrées l'automne dernier, lance CultivonsNous.tv...

  • Home_commerce_mondial_agroalimentaire

    En 2019, la France a réalisé un quart de l'excédent commercial de l'Union européenne

    Les vingt-huit pays de l’Union européenne ont exporté 151 milliards d’euros de produits agricoles et agroalimentaires l’an passé, soit ...

  • Home_msa_coronavirus

    Coronavirus, les conseils de la MSA

    La MSA publie une série de fiches de consignes sanitaires pour les entreprises et leurs salariés. Neuf d’entre elles portent sur les consignes spéc...

  • Home_produits_locaux_bzh

    Produits-locaux.bzh, la plateforme de produits locaux de la région Bretagne

    Comme d’autres régions de France en cette trouble période de pandémie de Covid-19, la région Bretagne vient de monter une plateforme d&rsquo...

  • Home_post_brexit

    Au Royaume-Uni, la fin des paiements directs est programmée

    La future politique agricole britannique de l'après-Brexit sera "très verte". Les paiements directs disparaîtront après une pé...

  • 1Commentaire
  • #1

    une seule chose : dommage que les idées arrivent une fois que la personnalité politique est dans l'opposition !!! si nous faisions pareil sur nos exploitations nous sortirions le semoir en juillet et la moissbat en octobre pour le blé !!! pas étonnant que tous les politiques (de tous bords) baissent dans les sondages. au pouvoir ils ne font rien de bien et les idéees arrivent dès qu'ils sont battus !!!

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit