Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Un groupement breton innove pour relancer la production de jeunes bovins

Home_big_fj_engraissement_jeunes_bovins

Pour stimuler la production de jeunes bovins en Bretagne, Coopel Bovi, le plus petit des six groupements de producteurs de viande bovine de la région, s'engage, sur ses fonds propres.

La coopérative des Côtes d’Amor (près de 300 éleveurs adhérents) met à disposition d’éleveurs souhaitant créer ou agrandir un atelier d’engraissement de 2 millions d'euros, sous la forme de prêt de broutards âgés de 9 à 10 mois.

A 900-1000 € la tête, l’augmentation significative d’un cheptel peut revenir cher. Sur ce contrat, Coopel Bovi finance des lots constitués d’au moins 25 broutards et se rembourse à taux zéro lors de la vente des taurillons, en moyenne autour de 20 mois. Ces éleveurs sont pour la plupart des éleveurs laitiers qui optimisent leur surface agricole utile et leurs bâtiments par l’engraissement.

L’objectif poursuivi par Coopel Bovi consiste à soutenir la mise en place de 2000 animaux dans un premier temps, puis de réinvestir dès le remboursement des premiers animaux. Comme les autres groupements de producteurs bretons, Coopel Bovi tente de relancer la production bovine en Bretagne, mais sur ses fonds propres là où les autres ont généralement recours à l’emprunt.

Si la Bretagne demeure la première région française d’abattage de gros bovins (19 % du tonnage total national), son cheptel se réduit progressivement et oblige les industriels à compléter leur approvisionnement de plus en plus loin. « Il n’y a plus que 115 000 femelles de race allaitante contre 150 000 il y a encore cinq ans. Et le nombre de jeunes bovins engraissés par an est tombé de 130 000 à 60 000 », explique Philippe Dagorne, président de Coopl Bovi. En cause, la forte hausse du prix des intrants ces dernières années, notamment.

Le dispositif de Coopel Bovi doit donc permettre de relancer la dynamique. Des dicussions sont en cours avec un abatteur pour mettre en place un contrat, avec un prix de base.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit