Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4534 MembresCréer un compte

Septoriose, comment le repérer et le combattre ?

Home_big_bl__dur

Qui dit septoriose dit grand danger pour le blé : cette maladie fongicide est la plus redoutable et la plus néfaste des infections céréalières, parce que son développement rapide et exponentiel par les feuilles peut mettre à bas près de 40 % de la production d’une parcelle.

Qu’est-ce que la septoriose ?

En réalité, il y a véritablement deux septorioses. Celle engendrée par le champignon septoria tritici, principale source de contamination des champs de blé en France, et celle propagée par le stagonospora nodorum, concentrée dans les régions du Sud-Est de l’Hexagone.

Ces maladies sont de types foliaires : elles touchent principalement les feuilles. Et comme l’énergie nécessaire aux plantes est produite par les feuilles, il est aisé de réaliser l’impact néfaste de cette septoriose, qui peut condamner jusqu’à 40 quintaux sur un hectare.

Quels sont les symptômes de la Septoriose ?

Les champignons tritici sont généralement plus visibles que leurs cousins Nodorum. Ils apparaissent sous formes de petits points noirs (des pycnides, soit les structures reproductrices des spores) qui propagent l’infection.

Des tâches ovales jaunâtres puis noirâtres se propagent sur les feuilles et, avec l’évolution de la maladie, laissent peu à peu leur place à de grandes zones nécrosées, entraînant une réduction considérable de la longueur et de la largeur de la feuille de blé.

Attention : une confusion existe parfois entre les marques liées à la septoriose et à celles issues de simples tâches physiologique sans nuisance et sans évolution.

Quels sont les facteurs favorables au développement de la septoriose ?

Comment pour beaucoup de champignons, c’est l’humidité qui tient un rôle majeur dans le développement et la propagation de la septoriose. Ainsi, la pluie n’est pas qu’un agent catalyseur, elle peut aussi disséminer (éclaboussures, frottements) les pycnides de feuilles en feuilles et de plants en plants.

La variété des semis utilisée est également un facteur déterminant dans l’apparition de la maladie. C’est un cas concret d’éradication : utiliser les semis appropriés à la situation de la parcelle s’avère prépondérant.

Enfin, la qualité du sol et la présence des résidus sont également des critères à prendre en compte. Les champignons se logent dans les résidus : il ne suffit que d’un peu de pluie pour les faire sortir de leurs refuges très hospitaliers.

Période de présence de la septoriose

C’est principalement à l’arrivée du printemps et de meilleures conditions climatiques que la maladie va se manifester, avec l’alternance de chaleurs et de pluies. La fourchette s’étend de début mars à fin juin.

La période la plus propice de contamination se situe à partir de la montée du deuxième nœud de la tige, et durant la montaison et l’épiaison.

Cependant, la septoriose reste présente toute l’année. Ralentie en hiver, elle continue à se développer aussi en automne, sur les résidus de paille.

Les solutions pour soigner la septoriose ?

D’un point de vue agronomique, et préventif, il est responsable de se documenter sérieusement dans les choix des variétés destinés à êtres semer. Un choix déterminant.

Autre critère propre à la culture même : le broyage ou l’enfouissement des résidus, et ainsi diminuer sérieusement le champ des possibilités pour les champignons qui s’y sont réfugiés.

D’un point de vue phytosanitaire, les traitements fongicides s’avèrent efficaces à condition d’une mise en œuvre bien orchestrée. Un traitement initial est prévu au stade de la montée du deuxième nœud de la tige, en prenant en compte les facteurs liés à l’humidité (pluviométrie).

Un second traitement est à opérer selon les cas.

Méthode d’observation de la septoriose

Premier point : l’observation visuelle régulière du champ. 

Un protocole précis est à suivre : superviser une vingtaine de plantes sur trois placettes d’observation, où il s’agira de bien observer les feuilles à partir du stade d’apparition dudeuxième nœud de la plante.

C’est grâce à cette observation soignée que pourra être déclenché rapidement un éventuel traitement curatif.


Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 1
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2020-01-23_a__10.23.41

    Pulvé : comment se différencier par la réactivité ?

    La pulvérisation représente une prestation stratégique pour séduire ou fidéliser des agriculteurs qui sont actuellement de plus en plus nom...

  • Home_pulverisation-de-precision-miniature

    Pulvérisation de précision, pour qu'aucune goutte ne rate sa cible

    La maîtrise de la dérive a longtemps reposé sur le respect des conditions d’application, dont la vitesse du vent, et le recours à la buse ada...

  • Home_nouveaute-pulverisateur-1

    Les nouveautés de la pulvérisation 2020

    Dans le cadre de notre dossier spécial pulvérisation, voici la présentation des nouveautés en la matière. Lemken, un traîné...

  • Home_buses_pulv_

    Pulvérisateurs, les éléments essentiels à une pulvérisation de qualité

    Une circulation optimale de la bouillie, grâce à une pression constante, par exemple, est assurée par la pompe, la régulation, la filtration, la rampe, ou encore les buse...

  • Home_pulv_risateur_horsch_leeb_pt-5322

    Pulvérisateurs, quelle architecture répond le mieux aux besoins ?

    S’il peut paraître accessoire de s’attarder sur le choix d’un châssis ou d’une cuve, ces éléments présentent, en réalité, une influence importa...

  • Home_screen-pulverisateur-2

    Des conseils d'experts pour bien choisir son pulvérisateur

    Dossier pulvérisateurs 2020 : le guide expert et le diagnostic personnalisé sont en ligne. À travers ce dossier spécial, WikiAgri veut aider ses lecteurs ...

  • Home_matthieu_cob_rac

    Sous le hangar, un parc matériel au top chez le Charentais Matthieu Cobérac

    Matthieu Cobérac a fondé en 2006 l’ETA du même nom. Toujours basée à Saint-Amant-de-Nouère, non loin d’Angoulême, l’entreprise est devenue récemment...

  • Home_semoir_horsch_

    Semoirs de précision, des rendements maximisés avec des semences bien ordonnées

    Si le contrôle de la profondeur concentre toute l’attention des constructeurs, Arvalis institut du végétal planche sur un nouveau paramètre, consistant à positionn...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit