Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4409 MembresCréer un compte

Sauve ton paysan... Une mobilisation en forme de reconquête de l'opinion

Home_big_green_crosses

Ce mardi 8 octobre en particulier, mais c'est également le cas pour d'autres jours, les agriculteurs français se mobilisent derrière des mots d'ordre simples, où finalement ils se retrouvent tous, toutes étiquettes confondues.

La mode est aux mots-clés, aux hashtags. #sauvetonpaysan fleurit sur les réseaux sociaux, plus vite encore que #greencrosses – sans doute plus compliqué à percevoir (lire plus bas). Pour autant, quelle que soit la communication, les origines syndicales ou autres, une opinion commune se dégage : jamais la profession agricole n'a été en aussi grand danger. En France, mais aussi en Europe.

Dans son mot d'ordre pour la mobilisation de ce 8 octobre, la Fnsea résume en trois maux la situation qui pèse sur les agriculteurs : "L’agribashing, qui nuit à l’image de notre métier au quotidien. Les accords commerciaux, qui visent à importer l’alimentation que nous ne voulons pas. Les distorsions de concurrence, qui tuent à petit feu l’agriculture française."

Ce mardi 8 octobre, plusieurs réseaux routiers seront ainsi bloqués par les troupes du syndicat majoritaire entre 11 et 14 heures. Objectifs : se montrer, expliquer, mais s'il y a plus de 80 points de blocages ainsi prévus couvrant l'ensemble du territoire national, l'objectif n'est pas d'ulcérer, au contraire, d'où le créneau horaire restreint. Il s'agira bien sûr d'expliquer les trois points. De dire qu'être si souvent montré du doigt pour des pratiques légales et encadrées (l'agribashing), ça pèse, d'autant plus que cette attitude génère des actions plus que douteuses tournées contre eux. D'assumer une opinion contraire à celle du gouvernement en matière d'échanges internationaux (les accords commerciaux), où les denrées agricoles continuent de servir de variable d'ajustement. Les distorsions de concurrence émanant de ces mêmes accords de libre-échange, dont les termes passent au-dessus des lois nationales, et qui autorisent donc l'import de denrées à des tarifs défiant toute concurrence, produites dans des conditions interdites sur notre territoire national.

Manifestations sans revendication immédiate

Cette manière de manifester peut paraitre étrange, car il n'y a pas de revendications qui autorisent une déclaration ministérielle ultérieure en sortie de crise. Il est évident que le gouvernement ne peut pas arrêter l'agribashing d'un claquement de doigts, et qu'il n'a pas l'intention de remettre en cause sa politique sur les accords commerciaux. Mais c'est là que le mot-clé #sauvetonpaysan prend tout son sens. Cette action n'a pas vocation à obtenir un résultat immédiat, mais à s'ancrer dans le temps, sous différentes formes, l'objectif étant d'obtenir une meilleure perception du monde paysan par les autorités décisionnelles, voire même médiatiques. Car si certains "n'attendent plus rien" du gouvernement actuel, reconquérir l'opinion est devenu une évidence pour tous pour soulager la pression créée par l'agribashing. Puis pour faire valoir que le monde agricole doit (re)devenir un interlocuteur écouté au moment où les décisions stratégiques sont prises pour le pays.

La semaine écoulée, il y avait le Sommet de l'élevage, à Cournon, salon tenu à Cournon, près de Clermont-Ferrand. L'ambiance y était à mi chemin entre la résignation vue des temps derniers, et un commencement de révolte, avec par exemple cette reconduite musclée vers la sortie de l'éleveur-député Lrem Jean-Baptiste Moreau, auteur de la loi EGAlim qui tient d'autant moins ses promesses que le CETA a été voté depuis (notamment par lui) sans que les éleveurs français aient été préparés à cette nouvelle concurrence.

Un sentiment général d'abandon du monde paysan

Mais cette révolte ne vient pas seulement de la Fnsea. Au niveau de la Coordination rurale, on n'est pas en reste. Plusieurs manifestations ont lieu également cette semaine, avec des raisons qui diffèrent (les ZNT, zones de non traitement, les pratiques commerciales...). Il y aura même un rassemblement "dans le calme" sur l'esplanade devant la mairie de Poitiers pour sensibiliser la population... Mais à y regarder de plus près, ces actions et celles du syndicat majoritaire vont in fine dans le même sens : le ras-le-bol paysan face à la non considération du monde agricole, et face aux décisions prises sans lui qui pourtant l'engagent au premier chef. C'est un sentiment général qui se dégage au niveau de la profession, qui dépasse les clivages syndicaux.. Faut-il que les paysans soient réellement en danger !

Ce sentiment général n'est pas seulement franco-français. Il y a régulièrement des manifestations en Belgique. Et récemment, aux Pays-Bas, la diminution du nombre d'agriculteurs fut l'objet d'un mouvement de blocage routier d'envergure.

Nouveau, la manifestation silencieuse depuis son exploitation, les croix vertes

Une autre forme d'expression commence à prendre partout en Europe, l'affichage depuis son exploitation. L'Allemande Nadine Henke a twitté en anglais pour être lue par le plus grand nombre, mi septembre, pour expliquer pourquoi elle a planté des croix vertes sur ses champs (d'où le hastag #greencrosses), "pour symboliser une protestation silencieuse, des croix vertes parce que l'agriculture meurt lentement". Précisant qu'il s'agit "en Allemagne et partout en Europe" de "protester contre les politiques et trop de réglementations".

En France, plusieurs agriculteurs ont suivi cet exemple, et se sont appropiés ce concept de manifestation silencieuse à travers les croix vertes. L'agriculteur de l'Aisne Vincent Guyot twitte sur le "symbole de mort de l'agriculture plus que (sur le symbole) religieux". Un autre agriculteur de Seine-et-Marne montre également la photo de d'une croix verte dans ses champs "symbole d'une profession qui souffre profondément d’un manque de reconnaissance, de considération, et surtout de respect".

Cette semaine, les agriculteurs expriment leur détresse, veulent lever les incompréhensions qui conduisent à des décisions voire des actes qui vont à l'encontre de leur activité. Un premier pas, en direction d'une reconquête de l'opinion.


Notre illustration ci-dessous : croix verte avec un drapeau français sur le champ de l'agriculteur de l'Aisne Vincent Guyot. (photo issue de son compte Twitter, merci à lui d'avoir accepté que WikiAgri la reprenne).

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 1
  • 11
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_masque_respiratoire_champ_de_bl_

    Lubrizol, qui va payer l'ardoise pour l'agriculture polluée ?

    En attendant le temps judiciaire nécessaire pour établir les responsabilités avec le nuage de pollution échappé de l'usine Lubrizol &ag...

  • Home_jacques_chirac_salon_agriculture_afp_600x300

    Jacques Chirac, le dernier homme politique aimé par les agriculteurs

    Jacques Chirac a toujours eu la cote auprès des agriculteurs. Il eut plusieurs mesures marquantes à son actif quand il fut ministre de l'Agriculture (de 197...

  • Home_guillaume_canet_-_au_nom_de_la_terre

    Un film de cinéma peut-il faire évoluer le monde agricole ?

    "Au nom de la terre" sort le 25 septembre sur tous les écrans. Auteur de cette grande fresque familiale dont le théâtre est une exploitation agr...

  • Home_champ_agricole_proximit__maison

    Zones de non traitement, la quadrature du cercle

    Mais que cherche-t-on à résoudre au juste avec l'établissement de zones de non traitement, quelles que soient leurs largeurs ? Cette "solution&q...

  • Home_le_coudray-montceau_gens_du_voyage_agriculture

    "Récupérons nos terres", ces incroyables opérations paysannes qui peuvent mal tourner

    Là où la pression foncière est la plus forte, en zones périurbaines et en particulier en Ile-de-France, les soucis s'accumulent pour les agric...

  • Home_coq_gaulois

    En voie de disparition, le coq gaulois passionne ses derniers éleveurs

    Le saviez-vous ? Le coq gaulois, l'un des symboles de la nation française, correspond à une race précise, la gauloise. Or, avec seulement 153 coqs et...

  • Home_vote_ceta_23_juillet_2019

    Le gouvernement annonce 700 nouveaux douaniers et fait voter le CETA

    Au dernier moment, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat auprès du ministre...

  • Home_vote_ceta_dominique_pipet

    CETA prendre ou à laisser

    Et si, contre toute attente, la ratification du CETA était recalée en France, et cela pour des raisons essentiellement liées à la défense d...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit