Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4851 MembresCréer un compte

Puceron vert du pêcher

Home_big_p_ches

C’est certainement l’une des espèces de pucerons les plus redoutables : le Myzus persicae, ou plus communément appelé puceron vert du pêcher, est funestement célèbre pour sa propension à infester les pêchers ou autres arbres fruitiers, mais aussi pour sa capacité à transmettre de nombreux virus. Il est connu pour être vecteur de la jaunisse de la betterave ou de la jaunisse nanisante de l’orge.

Le puceron vert, comme de nombreuses espèces de pucerons, peut être ailé ou aptère (sans aile). Sa taille adulte avoisine les deux millimètres. Le puceron vert ailé sera plutôt vert clair, tandis que les ailés sont un peu plus foncés, avec un abdomen tâché de noir. Leur thorax est également noirâtre.

Cycles du développement du puceron vert

La reproduction du puceron vert est un phénomène complexe. Les œufs sont déposés à l’automne sur les bourgeons des arbres ou plantes hôtes de la colonie. Ce n’est seulement qu’au mois d’avril que ces œufs vont éclore, et donner naissance à une première vague de « fondatrices ».

Ces dernières, exclusivement des femelles aptères, vont à leur tour donner naissance à une quarantaine de larves. Cette fois, les trois ou quatre générations à suivre jusqu’à l’été pourront être aptères (plus nombreux au début) ou ailés (plus nombreux en fin de cycle), selon l’adaptation à l’environnement et les besoins de mobilité.

Les premières générations restent sur l’hôte primaire, comme le pêcher, puis les suivantes s’éparpillent sur des hôtes secondaires, comme la betterave.

Les types de cultures touchées

Le puceron vert du pêcher et assimilés sont des insectes polyphages, ils attaquent pour se nourrir tous les types de plantes mais sont le plus souvent attirés par les arbres fruitiers, de type Prunus.

Ils peuvent également se délecter des herbacés sauvages ou des plantes cultivées. Les feuilles des pommes de terre, betteraves, tomates, choux, carottes et autres sont atteintes par leur appétit féroce.

Voir : Les ravageurs des cultures

Les dégâts causés par les pucerons verts

C’est d’abord par leur nombre que les pucerons verts sont dangereux. Lors du cycle de reproduction, les colonies ont besoin de se nourrir. Les pucerons piquent et sucent les végétaux, qui se recroquevillent et s’atrophient.

Les dégâts se déclinent sur la quantité et la qualité des récoltes.

Certains végétaux meurent, d’autres sont beaucoup moins riches. Avec moins de sucre pour la betterave par exemple.

Le deuxième effet majeur néfaste du puceron vient de sa tendance à transmettre les virus. Lorsqu’il pique une plante, il peut lui transmettre une maladie qui peut s’avérer rédhibitoire pour une parcelle et entraîner une perte totale de récolte.

Quand et comment intervenir ?

Pour contrarier les desseins de ces ravageurs, il est capital d’agir très vite, bien avant l’envahissement des feuilles et des éclosions.

Il est donc important de pratiquer une observation régulière des cultures. Si des œufs sont repérés à la base des bourgeons au mois d’avril, il faut enclencher les traitements préventifs.

Les solutions agricoles pour lutter contre ce ravageur ?

Il existe un procédé naturel redoutable contre les pucerons : les larves de coccinelles, de syrphes et de chrysopes. Seul souci, cette intervention peut s’avérer trop tardive, après la prolifération des pucerons, si les conditions météorologiques ont permis une éclosion relativement précoce.

Dans le cas de l’apparition de grappes d’œufs sur des feuilles de végétaux, il est fortement conseillé de supprimer ces feuilles.

Arroser d’eau abondamment et à forte pression les colonies en formation est également un moyen pour annihiler la prolifération. Attention à ne pas engendrer de dégâts sur la plante avec la puissance du jet.

D'autres remèdes biologiques sont également efficaces : aspergez les zones touchées par une mixture de purin d’ortie ou de fougère.

Si les pucerons restent présents, et fortement nuisibles, malgré les solutions agronomiques, des insecticides existent. Mais ils ne viseront pas uniquement que les pucerons. L’utilisation de ces produits doit être raisonnée.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2020-11-26_a__09.54.08

    Sécuriser ses chantiers d'automne avec les adjuvants

    Les pulvérisations d’automne sur céréales sont soumises à de nombreuses contraintes pour les entrepreneurs de travaux agricoles. Utiliser de...

  • Home_img209

    Compo Expert et les biostimulants, une stratégie à long terme

    Fort de son expérience dans l’optimisation de la fertilisation, le groupe COMPO EXPERT innove également dans le segment des biostimulants. La not...

  • Home_img188

    Maximiser la qualité des récoltes grâce aux biostimulants

    Si leurs effets face aux stress abiotiques sont bien connus, les biostimulants sont également des leviers intéressants pour agir sur la qualité des r&eac...

  • Home_img151

    Les biostimulants, un soutien efficace face aux stress d’été

    Par manque d’eau comme par excès de de température, les stress estivaux peuvent mettre à mal les récoltes. Des biostimulants aident les plan...

  • Home_img126

    Biostimulants 2020 : Des bénéfices clés pour le système racinaire

    Pérenne comme annuelle, c’est l’élément fondamental pour réussir toute culture : le système racinaire doit être d&ea...

  • Home_img17

    Biostimulants : gestion des stress abiotiques et qualité des récoltes

    Les biostimulants donnent les moyens aux plantes de se défendre face aux aléas climatiques, de valoriser au mieux les ressources en eau et en élém...

  • Home_img46

    Les 8 étapes clefs à contrôler avant d’acheter un semoir monograine

    Ne serait-il pas judicieux d’investir dans des éléments semeur dernier cri sans accroitre le prix du semoir ? C’est possible sur bon nombre de semoi...

  • Home_img115

    Semoir monograine : définir le châssis en fonction de la traction disponible

    Pour adapter le dimensionnement sans risquer le suréquipement il est indispensable d’estimer les jours effectifs disponibles pour semer toute la surface dans une...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit