Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5067 MembresCréer un compte

Pour une Europe unie avec un projet commun

Home_big_pees_christian

Le dimanche 25 mai 2014 ont lieu les élections Européennes. Il s’agit d’élire 74 députés Français qui iront siéger au Parlement Européen. Ce qui émerge du débat actuellement est inquiétant et réducteur. On ne parle que du taux d’abstention qui s’annonce élevé – plus de 60 % lors du dernier scrutin – de la montée du Front National qui arriverait en tête, et de l’euroscepticisme. 50 ans de construction Européenne pour en arriver là, c’est désolant.

Pourquoi un tel constat ? La France a beau avoir été à l’origine de la construction Européenne, la grande majorité des élus politiques et les différents responsables de notre pays ont continué à considérer le niveau européen comme secondaire. Pire, ils s’en sont servis de bouc-émissaire. Dès qu’une décision est impopulaire, l’Europe est montrée du doigt. Le débat sur le déficit budgétaire est exemplaire à ce niveau-là. Il est légitime d’avoir un budget à l’équilibre. Il est suicidaire de croire que l'on pourra être en déficit indéfiniment. Et pourtant ce comportement de bon sens qui est la base de tout budget familial , de toute entreprise, est critiqué et considéré comme un travers. Le coupable a été désigné : "Bruxelles".

Trop souvent la France montre le peu de cas qu'elle fait de l'Europe. En douze ans, douze secrétaires d’état aux affaires Européennes ont été nommés...sans commentaire ! Certains de nos députés sont compétents, engagés et assidus mais à Bruxelles ou Strasbourg les députés français ont surtout la réputation d’être les rois de l’absentéisme. Un constat désolant, mais au moment de constituer les listes pour les élections européennes du 25 mai, il est ahurissant de constater que ce ne sont pas forcément les plus engagés qui ont été récompensés et que, pour ceux qui ont pu préserver leur place, ils ont souvent dû batailler ferme pour être en situation d'éligible. Notre service public télévisé, pourtant jamais avare d une leçon de vertu politique, a décidé de ne pas retransmettre les débats entre les candidats à la présidence de la commission. Affligeant !

Je suis agriculteur et président du syndicat européen des coopératives agricoles, la COGECA. La Politique Agricole Commune a été une politique européenne performante et efficace. Mais je suis frustré et déçu par la nouvelle PAC. Nous nous sommes battus pour garder une PAC efficace mais le constat est là. Elle ne donne pas l'élan pour gagner la bataille à l’échelle planétaire. Nous avons de vrais atouts en matière d’agriculture et d'agroalimentaire. Nos produits sont plébiscités sur des marchés en forte croissance, sur d’autres continents. Au lieu d’être portés par une politique européenne volontariste, nous en sommes presque à nous demander si nous ne devrions pas moins produire, moins exporter. Ces débats sont stériles et manquent cruellement d’ambition. Je suis convaincu que la cause de tout cela réside dans notre manque d'engagement, de confiance et de conviction à l'égard du projet européen.

Les eurosceptiques semblent être plus efficaces que les Européens convaincus, ils savent surfer sur les peurs, les conservatismes. Le repli sur soi étant instinctif en période de crise ils savent en jouer. Les Europhiles, eux, n’ont pas su convaincre, n’ont pas su mettre en avant ce qu’a permis l’Europe.

En donnant cette image, en ne valorisant pas les réussites de l’Europe, ce qui était à la base un beau projet est devenu pour une grande partie de la population source de tous les maux. Le fonctionnement de l’Europe est devenu incompréhensible et lointain. On n’élit pas le président de l’Europe, on ne connait pas les membres de la Commission Européenne, le fonctionnement parait opaque. Tout cela concourt à faire de l’Europe un grand « machin » éloigné des préoccupations des français.

Paradoxalement, les députés qui vont être élus le 25 mai auront beaucoup plus de pouvoir qu’avant. Les représentants des citoyens désigneront le Président de la Commission Européenne, le gouvernement de l’Europe. Ils auront des compétences accrues en matières législatives et budgétaires.

Face à nous, nos partenaires et concurrents sont des géants, en termes de population, d’influence économique. Si l’on souhaite garder une vraie ambition et ne pas être simple spectateur pour faire face à des Etats continents, il nous faut plus d’Europe.

Construire une Europe à 28, demain à 30 n’est pas chose aisée et l’Union est en panne. L’Europe est désincarnée, peu visible. Nous devons lui redonner un sens plus politique en affirmant clairement ce que nous voulons pour l’Europe du 21e siècle. Le modèle de l’Europe est à rééquilibrer, il doit prendre plus en considération les préoccupations des citoyens, sans perdre de vue toutefois que nous sommes dans une économie globale. La question n’est pas de savoir si nous allons changer le modèle, débat typiquement français, mais plutôt quelle place nous allons prendre dans la mondialisation. Pour y arriver, il faut une harmonisation au sein même de l’Union.

On ne peut pas accepter de voir des entreprises partir vers d’autres pays de l’Union Européenne pour des raisons fiscales ou sociales. Les pays Européens doivent être des partenaires et non des adversaires. C’est indispensable car autour de nous le monde avance, les pays émergents dégagent une telle énergie, montrent une telle soif d'avancer que nos hésitations n'en sont que plus criardes.

L’Europe n’est plus le centre du monde. Nous avons besoin de grands projets communs qui fédèrent encore plus l’Europe. Nous devons investir dans les infrastructures, développer l’innovation, être plus efficace en terme d’environnement, d’économie numérique. Nous devons faire preuve d’audace pour notre recherche. Nous devons affirmer une ambition sociale. Nous aurions aussi intérêt à nous préoccuper du potentiel militaire de l'UE si nous voulons garder une influence diplomatique. Les évènements en Ukraine montrent l’impuissance de l’Europe. Sans bras armé la diplomatie européenne est inaudible. La donne mondiale change. Les USA, leur problème énergétique étant résolu grâce au gaz de schiste et aux biocarburants, n'ont plus guère envie d'être les gendarmes du monde... Il y a quelques semaines, le Président Obama nous conseillait vivement et très officiellement d'investir dans nos forces militaires rappelant que la liberté et la paix ont un prix ! Ce fut d’ailleurs un des objectifs de la construction Européenne. En un mot nous devons nous forger une identité européenne.

Face à tous ces défis, nous devons investir le champ politique. Il est donc important de se mobiliser pour ces élections Européennes. Les théories de sortie de l’Euro, de protectionnisme effréné peuvent séduire l’opinion mais ne mèneront à rien. Il faut au contraire élire des députés qui aient une connaissance des dossiers et sachent imposer des idées qui soient à la fois pragmatiques et à l’écoute des Européens. Il y a urgence. Seuls 46 % des citoyens se sentent attachés à l’Europe en 2013 : un chiffre en baisse de 7 %.

Une Europe unie avec un projet commun jouera le match en première division mondiale. Une Europe des nations seulement liée par l'euro et se résumant à un espace économique ouvert jouera immanquablement dans les séries inférieures. Dans ce dernier cas nous pourrons toujours continuer à faire des discours sur l'injustice du monde. Mais peut-être cela nous suffit-il ?

 

En savoir plus : http://www.christianpees.com/plaidoyer-pour-europe-unie (tribune également publiée sur le blog personnel de Christian Pèes).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Pees Christian
Thumb_christian_p_es_2017_-_portrait

Président de la coopérative Euralis, ancien président de la COGECA (Confédération Européenne des Coopératives Agricoles), vice-président de Coop de France, p...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats p...

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de...

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 3Commentaire
  • #1

    j avais écris quelques mots à votre sujet mais j'ai dû mal valider mon envoi... j'ai été pour la coopérative tant que j ai cru au mutualisme de nos anciens... les coops sont devenues des boites à business où l agriculteur n est plus qu un simple numéro...il ne participe plus à rien au risque d'être exclu... Les salariés ramassent la monnaie et l'adhérent ramasse les miettes... je comprends que Mr PEES prône pour l Europe, ces 20 dernières années n ont été de combines et magouilles. les coop ramassent les subventions mais qui les payent ??? il faut remettre le système à plat... des prix justes et équitables doivent rémunérer nos paysans mais par engraisser les paperassiers et les fonctionnaires...

  • #2

    Tout est dans le titre : 60% d'abstention ... comme le taux d'absentéisme moyen des députés européens : ils ne se font élire que pour les 6000€ mensuels plus 4000€ de frais qu'ils n'engagent même pas puisqu'ils sont absents.

    Alors pour qui ou plutôt pourquoi voter?

  • #3

    Hier premier meeting de campagne d'Europe écologie-Les verts. A 5 jours du scrutin! Je suis à l'opposé de ce parti, mais il est certainement un des plus européens dans le message, au point d'avoir pris "Europe" dans son intitulé. A 5 jours du scrutin, l'info est plus que parlante, même les politiques s'en fichent!

    Les partis politiques eux même n'y croient pas à cette élection! Qui connait le ténor tête de file des principaux partis dans sa région? Des illustres anonymes, ou parachutés. Pas un leader pour prendre le risque d'une déroute évidente. Un seul parti, celui qui va gagner, a poser ses leaders sur le devant et mène campagne. La récompense logique sera pour dimanche soir.

    Dans votre tribune on peut lire en trame de fond la même chose que le discours des coopératives depuis 30 ans: regroupez vous, fusionnez, parlez d'une seule voix, tous ensemble on sera plus fort! L’Europe à 27 comme les monstres coopératifs ont amené une chose: la perte du sentiment d'identité et d'appartenance. Et quand on pense ne plus être membre d'un groupe, on ne le ménage plus! Défend t on aussi bien la coop du canton de trifouilli, dynamique dans son secteur et au service de ses membres (dont elle n'est que le prolongement de leurs exploitations) ou la coop quart-France, avec ses 5000 salariés, son implication dans l'aval et à l'international et aux multiples métiers? De même, je me sens concerné par les projets de ma commune alors que le co financement européen d'une autoroute toute proche ne me touche que d'une façon: juste retour de l'argent que la France a envoyé, avec X % de perdus par les différents échelons.

    Vision arriérée, franchouillarde, qui n' pas compris l'histoire: voilà les réponses que mes détracteurs formuleront. Et plutôt que de me faire réfléchir, ces propos me renforceront dans mon choix.

    Il y a 2 avenir pour l'Europe: -le fédéralisme, avec imposition et budget 100% commun, s’asseoir sur les particularités pour être vraiment fort et unis dans un marché mondial - une Europe des nations, plus limité en compétences.

    J'ai fait mon choix, et mener une campagne médiatique pour choisir un député qui veut plus d’Europe sans nous laisser ce choix de vision différente amènera le résultat de dimanche.

    Par le déni du dernier référendum européen, les politiques ont brise l'histoire qui aurait pu unir les citoyens français autour d'un beau projet européen.

    Pour finir sur l'allégorie sportive de Mr PEES, je préfère rester en seconde division et offrir du beau jeu à mes fidèles spectateurs que de tenter les premiers rôles de la première division avec le risque de perdre la présidence de mon club au profit de plus riche que moi ou pire encore de déposer le bilan parce que j'ai eu les yeux trop gros. Ce n'est pas du manque d'ambition, c'est du réalisme. Sécurisons notre place et notre budget autour d'un bon esprit, on verra après...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit