Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5391 MembresCréer un compte

Pour une contractualisation choisie, et non subie

Home_big_vaches_laiti_res_

Tous les pans de l’agriculture sont en proie à des difficultés d’une gravité sans précédent, plongeant la campagne dans une profonde détresse. Depuis des mois et des mois, nous tirons la sonnette d’alarme auprès des pouvoirs publics sur les boulets qui plombent notre compétitivité : distorsions de concurrence fiscales et sociales, poids et coût des normes administratives et environnementales, faiblesse de l’export… Autant de chantiers absolument prioritaires pour rétablir la confiance et l’investissement dans notre secteur… et donc pour du revenu pour tous, et pour la vitalité de nos territoires.

Mais voilà, parmi les « remèdes » à la crise, on nous ressert une fois de plus la « contractualisation ». Pour Stéphane Le Foll, l’enjeu de la « contractualisation » porte à la fois sur la sécurisation du prix face à la volatilité des matières premières, et aussi sur la valorisation de la production agricole. Bruno Le Maire, en 2009, justifiait aussi la mise en œuvre de la contractualisation individuelle obligatoire par sa volonté d’« assurer aux producteurs laitiers de la lisibilité sur le long terme » ! Alors que c’est un échec cuisant, c’est encore là que les pouvoirs publics veulent emmener les agriculteurs : dans le mur ! La contractualisation entre producteurs et transformateurs ne change rien aux déséquilibres structurels dont souffre le maillon production ; elle peut même contribuer à les aggraver.

Depuis 2008, la FDSEA du Finistère ne cesse de marteler que la contractualisation peut être une partie de la solution, à la seule et unique condition d’avoir au préalable renforcé le poids des producteurs au sein des filières.

La contractualisation « interfilière » (de l’amont à l’aval) est également avancée pour maîtriser la volatilité des prix, notamment pour l’alimentation animale. Mais est-ce vraiment, en l’état actuel de la structuration des filières d’élevage, une solution pertinente pour les producteurs ? En effet, le secteur de l’approvisionnement de nos exploitations est hautement stratégique, et particulièrement rentable. Celui-ci fait d’ailleurs l’objet d’une véritable cartellisation, avec des pratiques comparables à celles de la grande distribution vis-à-vis de ses fournisseurs, y compris de la part de certaines de nos coopératives. La contractualisation interfilière est pour l’instant l’apanage d’une filière bien spécifique : les oléoprotéagineux. Mais ceux-ci ont la particularité de maîtriser l’ensemble de la filière, des emblavements à la production de biocarburant, ou d’huile, avec des marques comme Lesieur et Puget, qui sont incontournables pour la grande distribution. On est bien loin de ce niveau de maîtrise de la filière dans le secteur de l’élevage ! Au contraire, la grande distribution a même peu à peu infiltré les outils industriels de l’abattage et de la transformation : encore une spécificité française qui permet aux distributeurs de faire la pluie et le beau temps sur le dos du revenu du producteur !

La contractualisation doit être choisie, et non subie. Et cela ne pourra passer que par une organisation des producteurs renforcée, pour retrouver du pouvoir de négociation au sein des filières.

Nous ne dirons jamais assez ô combien la FDSEA du Finistère appelle de ses vœux, depuis de (trop) nombreuses années, une réorganisation structurelle des filières, et notamment de la première mise en marché. Action !

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Merret Thierry
Thumb_img_1618

Né le 27 décembre 1960 à Morlaix.Marié en 1983. 3 enfants ( 29,23,18 ans ). Agriculteur, producteur de légumes de plein champs ( échalotes, artichauts). 30 ...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats p...

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de...

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit