Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4228 MembresCréer un compte

"On ne peut pas continuer à mentir au consommateur"

Home_big_img_1652bis

Sylvie Goy-Chavent est rapporteur de la mission commune d’information du Sénat sur la filière viande en France et en Europe. Cette mission (dont le sous-titre est "comment restaurer la confiance du consommateur") doit rendre son rapport le 17 juillet, mais d’ores-et-déjà la sénatrice (UDI) de l’Ain livre ses impressions dans cette interview exclusive pour WikiAgri.

Comment est née cette mission du Sénat ?

Je l’ai demandée à mon groupe politique au Sénat, l’UDI, depuis un certain temps déjà. Il faut savoir qu’un groupe politique ne peut demander une mission d’information qu’une fois par an. Il a donc fallu une étincelle pour qu’elle soit acceptée, et ce fut le scandale de la viande de cheval ayant circulé par plusieurs pays européens avant de se retrouver dans des lasagnes au bœuf. L’objectif étant d’informer sur les pratiques en cours, et donc de les vérifier. Je pouvais soit être présidente de cette mission, soit rapporteur, j’ai préféré la seconde option, plus proche de la quête d’informations qui me tenait à cœur en l’occurrence.

Comment s’est-elle déroulée ?

En principe, une telle mission prend entre 6 et 8 mois. Là, nous l’avons voulue plus compacte, et elle n’excédera pas 5 mois. Le 17 juillet, quand nous rendrons notre rapport, nous aurons effectué 70 auditions, visité des exploitations d’élevage ou des unités de transformation de porcs ou de volailles en Bretagne, ou des abattoirs de différentes tailles en Rhône-Alpes, nous avons été à Bruxelles rencontrer les services des fraudes, à Rotterdam ou Amsterdam voir des transformateurs et industriels ovins ou bovins… Selon les filières, les difficultés ne sont pas les mêmes, il faut connaître le fonctionnement de chacune. Je pense que nous avons rencontré tous les acteurs essentiels du dossier, à l’exception des traders de viandes, alors que j’avais pourtant demandé à les auditionner.

Votre mission s’adresse aux consommateurs. Que vont-ils apprendre ?

Le scandale de la viande de cheval a révélé au grand public l’existence de minerais de viande (masse de viande reconstituée à partir de muscles et de chutes de viande) pouvant passer par plusieurs pays européens avant d’arriver dans leurs assiettes. L’industrie et la transformation nous disent qu’il est trop compliqué aujourd’hui d’afficher le pays d’origine en transparence. Moi j’estime que l’on pourrait arriver à un affichage minimal qui dirait par exemple "contient 3 % de viande française". Les consommateurs sauraient ainsi à quoi s’en tenir, et s’ils veulent ou non participer au maintien des éleveurs en France. Plus de 80 % de la viande de volailles de la restauration collective ou même de la restauration tout court est importée. Je pense que le consommateur a le droit de savoir quand il commande un "suprême de volailles" qu’il a 80 % de chances de manger du poulet brésilien ou thaïlandais. D’autant que l’on donne le même nom de "poulet" à une bête qui aura été élevée en plein air ou avec de l’espace qu’à une autre qui aura grandi au milieu de milliers d’autres dans un espace réduit.

Vous parlez des producteurs français, qu’avez-vous appris sur eux ?

Il faut, selon les cursus, 3, 8 ou même 10 ans avant de s’installer en France en production porcine ou de volailles. Cela peut réclamer jusqu’à 50 000 € de frais d’études. Derrière, un éleveur français peut s’estimer content quand il gagne le Smic : il y a un problème. Déjà, il faut que les administrations en prennent conscience, il faudrait limiter à 6 mois les procédures d’installation, éviter les interprétations différentes des textes d’un département à l’autre. Et uniformiser les transpositions que livre chaque pays des directives européennes. Pour certaines normes, on trouve une transposition de 12 pages en Italie quand elle en compte 180 en France. Tout cela n’aide pas nos éleveurs. Et cette lecture différente des textes crée des distorsions de concurrence, qui peuvent entraîner d’importants écarts de revenu entre la France et l’Allemagne par exemple.

Vous avez visité des abattoirs, et auditionné les cultes. Quelles sont vos conclusions ?

Le mode d’abattage n’est pas mentionné aujourd’hui sur les étiquettes. Or je pense que le consommateur a le droit de savoir comment la bête qu’il mange a été abattue. L’abattage rituel sans étourdissement préalable est très important en France. Je n’ai aucune vocation à m’opposer à quelques cultes que ce soit, je constate simplement. Ce type d’abattages est particulièrement douloureux pour les animaux, et il s’accompagne d’un manque d’hygiène. Lorsque la bête meurt lentement après qu’on lui eut tranché la gorge, elle stresse et des fluides pathogènes peuvent glisser sur la viande. Il faut savoir aussi que dès qu’une bête n’a pas été exactement abattue comme le souhaite le culte, elle est dite « déclassée », c’est-à-dire versée parmi les viandes courantes, sans être étiquetée comme ayant subi ce type d’abattage. Le consommateur ne sait donc pas s’il a affaire ou non à une viande « stressée » par son abattage ou non. J’estime que ce n’est pas normal. Je précise que je suis, personnellement, une mangeuse de viandes. Je cherche à informer, sans arrière-pensée.

Qu’avez-vous découvert d’autre sur les abattages rituels ?

Si l’on prend l’exemple du consistoire juif, il reçoit des millions d’euros pour l’abattage des animaux. C’est lui-même qui le dit, regardez sur internet les informations relatives au consistoire juif de Marseille par exemple. Ces sommes, entre autres, permettent à une communauté de soutenir la politique d’Israël. Moi je pense que le consommateur a le droit de manger un gigot sans pour autant, à son insu, financer la politique d’un autre pays que le sien. Ou alors qu’il le sache, que ce soit affiché.

Vous savez que ces propos vont être critiqués, ne serait-ce que parce l’abattage rituel a déjà été dénoncé par le FN…

Je suis aux antipodes du FN, j’ai toujours combattu les extrêmes. Le but à atteindre n’est pas le même du tout. Je n’ai rien contre les religions, je parle ici de pratiques rituelles qui vont à l’encontre du bien-être animal en termes de souffrances, et qui peuvent générer des problèmes sanitaires pour le consommateur. Je parle également de liberté de conscience pour tous les consommateurs, et pas seulement celle des juifs et des musulmans. On ne peut pas continuer à mentir au consommateur, à lui dire "consomme, consomme, sans réfléchir". Et si nous ne posons pas aujourd’hui les problèmes à travers une mission d’information du Sénat composée, comme il se doit, de plusieurs sensibilités politiques de droite et de gauche, alors nous allons au devant de nouveaux scandales. Nous devons les anticiper. Et cesser la politique de l’autruche. Jouons la carte de la transparence. Laissons le consommateur acheter en toute transparence. C’est ainsi que nous ne stigmatiserons aucune communauté, sans parti pris, et réussirons à vivre ensemble plutôt que les uns à côté des autres.

En savoir plus : http://www.senat.fr/commission/missions/filiere_viande/index.html (lien vers les travaux déjà transmis au public de la mission commune d’information du Sénat sur la filière viande).

Cet article paraît simultanément sur Atlantico sous l'url http://www.atlantico.fr/decryptage/viande-stop-aux-mensonges-faits-aux-consommateurs-antoine-jeandey-wikiagri-sylvie-goy-chavent-773041.html.

Ci-dessous : la sénatrice Sylvie Goy-Chavent lorsqu'elle nous a reçu au Sénat.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_viande_artificielle

    Un mouvement d'initiative citoyenne s'oppose à la viande artificielle

    Un groupe de citoyens parisiens monte un mouvement pour dénoncer l'arrivée en France de la viande artificielle, censée remplacer la viande issue des ...

  • Home_maraicher_victime_desherbant_x_600

    Un maraicher suspend sa production à cause d'un désherbant qui pollue son puits

    Depuis le mois de juillet dernier un maraîcher de Valence d’Agen, en Tarn-et-Garonne, vit un enfer. Il a suspendu toute sa production, car son puits d’arros...

  • Home_au_nom_de_la_terre_-_affiche_du_film

    Au nom de la terre, une saga familiale pour attirer les cinéphiles vers le monde paysan

    Et si le cinéma proposait (enfin) un film précis et documenté sur la réalité du quotidien du monde paysan ? A travers une saga familia...

  • Home_balance_ton_post_hanouna_schiappa_maurin

    Pourquoi Patrick Maurin n'ira pas à l'émission de Cyril Hanouna et Marlène Schiappa sur le grand débat national

    Sur C8 ce vendredi à 22h30, la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa doit coanimer avec Cyril Hanouna l'émission Balance ton post dédi...

  • 3Commentaire
  • #1

    Note : je viens de modérer un commentaire. Il est possible ici d'avancer des arguments contradictoires, en aucun cas d'attaquer des personnes. Merci de respecter cette règle minimale.

  • #2
    Avatar_blank
  • #3

    Bonjour, merci, je préfère effectivement le ton de ce commentaire. A titre personnel, et sans parti pris (strictement aucun intérêt dans l'affaire), j'ai vu la vidéo que vous citez, et je pense qu'elle peut être interprétée de différentes manières, les interlocuteurs ayant été parfois assez "langue de bois" aussi (là, je parle en tant que journaliste ayant l'habitude des interviews, en aucun cas en tant que pro ou anti qui que ce soit).

    D'une manière générale, je pense que vous découvrez notre site : il s'adresse a priori (mais sans exclusive) aux agriculteurs, céréaliers ou éleveurs, et ce dossier m'intéressait tout autant pour les aspects concernant les éleveurs que pour ceux que vous citez. Mais il n'y avait aucune raison non plus de les occulter.

    Merci de votre intérêt.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro